Aller au contenu


[Rp]L'Orée


  • Veuillez vous connecter pour répondre
76 réponses à ce sujet

#1 Elenwel

Elenwel

    Granny Smith Wiwi


Posté 18 août 2011 - 15:29

L'OréeImage IPB

Vous approchez de l'archipel de Shivering Isles. Au-delà de la porte située derrière moi se trouve le royaume de Shéogorath, Prince de la Folie et Seigneur des Absences Répétées.

L'Orée, zone déchirée, terre de discorde où errent les prétendants à la bénédiction du Seigneur Shéogorath, une sorte de petit enclot.On y trouve quelques points d'intérêts, tels que la route aux colonnes brisées, la marre aux baliwogs...

La salle aux papillons.
Un petit bâtiment dont les murs sont faits de papillons, on y trouve un table, deux chaises de part et d'autre, ainsi qu'un métronome trônant fièrement sur la table. C'est ici qu'arrivent la plupart des nouveaux venus, accueillis par Haskill.

Le petit village.
Inconsciemment, tout nouvel arrivant sait que ce petit village qui ne paie pas de mine se nomme « Colmur ». A part quelques ermites émérites, tout nouveau venu y élu domicile le temps que la bénédiction prenne effet... La ville est auto-suffisante et apte à accueillir quelques dizaines de personnes tout au plus.

Les portes de la Folie.
Bien, vous allez maintenant pouvoir entrer dans le royaume proprement dit. Vous remarquerez qu'il y a deux portes. L'une mène aux terres de Mania, l'autre à Démentia. Mais ces deux portes sont gardées par l'intangible Gardien des Portes, il broie tout ceux qui ne sont justifiés. Le moment venu, vous pourrez traverser ces portes...

Les Jardins de la Chair et des Os.
Anciennes ruines gardées par des morts-vivants. On dit que ce lieu est lié au Gardien des Portes...

Xeddefen.
Ruine imposante et tortueuse, il semblerait que sous terre elle s'étendrait jusqu'à Colmur, d'où viendrait le fameux Phare de Colmur. Mais aucun résident de la ville n'a encore osé vérifier cela, les grummites ayant investi les lieux.

Voir le messageD.A.D., le 29 avril 2013 - 21:21, dit :

Un avertissement d'Elenwel, c'est un avertissement qui en vaut deux : si tu n'en tiens pas compte, c'est toujours pour TA pomme, et en général, il ne fait pas de quartier. Mieux vaut éviter les pépins, ça empêche d'y laisser sa peau.

#2 Shadow she-wolf

Shadow she-wolf

    Le katana de la GBT


Posté 18 août 2011 - 15:30

Hyna cilla quatre fois, toujours la cuiller dans la main, elle n'arrivait pas à se rendre compte de ce qu'il c'était passé, reprenons...

Le château d'Anvil, la chambre de Baeralorn, la cuiller, la femme géante toute bleue et puis le noir...
Lorsque les couleurs revinrent c'était pour afficher une petite pièce, une table, deux... oui deux chaises, un tic-tac lancinant, et un drôle de bonhomme, chauve, tout de noir vêtu, à part un drôle de col en étoile rouge..
C'était flou, lointain, l'homme avait posé des questions, l'elfe avait bredouillé des réponses, mais elle ne savait plus exactement quoi...
Au bout d'un moment l'homme est parti par la porte, et les murs se sont volatilisés sous forme d'une multitude de papillons, et...

Hyna cilla deux fois, toujours la cuiller dans la main, qui tomba au sol dans un tintement clair et pur...
Sous ses yeux se trouvait de la neige à perte de vue se perdant dans un brouillard indistinct, quelques colonnes de pierres en piteux état et toutes couvertes de neiges descendaient la colline sur laquelle se trouvait la Bosmer, on pouvait deviner là une route, ou un chemin...
On pouvait deviner aussi  de la végétation, dont des sortes... d'arbres... ? Immenses et se terminant par des chapeaux de champignons...

La cuiller avait rebondit, et sonna une seconde fois sur la pierre de la pièce, ce qui réveilla Hyna de son hébétude...
Elle finit par juger qu'il fallait avancer, pas rester ici dans cette pièce, ou ce qu'il en restait...

La neige s'arrêtait bien nettement aux bordures de la pièce et Hyna s'arrêta juste devant, la neige, elle ne connaissait que de nom, les marins en parlaient parfois, notamment les sous-êtres de nordiques, aussi, prudente elle leva sa jupe et posa un pied dedans...
Elle lâcha un glapissement, que c'était froid, et humide... !
Après des efforts, Hyna avait avancé dans la neige, les pieds bleus, ses mains encombrées par la jupe, quand le ciel gronda, un orage...
Elle leva les yeux au ciel et ne vit qu'un ciel bleu clair à perte de vue, et il faisait bon, à part cette neige curieusement froide, mais certainement pas lourd comme il se devait pendant un orage...
Pourtant le grondement se fit entendre une seconde fois et il y eu un flash dans le ciel, d'autres grondements, d'autres flash, mais pas de nuages...

