Aller au contenu


- - - - -

[Concours] En Avant

concours été des mille moches trognes

  • Veuillez vous connecter pour répondre
11 réponses à ce sujet

#1 Talia Ochemaure

Talia Ochemaure

    Les mots s'arrêtent à TABRONEH.


Posté 19 juillet 2020 - 12:35

Dans la banlieue de l'internet français, un forum se lance dans une quête extraordinaire pour découvrir s'il reste encore un peu de magie dans le monde.

-----

La magie, elle est dans votre cœur, les wiwis !
La magie, elle vit, elle évolue, elle se transforme !
La magie, elle s'exprime de plein de façons !

Camarades de Wiwiland, j'annonce L’Été des Mille Moches ouvert !

Cette année on change. Pas de concours de mod (même si on rappelle que Wiwiland est toujours là pour tester et héberger vos mod :) ), mais un concours de trognes.

Je vous propose de faire ensemble une ode aux personnages chelous, différents, en dehors des normes de beauté.
Pas question de cruauté gratuite, juste l'amour des personnages qui sortent de l'ordinaire.
Pour ça, vous êtes libre de créer un personnage sur le jeu de votre choix dans les séries des Fallout ou des Elder Scrolls et de nous le présenter ici même, avec une ou plusieurs image(s).

Les participations seront acceptées jusqu'au dimanche 27 septembre.

Je compte sur vous pour nous inonder de bobines étonnantes :)

"YOUKAÏDI, YOUKAÏDA, À PIED DE-CI DE-LÀ! En abrégé, Youpla!"
Randonneur Loïc.


#2 A'arab Zaraq

A'arab Zaraq

    Jumeau maléfique


Posté 19 juillet 2020 - 16:59

Excellent !

Le créateur de personnage d'Oblivion va chauffer. :green:
Tout ce qui est dit est cuit.

#3 Nérévar42

Nérévar42

Posté 19 juillet 2020 - 17:09

J'aurais bien participé, mais impossible de faire des captures d'écran sur Oblivion. Même avec l'option activée dans l'ini, ça ne donne rien. Vous faites comment, vous ?

" C'est en forgeant qu'on devient forgeron "


#4 A'arab Zaraq

A'arab Zaraq

    Jumeau maléfique


Posté 19 juillet 2020 - 18:13

Prendre un vieux smartphone et photographier son écran. :grin:
Tout ce qui est dit est cuit.

#5 Daichi.

Daichi.

    Conjuration Bachelor


Posté 19 juillet 2020 - 18:22

Mettre son jeu en fenêtré sans bordure (de la taille de ton écran, ou plus petit), et tu utilises l'outil capture d'écran de windows ;)

Ah mais oui, hein.


#6 Emma Indoril

Emma Indoril

    Bateau ivre


Posté 23 juillet 2020 - 08:44

Yeah !!
On peu aussi faire participer Dark Souls ? Parcque niveau perso bizarroïde et moche, il se debrouille bien.
"Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égard ni patience."
René Char

"Ça ne veux plus rien dire non plus, mais cela a quand même plus de sens."

#7 Nérévar42

Nérévar42

Posté 24 juillet 2020 - 18:48

Bon, j'ai fait une connerie. J'ai rédigé le texte et j'ai mis la galerie d'images de mon perso sur le site, mais j'ai pas réussi à afficher directement les images au milieu du texte, j'avais mis à la place le lien qui mène à la galerie. Du coup, j'ai voulu recommencer mais j'ai supprimé le message, avec tout le texte que je n'ai noté nulle part...  :help:
Du coup si un colorié a accès aux archives des messages supprimés, je veux bien qu'il me remette celui que je viens de jarter par erreur, ça m'éviterait de tout recommencer ce soir !  :mdr:

" C'est en forgeant qu'on devient forgeron "


#8 Elenwel

Elenwel

    Granny Smith Wiwi


Posté 25 juillet 2020 - 08:54

Y a pas d'archive des messages supprimés, désolé... :)

Voir le messageD.A.D., le 29 avril 2013 - 21:21, dit :

Un avertissement d'Elenwel, c'est un avertissement qui en vaut deux : si tu n'en tiens pas compte, c'est toujours pour TA pomme, et en général, il ne fait pas de quartier. Mieux vaut éviter les pépins, ça empêche d'y laisser sa peau.

#9 Talia Ochemaure

Talia Ochemaure

    Les mots s'arrêtent à TABRONEH.