L'eau chuta dru, d'un coup, du ciel, sans prévenir... En quelques secondes la neige avait disparue pour laisser place à la pierre et la boue.
L'eau dévalait la colline en torrent déjà, et avant que la mer puisse réagir, elle glissa et tomba... Elle se releva péniblement quelques mètres plus bas et chercha à se mettre à l'abri de cette pluie, avisa le gros arbre-champignon à proximité et se réfugia en dessous, à l'abri de la pluie...
Sous couvert, elle regarda le ciel, qui cette fois était chargé de nuages sombres, menaçant et en perpétuelle mouvance chaotique...


Les pieds dans l'eau, la robe collée au corps, les cheveux dans les yeux, elle attendit, à trembloter...
Mais qu'est-ce qui se passe ici... ?


La pluie s'arrêta aussi subitement qu'elle avait commencé, les nuages jouèrent dans le ciel encore un peu, avant de se désagréger eux aussi... Maintenant il faisait grand soleil, et la douceur de l'air revint...
Hyna éternua, son nez coulant, elle dû renifler...

#3 Arakis

Arakis

Posté 18 août 2011 - 16:29

Dorian était assit sur une pierre plate, sa tête tonnait comme un tambour, en une fraction de seconde tout était devenu étrange, incohérent et incompréhensible. Réfléchissant il essaya de recomposer le puzzle des événements. D'abord le mage est sa soit disant pierre philosophale ...Une pierre philosophale qui changeait le plomb en merde de cheval. Jusque là tout suivait, cet abruti avait foiré sa formule et accessoirement offert un travail de longue haleine pour les lavandières du coin. C'était la suite qui était confuse. Le livre lancé. L'espèce d'explosion. Puis le livre changé en missile. Le mage décapité à coup de page. Les ricochets dans tous les sens coins de la pièce. Le livre qui se plantait sur sa lame. Le papier se "dégonflant". Les vapeurs qui en sortaient. La chute étrange.

A partir de là il n'avait plus rien compris. Il se souvenait d'une sensation de chute infinie, puis subitement il était debout dans une pièce austère. Face à lui une espèce d'échalas lui avait débité une sorte de monologue incompréhensible, assez semblable dans l'esprit de Dorian à ce que débitait les grattes papiers des bureaux de taxes quand on leur demandait une explication. Il n'avait saisi distinctement dans tout ce charabia que son interlocuteur parlait de Sheogorath, d'Orée, de seigneur absent et de bénédiction ... Il se souvenait que l'échalas lui avait posé des questions, il n'avait répondu que par monosyllabes et sans vraiment faire attention.

Puis tout avait changé, un instant il avait cru que la tête lui tournait et que sa vue se brouillait. Mais petit à petit il s'était aperçu que le problème ne venait pas de ses yeux, les murs bougeaient et se décomposaient en milliers de papillons. Autour de lui s'entendait un paysage étrange, la terre avait une couleur verdâtre et aucune des plantes qu'il ne voyait ne lui évoquait quelque chose. Se levant de sa chaise un claquement d'acier contre le sol le fit sursauter. Se retournant il vit son épée par terre. La ramassant il vit ce qu'il restait du livre encore embroché sur la pointe. On aurait dit une grosse outre brune et flasque. Quand il la tâta du doigt celui-ci s'y enfonça comme dans de la gelée. Ne sachant quoi en faire il agita son arme, le "livre" coula le long de l'arme pour tomber avec un bruit spongieux par terre. Satisfait d'en être débarrassé il essuya la lame sur ce qui ressemblait à de l'herbe non loin (quoique qu'un peu trop gluant et trop verdâtre pour être vraiment de l'herbe) et la rengaina.

Caressant sa moustache du dos de l'index il se mit à avancer sur le sentier situé face à la chaise où il était assis un peu plus tôt. Il devait être emprunté souvent, la neige en avait été consciencieusement enlevé et poussé sur les cotés de la route, celui qui avait fait ça avait même eu la maniaquerie de sécher la terre. Sûrement un mage qui a du temps à perdre, pensa t’il. Un coup de tonnerre le fit lever les yeux au ciel, pas un nuage à l'horizon ... Puis de nouveaux grondements et la pluie se déversa subitement. Il enfonça son chapeau sur son crâne et rentra la tête dans les épaules, pestant sur le fait d'avoir oublier de prendre sa cape au dernier homme qu'il avait supprimé (une bonne façon d'économiser son pécule) et continua d'avancer. Puis soudainement la pluie stoppa, aussi subitement qu'elle avait commencé.

Il enleva brièvement son chapeau et se le secoua histoire qu'il sèche un peu plus vite et se le remit sur le crâne. Décidément un truc ne tournait pas rond dans cet endroit? Sûrement un coup foireux du mage. Sentant son agressivité monter il shoota dans un caillou qui parti un peu plus loin, levant le regard pour voir où il allait il vit soudain une silhouette non loin. A en juger de la taille c'était un bosmer, et qui visiblement avait subit l'averse de plein fouet à en juger de l'éternuement qui venait de lui échapper. Gardant sa main prêt de la garde de son épée mais pas trop pour ne pas alarmer la bosmer, il toussota pour attirer l'attention et demanda du ton le plus calme qu'il pouvait.

"Hola bosmer, savez vous où nous sommes et si possible le pourquoi de cette météo capricieuse et, je dois dire, fort curieuse?"

#4 Shadow she-wolf

Shadow she-wolf

    Le katana de la GBT


Posté 18 août 2011 - 18:48

Hyna se tourna vers la personne qui venait de la héler, c'était un homme, avec sur la tête un chapeau tout dégoulinant qui n'avait pas fière allure, et avec sa moustache tombante lui donna un air comique...
Ne pouvant se retenir elle eut un rire cristallin en le voyant ainsi...

"Dé-désolée... C'est qu'votre chapeau là, il est drôle m'sieur.", dit-elle d'une voix nasillarde en reprenant son souffle...
"Mais nan, je ne sais... pas plus que vous où qu'on est, on a l'air loin d'Anvil ici nan ? Je-je n'avais jamais vu de la neige, ni un tel... tel... tel... arbre..." finit-elle éperdue devant la masse, la tête en l'air...
Et c'était vrai, à Anvil, les seuls arbres existant étaient de pauvres arbrisseaux fruitiers plus ou moins desséchés, rien de comparable à la masse qu'elle avait sous les yeux, masse qui était vivante, bien plus que les arbrisseaux d'Anvil, ça se sentait dans la sève...
Les hommes, surtout le jardinier comtal étaient tous autant incapable les uns que les autres en ce qui concernait les plantes, là, c'était la nature sauvage, puissante, forte qu'elle avait sous les yeux...

Hyna éternua de nouveau...
Reprenant son attention pour l'homme ridicule... Instinctivement elle se composa un air sûre d'elle, pour bien montrer que c'était elle la supérieure ici, même si elle n'était que servante, même s'il faisait une tête de plus qu'elle, elle s'avança vers lui d'un pas assuré...
Pas arrêté aussi surement par sa robe, la jupe était totalement collée aux jambes, lui laissant encore moins d'amplitude qu'habituellement, aussi dut-elle se contraindre à avancer à petits pas...
"J'm'appelle Hyna m'sieur, et vous ?", afficha-t-elle avec un large sourire et prête à lui serrer la main...

#5 Arakis

Arakis

Posté 18 août 2011 - 21:51

Alors que la bosmer se tournait dans sa direction il la jaugea, habillé de façon correcte mais pas franchement luxueuse, visiblement pas de la haute extraction, le genre qui pourrait lui demander de l'argent. Cette pensée le hérissa alors même qu'elle germait dans son crâne, hors de question qu'elle touche à ne serait-ce qu'un de ses septims. Histoire de se rassurer il jeta un oeil à sa bourse, toujours attaché à sa ceinture, le cuir de faucheclan prêt à se refermer sur toute main inconnue et à le mordre férocement. Une trouvaille dont il était particulièrement fier d'ailleurs malgré la somme qu'elle lui avait coûté.

Tout absorbé qu'il était il ne rata pas le commentaire de la bosmer sur son chapeau. Drôle ? Son chapeau ? Il l'enleva de son crâne pour le regarder. L'aigrette était un peu fripée par la pluie, les bords un peu mouillés, la bande un peu de travers à cause de l'humidité mais en lui même il gardait fier allure et pourtant la bosmer en riait ... D'un rire pas si désagréable à l'oreille ceci dit. Il s'en recoiffa en un large moulinet, égouttant au passage la plume en direction de la bosmer. Du dos de son index il se lissa la moustache et réfléchit en vitesse à ce qu'elle venait de lui dire. Elle ne savait pas plus que lui où ils étaient et venait d'Anvil, chose pour le moins surprenante, lui même se trouvait à Caldera avant que l'expérience ne tourne court. Sûrement une histoire de magie là dessous à n'en pas douter.

Il vit la bosmer avancer, il faut le dire d'une façon plutôt comique, bien que l'intention première semblait plus de vouloir se faire une démarche de princesse. Il ne put retenir un léger sourire. Ce fut sa main tendue qui le déstabilisa un instant, en général il serait la main aux hommes qu'il appréciait, baisait celle des nobles dames et se faisait servir ou cogner par le reste. Dans le doute il lui tendit également la main, essayant de ne pas serrer trop fort, les mains de femmes qu'il avait été connue étaient du genre délicate. En même temps il dit d'un ton posé.

"Enchanté Hyna, je m'appelle Dorian, Altenius de mon nom de famille. Comme vous j'ignore pourquoi je suis ici. Ceci dit j'ai déjà vu des arbres un peu du même genre ne Morrowind, quoi que pas de la même couleur et de la même forme. Je suggère que nous fassions un bout de chemin ensemble si ça ne vous gène pas. Etant dans la même situation l'un et l'autre mieux vaut donc nous entraider. Qu'en pensez vous ?"

#6 Nehluxhes

Nehluxhes

    Les mots s'arrêtent à TABRONEH.


Posté 18 août 2011 - 22:54

Nehluxhes était frustré. Exaspéré, même. Il avait traversé montagnes et rivières, plaines et océans, vu quantité de choses incroyables, et ce à travers plusieurs plans, juste pour se retrouver coincé ici, devant les Portes de la Folie, à quelques centaines de kilomètres de New Sheoth, la capitale des Iles Frémissantes, et lieu de résidence de leur Maître.