Posté 25 juillet 2020 - 13:43

Déso Emma. Déjà avec Oblivion dans la liste des jeux possibles c'est presque de la triche :P Mais oui, les Souls auraient eu un bon potentiel.

Pressée de voir ta partiticipation Nerevar42, quand tu auras dépassé ton traumatisme du post perdu. On a tous connu ça un jour je pense :D
Pour tes images, tu utilisais le bouton "mes médias" ? Tu peux insérer des images de tes galeries comme ça. Ça se place où tu veux dans ton post en mettant un aperçu de l'image qui envoie vers la galerie. Ce qui est pas mal parce que ça évite de surcharger la page mais ça permet d'avoir une vue sur l'image quand même.

"YOUKAÏDI, YOUKAÏDA, À PIED DE-CI DE-LÀ! En abrégé, Youpla!"
Randonneur Loïc.


#10 Nérévar42

Nérévar42

Posté 25 juillet 2020 - 14:45

N'HÉSITEZ PAS À ME DIRE SI VOUS TROUVEZ LE POST TROP ENVAHISSANT !

Tout commença pour Bardane Plaalu dans cette cellule de la Prison de la Cité Impériale. Enfin, pas exactement, ce n'est pas là que tout avait vraiment commencé. Mais c'est à partir de ce jour-là que la vie de Bardane cessa d'être aussi plate que son front et son nom de famille. Enfin, dans une certaine mesure. Laquelle ? Ça, nous allons le découvrir ensemble. Laissez-moi vous présenter Bardane.

Image IPB

Bardane n'a jamais été un grand fanatique des séjours en prison. Mais celui-ci commençait à se faire long, surtout avec l'imbécile d'en face pour voisin.

Tout ça pour une histoire de doigt d'honneur à un noble hlaalu de passage à la Cité. Bardane détestait les Hlaalus. Au moins autant qu'il détestait son propre nom pour être aussi proche du leur. Bardane détestait les nobles aussi. Et les n'wahs. Il n'aimait pas non plus les n'wahs. En fait, Bardane n'aimait pas grand monde. Et il n'aimait pas le monde non plus. Il le trouvait laid et repoussant, au moins autant qu'il se trouvait laid et repoussant lui-même.

Voilà un état d'esprit qui ne l'avait pas beaucoup aidé à progresser dans la vie, malgré son évidente expérience de lieux divers et variés. Cinq cents balais procurent en général suffisamment de leçons pour qu'on n'ait quasiment plus rien à apprendre en fin de compte. Mais Bardane est têtu, et pas toujours très finaud malgré son grand âge. Il se sait désagréable, et n'a même aucun amour-propre : il passe ses journées à ronchonner et grommeler, perdu dans ses pensées. Enfin, la prison ne lui a pas vraiment laissé le choix, mais il n'a pas été dépaysé au moins.


Image IPB

“Qu'est-ce que tu en penses, toi ? Je devrais m'évader ? Crois-moi, ce n’est pas faute d'avoir essayé...”

Bardane n'avait donc rien pour lui, et ne voulait rien d'autre que l'ennui. Sauf que ce jour curieux finit par arriver, ce 27 vifazur de la 433ème année d'Akatosh de l'ère Troisième, l'Empereur Uriel Septim VII chercha à fuir la Cité Impériale par le passage secret reliant les sous-sols de la Prison et les égouts. Par le plus grand des hasards, comme le monarque l'a avoué sans grande conviction, l'entrée du passage secret se trouvait dans la cellule de Bardane. Pressé d'échapper à leurs poursuivants, les Lames accompagnant l'Empereur ont purement et simplement ignoré Bardane tandis qu'il profitait de cette occasion en or pour se faire la malle, non sans avoir adressé un dernier au revoir à son cher voisin.


Image IPB

Les adieux déchirants de Bardane Plaalu à son insupportable mais ô combien naïf voisin de cellule, Valen Dreth.