Cela faisait plusieurs jours qu'il était arrivé sur les Iles. Le voyage entre les plans n'avait pas été aisé, comme toujours. Le Vide qui sépare les différents domaines des Seigneurs Daedra n'a jamais été très hospitalier, et comme il n'existait pas de portails menant vers les Iles à partir de la sphère de Namira, plutôt recluse, il avait bien fallu le traverser.
Toujours est-il qu'en arrivant, il se retrouva dans une petite salle, face à un bréton. Il ne comprit pas trop comment il était arrivé là, mais ne s'en formalisa pas. Pour lui cela ne signifiait qu'une chose, que le Maître de ce domaine le contrôlait bien. Une bonne chose. Lorsque le bréton, un dénommé Haskill, se présenta comme le chambellan du Seigneur Shéogorath, ce fût une moins bonne chose. Confier un poste à responsabilité à un simple mortel, c'était une preuve de faiblesse.
Il écouta néanmoins le discours du bréton sans dire mot, il était vaguement question de faire ses preuves avant de pouvoir rentrer dans le royaume du Seigneur de ces terres.
Son monologue terminé, il disparu avec toute la pièce dans un nuage d'étranges petites bêtes aux ailes colorées, auxquelles il ne prêta pas grande attention.

Et voici que s'étendait devant lui les Iles Frémissantes, ou du moins une petite partie appelée l'Orée, selon les dires du sieur Haskill. Il marqua un temps d'arrêt pour contempler le paysage, cela ne ressemblait en rien aux Terres Mortes, ni à aucun des plans qu'il avait pour l'instant eu l'occasion de visiter. C'était...vert. C'est le premier mot qui lui vint à l'esprit. "Vert." Une couleur qu'il n'avait jamais vu en si abondante quantité. Une végétation luxuriante poussait un peu partout, majoritairement une variante de l'herbe de sang, mais en plus vert, parsemée de champignons aussi grands que des arbres.
Il aperçut au loin ce qui semblait être une ville, et en prit la direction. C'était après tout le meilleur moyen de glaner des informations sur l'endroit où il se trouvait.

Et c'est ainsi qu'il se retrouva dans la taverne d'un petit village du nom de Colmur, assit à une table, après avoir commandé la spécialité du coin, à ressasser les évènements récents. Il fût surprit par la majorité de mortels qui peuplait ce lieu, habituellement ils ne s'aventuraient que rarement dans les plans de l'Oblivion, et c'était bien mieux ainsi. Il fallait croire que le Seigneur de la Folie avait une toute autre vision des choses...Mais après tout, il ne cherchait pas un Maître qui pense exactement de la même façon que Mehrunès Dagon, dont les agissements l'avaient mené à sa perte.
Tout en buvant l'étrange mixture verdâtre qu'on lui avait apporté, pas si désagréable qu'on pourrait penser de prime abord, il écouta d'une oreille distraite les conversation aux alentour.
Certaines semblaient le concerner, apparemment on ne voyait pas beaucoup de dremoras dans ces contrées.

Modifié par Nehluxhes, 19 août 2011 - 16:03.


#7 Elenwel

Elenwel

    Granny Smith Wiwi


Posté 19 août 2011 - 13:00

La taverne de Colmur, tout comme le reste du village, était franchement miteuse, même aux yeux d’un humain. Et la bière locale ne valait pas beaucoup mieux, brassée  à partir d’une mixture d’herbe et de champignons du cru, elle avait un goût acre, une couleur…naturelle, tenait au corps et aidait à obtenir la bénédiction du seigneur de la folie. Il fallait ajouter à ces nombreuses vertus qu’elle apaisait, d’après la tenancière, les rhumatismes.

Parlons-en de la tenancière… Cette bonne femme bretonne, solidement charpentée et engoncée dans une robe  trop moulante pour elle n’avait, depuis l’arrivée du drémora, fait que de se plaindre du temps atroce, alors qu’il faisait un grand ciel bleu, et des douleurs qu’elle avait dans tout le corps à cause de la pluie.

"Ce temps n'est pas naturel, je vous le dis. Il pleut comme si la mer nous tombait dessus, et voilà que la pluie gèle sur place pour nous donner un blizzard pire que le pire blizzard de hauteroche. Ça me donne de ces douleurs dans les genoux... Vous vous rendez compte que je souffre le martyre à rester debout tout la journée... Ça me pique et..."

Au bar étaient assis deux clients, qui ne pouvaient faire autrement que de subir ce déluge de plaintes, un rougegarde en armure d’apparat, portant en blason une épée prise dans une ronce. Qui essayait de faire partager à son voisin, un orc, ses faits d’armes.

« Et c’est là, alors que Farwil était pris en tenaille par trois ogres gigantesques, que j’arrivais avec le fidèle citrouille. Citrouille sauta à la gorge du premier ogre, tandis que j’engageais le second en duel. Le combat fut épique, surtout lorsque Farwil… »

L’orc lui subissait en silence les deux flots de babillage en enchainant choppe sur choppe. Il avait posé à côté de lui un marteau de combat qui avait bien vécu, et portait une armure lourde cabossée et usée par de trop nombreux combats.
Sous l’escalier, assis à la table derrière le drémora, se tenaient deux khajits qui semblaient discuter de la meilleure façon de piéger un monstre en armure lourde. Tout en s’encourageant mutuellement en se promettant monts et merveilles concernant l’équipement du dit monstre.

« Bien sûr que ce sera dangereux Dar’Banir le sait, mais le butin Dar’Kanar ! Le butin ! Une simple dague de cette facture vaut bien 100 septims, alors une épée ! Dar’Banir veut le faire, et Dar’Kanar doit venir avec lui »

Enfin, dans un coin, un petit bosmer se goinfrait sans s’interrompre de petites brioches, en lâchant de temps en temps une exclamation enjouée.

"Miam miam bidou... grmpf grmpf grmpf *bruit de machonement*... ahhhhhh c'est bien bon ça... Je suis calé... *une petite pause* J'ai faim! grmpf gmrpf grmpf..."

#8 Shadow she-wolf

Shadow she-wolf

    Le katana de la GBT


Posté 19 août 2011 - 13:46

Alors qu'ils se serrèrent la main, Hyna pencha la tête sur le coté et fronça les sourcils...
Il n'est pas capable de serrer une main correctement celui-la ?
Aussi serra-t-elle plus fort qu'il ne le fallait...

Elle reprit une mine radieuse et ouvrit la marche...
"Bien sur mon bon m'sieur Dorian !"
D'une démarche guillerette, elle gardait quelques mesures d'avance sur l'homme, elle regardait partout, sentait l'air, cette nature, être loin des villes, ça lui faisait le plus grand bien, elle n'aurait pas cru que ses parents disaient aussi vrai en parlant de leur forêt natale, du manque, du déracinement imposés par la ville...
Tout ceci lui inspira une bonne humeur non feinte, aussi entreprit-elle de débiter un flot continu et ininterrompu d'inanités...

"... Pour sur, Morrowind c'est loin, y'a qu'des personnes toutes grises là bas, du moins les marins qui viennent d'là, et l'pays tout pareil que j'sache ! Pourtant les gros arbres là, ils sont pas gris, pas du tout, ils sont vivants, et beaux ! ..."
"... Pas comme Anvil, là-bas y'a que des arbres qui crèvent, les humains veulent contrôler, et y savent pas faire, faut laisser les plantes faire, ou suivre les chants d'Y'ffre. 'fin c'est c'que dit maman, elle m'a souvent chanté les chansons d'Y'ffre maman, elles sont jolies. ..."
"... 'fin, c'est un drôle d'pays qu'on a là, pas comme votre Morrowind du grand loin nan ? Et puis s'te temps..."

La chaleur montait en effet, tout autour d'eux séchait rapidement, même les vêtements commençaient à respirer, retrouvant une plus grande amplitudes pour ses jambes, Hyna  vadrouilla joyeusement derechef...
La chaleur était de plus en plus assommante, tout comme le badinage de la mer...

"... Mais p't'être qu'on rêve... enfin que j'rêve, pas normal s'pays, pas normal s'temps, puis vous débarquez avec vot' drôle de chapeau rigolo là, c'est bizarre, et sûrement pas réel..."
Elle rit, toujours un rire cristallin, qui tranchait avec la voix nasillarde de la bosmer...

Elle continua comme cela, une curieuse tour en ruine avec des maisons derrière apparurent dans le champ de vision, mais Hyna était trop occupée à regarder les plantes, non consciente des bâtiments, pas plus que de se faisait Dorian...
Elle continua quelques mètres, avant de s'arrêter net en voyant la tour...
"Bah dame, c'est d'là tour ça..."

#9 MangaShojo

MangaShojo

Posté 19 août 2011 - 14:37

Trop vite... Tout s'était passé trop vite...
Ilonwy avait à peine comprit ce qu'il s'était passé, à dire vrai...
Tout avait commencé avec cette histoire de sorcier à moitié fou dans les égouts de la place de Talos. Les mages de guerre avaient été dépêchés sur place et il avait fallu qu'elle soit désignée parmi ceux-ci. Ça ne l'avait pas vraiment gênée, à dire vrai. Elle était plutôt obéissante et puis, c'était une mission de routine. Après, les égouts... Certes, ce n'était pas le grand luxe, mais ça ne sentait pas pire que les bottes de Marcus Optus. L'avancée avait été un peu plus difficile dans le dédale de canaux sombres et malodorants, jusqu'au repaire du sorcier en question. Un vieil invocateur apparemment, qui avait prit une décharge un peu trop violente pour sa tête lors d'un accident magique. Il avait commencé à se prendre pour Zurin Arctus et décidé de détruire l'Empire avec sa terrible armée de morts, jusqu'à ce qu'on l'emmène auprès de guérisseurs compétents. Depuis, il s'était échappé et on avait observé d'étranges odeurs de souffre montant des égouts. Le vieux fou avait invoqué des atronachs de feu. La dernière chose que vit Ilonwy, enfin, la dernière chose du monde où elle était né, c'était un mage décrépi lever les mains avec triomphe alors que les flammes de ses invocations commençaient à le dévorer. Elle se souvenait avoir reculé d'un pas pour basculer alors dans un vide effrayant, des trombes d'eau gluantes et usagés l'accompagnant dans sa chute éternelle. Des objets étaient apparus alors, semblant eux aussi tomber au même rythme que les eaux. Elle n'avait pu les distinguer quand l'obscurité s'était mise à obstruer sa vision et n'avait qu'ouvrir la bouche pour songer à hurler...
Puis elle avait ouvert les yeux pour se retrouver debout. Debout, face à une table, à deux chaises... Et un métronome. Et surtout, face à un homme chauve aux allures de bouffon, mais à la mine toujours impassible. La suite lui avait paru invraisemblable... Ou plutôt, le monologue de cet homme avait eu du mal à se frayer un chemin jusqu'au cerveau de notre Altmer sans succomber face à des défenses de raison qui avaient été érigées pour l'occasion. Aussi, ce qu'elle avait retenu étaient des mots éparses qui, ensemble, ne voulaient de toute façon rien dire. Enfin, quand l'homme s'était relevé, il avait ouvert une porte derrière lui pour disparaître dans une nuée de papillons sombres, la pièce se dissolvant de la même manière.
C'était les lueurs célestes d'un ciel de minuit qui l'avait accueillie. Un ciel mystérieux qui illuminait un paysage morne. Des ruines, une végétation luxuriante et torturée... De hauts champigons, comme ceux de Vvardenfell. Elle avait lu que certains de ces champignons pouvaient atteindre six mètres de haut. Elle avait erré un moment dans ce paysage étrange avant de se diriger vers ce qu'il lui semblait être un village. A force de marcher, elle avait fait vite de trouver des habitations regroupés en communauté. Au vu de l'état de délabrement de l'endroit, elle préféra finalement aller dormir au pied d'un champignon. Il ne faisait pas trop froid et elle réussit à ménager une petite place pour un feu. Elle s'endormit paisiblement, songeant qu'elle verrait le lendemain pour savoir exactement où elle se trouvait... Jusqu'à être réveillé par un vent glacé, qui amena avec lui une humidité fort malvenue.
Ilowy éternua. La neige avait presque tout recouvert, à part elle, bien à l'abri sous son champignon. Elle se leva avec difficulté, puis, sans autre avertissement qu'un grondement orageux, l'eau tomba. Non pas en pluie, comme elle aurait du le faire, mais en cascade, comme si un seau invisible avait été renversé et se déversait sur la terre. L'eau coula encore un moment, créant de vastes torrents, avant que l'Altmer ne se mette en marche pour rejoindre au plus vite son lieu de départ. De là, elle semblait occuper une position centrale de cette étrange région. Une fois arrivée, elle aviserait...
Elle rejoignit la route qui menait à l'entrée du village, qui s'appelait Colmur, enfin, lui semblait-il... Peut-être était-ce cet homme chauve un peu étrange qui le lui avait dit...
Tiens, il semblait y avoir des voyageurs, un peu plus loin... Ils pourraient peut-être la renseigner...