Il était donc temps pour lui de fuir cet endroit répugnant pour trouver refuge à l'extérieur et continuer de s'y morfondre, mais au moins il le ferait en plein air en buvant de l'hydromel. Ça lui permettrait de se calmer un moment avant de retourner racheter encore un peu d'hydromel pour éviter d'insulter les mendiants qui allaient, évidemment, lui courir après pour avoir le sac à patates qui lui servait de vêtement. Sauf que la route menant à l'extérieur était semée d'embûches. Il y avait même de vraies bûches empilées sans raison dans un souterrain rempli de gobelins. Bardane déteste les gobelins aussi. Et il n'aime pas les rats parce qu'il ne peut pas les manger et qu'ils mordent. Mais le plus perturbant était cette clique de clampins en robe de chambre rouge écarlate qui couraient après l'Empereur, sans doute pour lui faire la peau. Leurs sorts étaient impressionnants, mais les Lames les ont tous taillés en pièces, laissant Bardane loin derrière avec ses problèmes de rats et le zombie.


Image IPB

Il n'a pas l'air comme ça, mais Bardane est vraiment très content d'être sorti de sa cellule. C'est juste qu'il se serait bien passé des gobelins et du zombie.

Sa route a finalement mené Bardane à retrouver les Lames, ainsi que Sa Majesté qui a absolument tenu à lire l'avenir dans sa lèvre inférieure, ce qui a beaucoup énervé Bardane qui a décidé que si les étoiles pouvaient lui être utiles à quelque chose, elles lui donneraient de meilleures jambes pour échapper à ces ahuris et ces fous furieux au plus vite. Mais notre Dunmer a fini par se retrouver coincé par les cinglés habillés de rouge, et a été contraint de défendre le vieil Empereur seul pendant que les gardes du corps faisaient passer tous les assassins au fil de l'épée avec une aisance déconcertante.


Image IPB

“Eh oui, Votre Majesté. C'est vrai que je suis plutôt fort. Ne me remerciez pas, je ne vous aime pas de toute façon.”

Sauf que Bardane n'avait pas vu le connard planqué derrière le mur. Comment aurait-il pu le voir ? Il était derrière un mur, bon sang ! Et l'Empereur, à moitié myope et sans doute aussi sourd que sénile, a réussi à prédire sa propre mort aux mains de l'imbécile en question. Il a donné son énorme bijou à Bardane en lui baragouinant des idioties à propos de l'enfer et de son fils perdu. La Lame survivante est alors apparue pour démolir l'assassin de l'Empereur avant de se mettre à chouiner sur son cadavre.


Image IPB

“Bon, j'avoue avoir été un peu dépassé par les événements. Mais reconnaissez qu'ils voulaient vraiment le tuer très fort, quand même.”

Il était alors temps pour Bardane de se faire la malle, tant que personne ne semblait avoir envie de s’occuper de lui. Il arriva bientôt à une grille d’égout fermée à clé (ce qui n’a aucun sens, personne ne ferme les grilles d’égout à clé) et fut contraint de faire demi-tour. Quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre que la dernière Lame disposait de la clé associée à la serrure, et sa surprise fut plus grande encore lorsque ce benêt la lui donna, en lui disant de ramener l’amulette à un vieux moine. Ce jour-là, si Akatosh avait réellement existé, s’était dit Bardane, il aurait empêché cet imbécile de Lame de laisser l’amulette à un crétin dans son genre.

Une fois tiré d’affaire et en sécurité à l’extérieur, Bardane se mit à réfléchir. Une seule chose lui importait désormais : trouver de l’argent. Cela lui permettrait d’acheter de l’hydromel. Revendre le barda récupéré dans les souterrains de la prison paraissait alors être la meilleure option pour Bardane. Après avoir échafaudé un plan d’action qu’il jugeait parfait, notre Dunmer préféré coucha à la belle étoile sur le quai de bois faisant face à la grille de sortie de l’égout de la prison. Il cacha l’Amulette des Rois dans son chignon, avec une aisance remarquable. Petit détail qui peut sembler insignifiant, cette attention portée par Bardane à la cachette de ce bijou qu’il comptait simplement conserver comme miroir sauva Tamriel des mâchoires de l’Oblivion.

Image IPB

Bardane est songeur, car il se retrouve dans une situation délicate : il est libre mais fauché. Ce qui est peut-être pire que d’être riche et prisonnier. Quoique.

La journée du lendemain s’annonçait radieuse pour Bardane Plaalu, et il partit immédiatement en direction du quartier du marché pour y refourguer les babioles amassées la veille au cours de son évasion. Il n’avait pas peur d’être reconnu : avec la mort de l’Empereur et de ses héritiers, personne ne prêterait attention à lui et aucun garde ne serait tenté de perdre son temps à chercher un prisonnier aussi insignifiant. L’ennui, c’est que notre cher Bardane avait omis un détail : il portait toujours la tenue cramoisie des assassins de l’Empereur.

Image IPB

“Je savais bien que j’avais oublié quelque chose. On ne se refait pas.”

Ce fut donc un retour quasiment immédiat en cellule pour Bardane ce jour-là. J’aime autant vous dire que ça ne lui a pas plu.

Image IPB

Encore une leçon durement apprise pour Bardane Plaalu. Mais il a plus d’un tour dans son sac.

Il s’agissait maintenant de sortir d’ici. Fort heureusement pour lui, Bardane avait été gratifié d’un voisin de cellule beaucoup plus coopératif que Valen Dreth, ce qui lui permit d’obtenir très rapidement un gourdin de bonne qualité, recouvert de clous. Bardane apprécia beaucoup cette attention, car il a depuis toujours un lien particulier avec les gourdins. Il rechigne à tuer, ça salit et a priori ce n’est pas très gentil, surtout que tous les gardes du pays vous courent après si vous avez le malheur de vous y essayer. Son entraînement de lame noire lui avait normalement permis d’apprendre à manier la lame avec aisance, mais il n’avait pas vraiment écouté son maître à l’époque. Ses seules compétences se résumaient à l’athlétisme et l’acrobatie, ainsi qu’un certain talent pour la discrétion et le crochetage de serrures. Il mit ce dernier savoir à profit pour s’échapper avant d’assommer d’un coup énergique le gardien en patrouille.

Image IPB

“Ça n’a rien de personnel, n’wah stupide, mais un peu quand même. Tu diras à mon voisin de cellule que je le déteste aussi.”

Une fois à l’extérieur, Bardane ne put s’empêcher de sourire. Mais il se souvint alors d’un élément fâcheux : il n’avait toujours pas d’argent. Il était peut-être même dans une situation encore plus délicate qu’auparavant. Cela eut pour effet immédiat d’effacer toute gaieté de son visage, comme si ce dernier se refusait à exprimer ce genre d’émotions détestables.

Image IPB

Il y a des jours comme ça ou ça ne veut vraiment pas. Tu devrais le savoir depuis le temps, mon pauvre Bardane.

Bardane prit alors la décision de visiter le quartier du marché dans l’espoir d’y trouver quelque chose à manger. Il n’avait pas l’intention de mendier sa pitance, il s’y refusait catégoriquement. Son esprit est si fermé aux influences extérieures qu’il se déteste lui-même pour être un mendiant de sa propre existence, c’est dire. Alors quand une vieille femme laide et repoussante dégageant une odeur comparable à celle des excréments de netchs ivres s’approcha de Bardane pour lui réclamer une pièce d’or, celui-ci se fâcha tout rouge. Non seulement il n’avait pas d’or, mais si ç’avait été le cas il ne l’aurait jamais donné à qui que ce soit. Et encore moins à ce déchet ambulant. Bardane détestait les mendiants, je ne vous l’avais peut-être pas encore dit.

Image IPB

“Non, je n’ai pas de pièce d’or, je me fiche qu’Anu me bénisse ou non et en plus tu pues. Alors recule ou je t’assomme, grand-mère.”

La question qui taraudait maintenant notre Dunmer national était la suite logique des événements : comment gagner de l’argent ? La réponse ne se fit pas attendre : une gigantesque affiche collée contre le mur annonçait fièrement le recrutement en cours de volontaires pour les affrontements dans l’arène. Immédiatement, la fibre bourrine de Bardane se réveilla et il se fit la réflexion que si quelqu’un pouvait se faire de l’argent dans une fosse de combat, c’était bien lui. Mis en confiance par son gourdin et sa stupidité manifeste, Bardane ne comprit pas l’étendue de son erreur.

Image IPB

Bardane n’est jamais allé dans une arène de toute son interminable existence. La publicité peut avoir des effets non négligeables sur le bon sens.

Arrivé sur les lieux susdits, notre Dunmer favori eut l’impression de s’être fait arnaquer. Quelques glands qui parlaient plus qu’ils ne s’entraînaient zonaient dans les sous-sols de la fosse et un ahuri à grosses lèvres l’accueillit en lui aboyant après qu’une lavette dans son genre n’avait rien à faire ici. Comme il était hors de question de rebrousser chemin, Bardane se contenta de ce qu’il avait et passa un moment humiliant à s’efforcer de convaincre le crétin en armure qu’il avait bel et bien l’intention d’aller dans la fosse et de s’y battre. Fort de sa nouvelle armure légère à pointes qui rappelait à Bardane son ancienne vie de cambrioleur, celui-ci put commencer son entraînement intensif.