-Oh hé, bons citoyens de l'Empire !!Appela t-elle en agitant le bras. Oh hé !!

Elle approcha à grands pas, habituée qu'elle était à courir et vivre avec son armure sur le dos et se présenta à ces deux voyageurs : une petite bosmer habillée de façon assez misérable, et un impérial, un guerrier sans doute...

-Je ne veux pas vous déranger,dit-elle avec un sourire gêné. Mais, je crains m'être perdu... Sauriez-vous quel est cet endroit étrange, je vous pris ? J'espérais pouvoir retrouver mon chemin en sachant dans quelle contrée obscure j'ai atterris... Sans doute un sort mal contrôlé de ce mage qui m'a fait venir en cet endroit...

Modifié par MangaShojo, 19 août 2011 - 14:40.


#10 Nehluxhes

Nehluxhes

    Les mots s'arrêtent à TABRONEH.


Posté 19 août 2011 - 15:53

La plupart des conversations n'étaient pas d'un grand intérêt pour Nehluxhes, elles portaient essentiellement sur des sujets futiles comme le temps qu'il allait faire, ou sur le fait que des baliwogs avaient encore dévasté des récoltes cette nuit.
Un rougegarde, ou du moins ce que le dremora identifia comme tel, pour lui les mortels se ressemblaient tous, expliquait comment, accompagné d'un compagnon, était arrivé à la rescousse d'un troisième qui était prit à parti par trois ogres. S'en était alors suivi un combat épique, selon ses dires, au terme duquel les trois personnages en seraient ressortis indemnes. A la façon dont il racontait son histoire, le daedroth se dit que ses deux compagnons avaient dû faire tout le travail, il ne savait manifestement pas de quoi il parlait. Savoir se servir de son épée c'était une chose, faire face à un bestiau de plus de dix fois son poids et de cinq têtes de plus que soi, c'en était une autre.

Soudain, une conversation derrière lui attira son attention :

« Bien sûr que ce sera dangereux Dar’Banir le sait, mais le butin Dar’Kanar ! Le butin ! Une simple dague de cette facture vaut bien 100 septims, alors une épée ! Dar’Banir veut le faire, et Dar’Kanar doit venir avec lui »


Les deux Khajiits, que Nehluxhes identifia en tant que tels après un discret coup d'oeil derrière lui, semblaient être en grande discussion à son sujet.
Nehluxhes sourit intérieurement en se demandant comment deux pauvres petits chatons égarés pouvaient bien espérer piéger un dremora, lorsque leur conversation lui rappela qu'il n'avait pas d'argent pour payer sa consommation, et il n'était pas question de faire un scandale aussitôt arrivé. Dans les Terres Mortes, l'argent n'avait en effet pas cours, les Churls, ainsi que des esclaves, majoritairement des prises de guerre récupérées dans d'autres plans et composée en majeure partie d'autres daedras bien qu'on puisse y trouver l'occasionnel sorcier un peu trop sûr de lui pour s'aventurer seul dans les plans, s'occupant à subvenir aux besoin des dremoras de rang supérieurs. Avant que Dagon ne soit vaincu, Mortecime avait d'ailleurs été très propice à renouveler le nombre d'esclaves mortels.
Toujours est-il que puisque ces deux Khajiits ne semblaient pas très amicaux, peut-être parviendrait il à les délester de leur argent sans passer pour l'agresseur...