Image IPB

“Si je ne gagne pas au moins quinze matchs d’affilée, je me déshérite. Mais ça ne sera pas nécessaire étant donné que ce sont des combats à mort.”

Le grand jour finit par arriver : Bardane Plaalu fut envoyé dans la fosse contre son premier adversaire, en tant que chien de fosse. Le moral gonflé à bloc, il s’autorisa une provocation digne de ce nom avant d’écraser son vis-à-vis malchanceux, que les dieux avaient eu la cruauté d’envoyer face à lui.

Image IPB

Voilà sans doute la première raison pour laquelle les spectateurs de l’arène de la Cité Impériale se souviendront longtemps de Bardane Plaalu.

Le combat se déroula ensuite à armes quasiment égales, dans un premier temps. C’est du moins ce que Bardane devait raconter dans les années à venir.

Image IPB

“Bon d’accord, j’ai grave déconné, mais on ne peut vraiment pas faire comme s’il ne s’était rien passé et se réconcilier autour d’une bouteille d’hydromel ? C’est moi qui offre.”

C’est alors que plusieurs facteurs vinrent créer la deuxième raison pour laquelle les spectateurs de l’arène de la Cité Impériale se souviendront longtemps de Bardane Plaalu. L’énergie du désespoir, son instinct de survie et les étoiles sous la protection desquelles il était né jadis vinrent rassembler en Bardane la force de s’enfuir à toutes jambes de la fosse, surclassant complètement son adversaire et les gardes chargés de l’empêcher de quitter l’arène avant la fin du combat. Tous furent pris au dépourvu, et notre Dunmer préféré en profita pour dénicher une cachette idéale pour patienter le temps que toute cette histoire se tasse.

Image IPB

Même si Bardane est indubitablement orgueilleux, idiot, ronchon et tout ce que vous voulez, il faut lui reconnaître une qualité : il est débrouillard.

Cette affaire n’arrangeait pas vraiment celles de Bardane. L’argent gagné en revendant son armure à pointes ne lui permit pas vraiment de se saouler à l’hydromel, pas plus qu’il ne lui avait offert un moyen durable de subvenir à ses besoins. Bardane passa alors en revue les autres possibilités de recrutement qui lui étaient offertes dans le reste de l’Empire. La Guilde des Guerriers était un mauvais choix, Bardane le comprit tout seul avant même d’entrer dans un de leurs bâtiments. La Confrérie Noire était pétrie de cinglés, il était hors de question de faire partie d’une secte bizarroïde aux tendances nihilistes juste parce qu’il n’avait pas un rond. Cela ne laissait pas des masses d’options, surtout que pas grand-monde ne croyait en Bardane.

Image IPB

“Comment ça, ils ne voudront pas non plus de moi à la Guilde des Mages ? Va te faire sodomiser par un guar lépreux, n’wah ignare et irrespectueux !”

La dernière possibilité était donc la Guilde de Voleurs. Armé de sa confiance en lui toute relative et du message livré par la vieille Dunmer moche à la coiffure improbable, Bardane s’avança dans les faubourgs des quais de la Cité Impériale pour y rencontrer Armand Christophe, l’envoyé du Renard Gris. Quelque chose de spécial survint alors dans l’esprit renfrogné de Bardane Plaalu. Les gens qu’il rencontrait ici était comme lui : des parias stupides, trop confiants, pauvres et malpropres, qui n’étaient pas fous mais ne respectaient pas le moins du monde les règles de l’étiquette voire de la loi, et qui surtout étaient débrouillards. Oh, il ne s’attendait pas à devenir leur ami, pas plus qu’il ne croyait vraiment avoir trouvé un véritable foyer, mais sa curiosité fut considérablement accrue par ces rencontres improbables.

Image IPB

Cette nuit sur les quais avec les voleurs et les mendiants de la Cité Impériale fut en réalité un baume au coeur blessé de Bardane. Il ne l’avouera qu’aux portes de la mort.

Les mois passèrent, fructueux et pleins d’astuce. Toujours habillé en mendiant, Bardane était devenu un membre à part entière de ce rassemblement de pauvres hères, et il y avait pris une importance non négligeable. Ces moments de réflexion, de plans, de casses et parfois même de joie n’arrachèrent jamais un sourire à Bardane, mais il demeurait bien plus heureux qu’il ne l’avait jamais été. Et pendant tous ces mois, l’Aube Mythique avait fait la chasse à l’Amulette, en vain. Aucun survivant de l’attaque contre l’Empereur n’avait pu ramener d’informations à Mankar Camoran, et Bardane était bien trop discret pour que quiconque se doute de son implication dans la disparition du Coeur d’Akatosh.

Bardane prit cependant soudainement confiance en lui, réveillant sa vieille stupidité qui ne s’était pas manifestée depuis un bon moment. Il souhaitait cambrioler une maison de gens très riches et très influents, à la fois pour flatter son ego et faire plaisir à ses nouveaux petits camarades. Sauf que son choix se porta sur le palais impérial.

Image IPB

Improviser en une journée un casse que le Renard Gris prépare depuis plusieurs années est parfaitement idiot. Mais il se croyait génial.

Beaucoup d’éléments vinrent faciliter la petite escapade de Bardane Plaalu. Tout d’abord, l’ennemi se rapprochait de la Cité Impériale. L’héritier légitime, Martin Septim, avait été sauvé des griffes de Mehrunes Dagon à Kvatch, lorsque l’effort conjoint des Lames et de la Légion, respectivement dirigées par Jauffre et Ocato, avait permis de briser le siège. Cette manoeuvre avait laissé la Cité avec une défense limitée, et la multiplication des Portes d’Oblivion à proximité de la capitale inquiétaient énormément les garnisons, y compris celles du palais. Toujours sans Amulette, Martin redoublait d’efforts pour la retrouver, tout comme Mankar Camoran. Aucun d’eux ne savait dans quel chignon attendait patiemment le bijou divin.

Bardane profita donc de la situation catastrophique dans laquelle l’Empire était plongé pour se faire passer pour une nouvelle recrue. Son fidèle gourdin lui permit en effet de se procurer sans grande difficulté un équipement complet de garde du palais, et ainsi de s’infiltrer dans la demeure des Empereurs, non sans transpirer légèrement. Du moins Bardane raconta-t-il par la suite qu’il n’avait pas tant paniqué que ça.

Image IPB

“Si tu savais, ahuri de n’wah. Heureusement que vous n’êtes pas aussi racistes que je le suis, j’aurais déjà été jeté dehors.”

La visite du palais constitua une deuxième bouffée d’air frais pour la santé mentale de notre cher Bardane. Dans les couloirs scintillants autrefois bâtis par les Ayléides, ornés de tapisseries cyrodiliennes somptueuses, d’inestimables merveilles s’alignaient les unes après les autres. Des artefacts dwemers curieux, des gemmes spirituelles d’un bleu surnaturel, des montagnes d’or et d’argent, des armes et des armures de verre et d’ébonite pures, des échantillons de plantes venues de contrées lointaines voire d’autres dimensions. Bardane finit par perdre le compte, et à la vue des salles à manger, il perdit aussi la raison.

Image IPB

L’hydromel n’est pas le seul but de Bardane dans la vie. En tout cas, plus maintenant. Mais il demeura toujours un sujet de première importance.

Malheureusement, là encore, Bardane ne put s’empêcher de montrer à tout le monde qu’il était un crétin fini. Il entreprit donc de se rendre dans la salle de réunion du Conseil des Anciens, persuadé qu’elle était vide et qu’il pourrait s’affaler sans demander la permission à qui que ce soit sur un des fauteuils rouges de ceux qui commandent à l’Empire. Sauf que la salle n’était pas vide. Le Grand Chancelier Ocato de Primeterre était là, attendant avec appréhension le retour de Martin Septim d’une expédition visant à détruire le Paradis de Mankar Camoran, dans l’espoir de reprendre l’Amulette à leur adversaire (dans l’hypothèse, bien sûr, que ce dernier l’ait en sa possession, ce qui n’était pas le cas). L’Altmer fatigué demanda sans ménagement à Bardane Plaalu ce qu’il fichait ici. Piqué au vif, et toujours aussi têtu, Bardane eut une réaction naturelle chez lui, presque sans y réfléchir. D’ailleurs, maintenant que j’y pense, il n’y a sans doute pas réfléchi du tout.