Nehluxhes continua donc d'écouter attentivement leur plan...

Modifié par Nehluxhes, 19 août 2011 - 16:02.


#11 Arakis

Arakis

Posté 19 août 2011 - 18:11

Dorian fit un effort pour retenir la grimace qui lui montait à la bouche, cette bosmer essayait de lui broyer la main ou quoi ? Ce n'était pas la pire poigne qu'il avait connue (la palme revenant à un orc bourru qu'il avait affronté au bras de fer à Chorrol) mais pour une bosmer c'était inattendu. Alors qu'ils reprenaient la marche il profita qu'elle lui tournait le dos pour se masser la main du bout des doigts, faisant craquer ses articulations à travers son gant de cuir. Il repassa du doigt le bord de son chapeau et le remit droit.

Il n'écoutait que d'une oreille distraite ce qui disait la bosmer, visiblement elle n'avait pas du beaucoup voyagé pour ne pas dire qu'elle n'avait sûrement jamais quitté Anvil. Chaque fois que la jeune fille lui disait quelque chose il répondait d'un vague signe de tête ou d'un vague bruit se voulant affirmatif à ce qu'elle disait. Sa remarque sur la possibilité d'un rêve la fit tiquer, il avait vaguement envisagé cette solution mais si quelqu'un d'autre la mentionnait devant lui ça n'était pas logique. Le propre même d'un rêve était de ressembler à la réalité, si le subconscient brisait lui même sa mécanique c'était que quelque chose n'allait pas rond. Conclusion il ne rêvait pas, ce qui en soit n'avait pas grand chose de rassurant vu que ça coupait court à la possibilité d'un réveil en sursaut et de l'arrêt de toutes ces bizarreries (la bosmer ne l'avait pas entendu mais en passant non loin plusieurs plantes s'étaient mit à lui faire des invitations salaces).

"Vous savez j'ai une excellente méthode pour vous prouvez que nous ne rêvons pas"

A peine avait-il fini sa phrase qu'il décochait une magnifique baffe sur la joue de la bosmer, le but était plus d'impressionner et de produire un claquement sec que de vraiment faire mal. Une façon bien à lui de remettre les idées en place.

"Comme vous pouvez le voir vous ne vous réveillez pas malgré la douleur, donc nous ne rêvons pas ... Et si vous vous moquez encore une fois de mon chapeau je frapperais avec le poing, c'est clair ?"

Alors qu'il reculait d'un pas pour parer à une éventuelle riposte de la bosmer il vit la tour devant eux, l'architecture ne ressemblait à rien de ce qu'il connaissait, qui avait bien pu bâtir une chose pareille ? Alors qu'il observait les sculptures en essayant de reconnaître ce qu'elles représentaient une voix qui n'était pas celle de la bosmer coupa court à ses réflexions.  Mû par des réflexes gagnés à forces de pratique il empoigna un des couteaux sur sa poitrine et le tira à moitié, d'un simple mouvement de poigné il pourrait le sortir de sa gaine et le lancer si le ou la propriétaire de la voix s'avérait trop dangereux à son goût.

Ce qu'il vit lui fit desserrer légèrement les doigts mais pas lâcher le couteau pour autant, un altmer en armure impériale, fait assez rare il faut le dire, une touffe de cheveux roux sur le crâne et le teint un peu moins jaunâtre que certains de ses congénères. Le plus curieux étant l'appellation qu'elle avait utilisé. "Bons citoyens de l'empire" ? Très personnellement il doutait l'être vraiment, plus intéressant cela montrait que l'altmer venait d'un endroit où les gardes étaient sensés faire relativement bonne figure (à Caldera ils étaient nettement moins amicaux, le climat et les locaux ne leur faisait pas franchement le meilleur accueil qui soit). Déjà ça de prit sur le tas ...

Ses propos suivant furent des plus intéressants, elle non plus ne savait pas où ils étaient, ce qui faisait d'elle une allié potentielle et peut être plus supportable qu'Hyna. Encore plus intéressant elle parlait de magie, il y avait donc un lien entre elle et lui (et peut être Hyna). La magie les avait amenés ici, peut être pourrait-elle les en faire sortir ... Une perspective réjouissante, il se voyait mal enfermé ici à jamais en compagnie d'Hyna. S'éclaircissant la gorge il dit à l'adresse de l'altmer.

"Nous aussi nous ignorons où nous sommes, je suis là depuis environ une demi-heure je ne sais trop comment et il semble qu'il en soit de même pour cette jeune fille, d'un geste du menton il désigna Hyna, je suis Dorian Altenius, et vous ? "

#12 Near

Near

    Jamais très loin


Posté 19 août 2011 - 22:58

"Rapport numéro un, premier jour.

J'ai fait un rêve. Pour que j'en garde un souvenir, il fallait qu'il soit bien singulier, et il l'était, sans nul doute. Un individu de type ... saugrenu m'y posait des questions, ou répondait-il aux miennes ? Peu importe, plus j'essaie de me raccrocher à ces bribes d'information plus ma mémoire me fait défaut.