Image IPB

Ce jour-là, en pleine Crise d’Oblivion, Ocato dut avoir du mal à en croire ses yeux. Certaines choses surprendront toujours, c’est sans doute là le pouvoir magique de ce qu’on appelle l’idiotie.

Ce fut donc un aller simple pour la Prison Impériale, une fois encore. Sans réelle surprise. Même Bardane avoua par la suite qu’il s’y attendait, mais il me confia également qu’il n’avait pas su résister à la tentation de faire un truc aussi débile de façon aussi désinvolte. C’est tout lui, somme toute.

Image IPB

J’ai appris beaucoup plus tard, après sa mort, que Bardane avait aussi des talents d’illusioniste, et qu’il savait parfaitement quelle était la situation à l’extérieur durant la Crise d’Oblivion. Je ne peux pas m’empêcher de croire qu’il a fait exprès de jouer à l’imbécile en cachant l’Amulette aux yeux de tous durant des mois, avant de la rendre aux Septim au moment propice, juste pour rire un bon coup et se moquer du destin.

L’Amulette des Rois devait finalement être retrouvée dans sa cellule, alors qu’il admirait son reflet à l’intérieur. Elle fut aussitôt amenée à l’Empereur Martin Septim tout juste couronné, provoquant l’assaut final de Mehrunes Dagon, désespéré à l’idée que les Feux de Dragon se rallument. C’est, comme vous le savez sans doute déjà, ce qui advint au prix du sacrifice du dernier des Septim. Bardane fut libéré par ses gardiens au moment de l’attaque des Daedras, ces derniers n’ayant pas pu se résoudre à laisser mourir leurs prisonniers pris au piège aux mains d’un ennemi aussi cruel. Là encore, heureux hasard, car notre Dunmer favori n’avait plus de crochets, et il avait sans doute mal évalué la menace que représentaient les Daedras depuis le début de la Crise d’Oblivion. Fort heureusement, il put prendre la fuite et rejoindre ses confrères et consoeurs de la Guilde des Voleurs sur les quais, d’où ils purent apercevoir le duel entre l’avatar d’Akatosh et le Prince de la Destruction au moment de la fermeture définitive des Portes d’Oblivion.

Ce n’est que quelques semaines plus tard, alors que l’Empire se remettait lentement de la catastrophe, que Bardane put enfin profiter des richesses dérobées avec le reste de la Guilde dans une auberge fraîchement rouverte. L’hydromel coula à flots ce soir-là.

Image IPB

“Il y a juste ce qu’il faut pour me remettre de toutes ces émotions.”

J’ai oublié de vous préciser quelque chose. Bardane aime beaucoup l’hydromel, mais il ne le tient pas DU TOUT.

Image IPB

“Je vous frapperai bien dans la bouche avec mon super gourdin, mais vous êtes vraiment trop nombreux là...”

Dans les années qui suivirent, Bardane poursuivit ses exactions en compagnie de ses nouveaux amis et amies de la Guilde des Voleurs. Il se sentait à sa place au milieu de gens ayant vécu des situations aussi difficiles que lui, et ayant pourtant le même sens de la désinvolture et de la vie au jour le jour. Pour la première fois depuis très longtemps, Bardane se prit à rêver au clair des lunes, enchanté par le scintillement des étoiles du ciel sans nuages de Nirn. Il avait trouvé sa maison.

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Image IPB

Modifié par Nérévar42, 25 juillet 2020 - 17:27.

" C'est en forgeant qu'on devient forgeron "


#11 D.A.D.

D.A.D.

    P.a.p.a masqué


Posté 25 juillet 2020 - 15:56

:lol: ça valait le coup (de gourdin) de tout réécrire ! :good:
"Certaines gens, plantés devant leur miroir, croient qu'ils réfléchissent, alors que c'est le contraire." - San Antonio -

L'imagination est parfois trompeuse, la réalité l'est toujours.


J'obvie à mes déconvenues : je louvoie. Est-ce vraiment vain ? Non : c'est une allitération.


#12 Korfandar

Korfandar

    Ch'ti dragon normand...dans son trou


Posté 27 juillet 2020 - 13:33

Extraordinaire, l'aspect brute épaisse vu de face et sale fouine vu de côté !

L'abus de SMS est dangereux pour l'élocution mentale

Le mod qui révèle (presque) tout sur les dwemers : Dwarmor

Fervent Partisan de l'Instabilité Avatarienne
Quart du quarteron des VGM...






Aussi étiqueté avec concours, été des mille moches, trognes

0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)