Je ne sais pas quand exactement je me suis réveillé, mais j'ai visiblement été transporté loin du lieu de ma mésaventure. Quelque maraud de passage m'aura trouvé et emmené en lieu sûr, que les Neufs en soient loués. Le paysage n'est guère différent à première vue de ceux que j'ai quittés, je ne pensais pas trouver Cyrodiil si semblable à Morrowind.
Il y a quelque chose d'étrange dans les champignons géants qui bordent les routes, dans l'herbe, le ciel. Si j'avais les moyens de savoir de quoi je parle, je dirais que tout sent la magie.
Peut-être ma nouvelle mission est-elle d'enquêter sur des activités Telvanni en pleine province impériale.

Mais assez de questions pour l'instant, on m'en dira plus quand j'aurai atteint la garnison locale. Pour l'heure, je passerai la nuit à l'abri d'un de ces champignons."


"Rapport numéro trois, quatrième jour"

J'ai enfin atteint Colmur, premier havre de civilisation. Nulle mention sur mes cartes, mais il ne s'agit après tout que d'une bourgade insignifiante. Les habitants ... tout au plus sont-ils quelque peu perturbants. Je n'ai trouvé personne pour me renseigner sur mon chemin, ni sur une quelconque présence locale de la Légion. Il semble n'y avoir aucune figure d'autorité, bien qu'on ne cesse de me parler de la "maison du maire", que j'ai trouvée bien vide.
Ils donnent l'air de me prendre pour un fou, mais je suis plus soucieux de leur propre santé mentale, surtout si ce patelin est celui où je suis affecté ... Qu'est-ce qui m'a pris de ne pas demander de précisions à l'Officier qui m'a chargé de cette mission ?"


"Énième rapport, j'ai quelque peu perdu la notion du temps.

Il s'est, je pense, écoulé un peu plus d'une semaine depuis ma prise de "fonction". J'ai bien essayé de reprendre la route vers l'ouest, mais quoiqu'il arrive je finis par me retrouver toujours au même endroit. Je ne sais pas si ma chute a altéré mon sens de l'orientation ou si quelque puissant charme agit en ces lieux, toujours est-il que je me suis résigné à rester à Colmur, pour l'heure.
J'ai décidé de prendre en charge la sécurité de la région, mais je n'ai rien croisé de plus dangereux que ces étranges créatures que les gens d'ici nomment "Baliwogs". Répugnants, mais aussi inoffensifs qu'un chien de Nix.

Mes patrouilles régulières ont le mérite de m'occuper et de m'éloigner de l'ambiance malsaine et étrange du village. On m'a expressément déconseillé une direction particulière, menant aux "Portes de la Folie". Rien que ça ... J'ai néanmoins accepté, nul besoin de contrarier des citoyens aussi inquiétants. Cyrodiil est bien plus étrange que dans mes livres."



Arminias était étendu à l'ombre d'un arbre-champignon, sur un escarpement un peu au Nord du village. Il lui semblait nécessaire de relire ses rapports, encore et encore, et de continuer à en écrire. Le meilleur moyen de garder ses idées en place, de ne pas désespérer. Il devait faire face à la situation, son honneur de soldat l'exigeait.
Il fut tiré de sa rêverie par des voix, appartenant vraisemblablement aux trois personnes qu'il apercevait au loin en contrebas. Pour ce qu'il pouvait en juger, il ne les avait jamais vues au village.
Partagé entre l'attention prudente et l'espoir que ravivait en lui l'apparition de voyageurs étrangers à cette contrée maudite, il s'approcha discrètement, se demandant s'il ne ferait pas mieux de retourner "chez lui" (il avait investi une cabane déserte sans que personne y trouve à redire) pour enfiler son armure ...

Modifié par Near, 19 août 2011 - 23:11.


#13 Shadow she-wolf

Shadow she-wolf

    Le katana de la GBT


Posté 20 août 2011 - 12:27

La gifle de Dorian blessa Hyna, pas physiquement, ça faisait mal mais voila...
Mais être tirée d'une contemplation par un choc aussi violent fait toujours mal au coeur, le moment est brisé, il a volé en éclat...

Elle jeta un regard noir au men...

Une voix capta leur attention...

Celle d'une...Altmer...
Ah ! Une pédante ! Et en uniforme de garde en plus ! Et l'autre zouave qui lui répond tout gentillement !


Bien décidée à aller bouder dans le semblant de village qui se trouvait par-delà la tour, et sans passer par la route où se trouvait la grande pimbèche, elle se dirigea vers la tour qu'elle contemplait quelques instants avant...
Devant l'eau, elle remonta sa jupe fraichement séchée pour ne pas la mouiller, et traversa à gué...

#14 Raven Dumron

Raven Dumron

Posté 20 août 2011 - 13:54

Le ciel nocturne était étrange. Cela avait frappé Ra'Shadjin dès qu'il avait quitté la salle aux insectes collorés. Pas de Jode, pas de Jone. Ra'Shadjin n'aimait pas cela. Oh non, Ra'Shadjin n'aimait pas du tout cela. Heureusement, il y avait des étoiles. Beaucoup d'étoiles, bien brillantes, bien colorées. Le Khajiit aimait cela. Mais beaucoup de nuages pour les cacher. C'était dommage.
Et puis il y avait ces gros arbres plats. Des champignons. Oui, Ra'Shadjin savait ce que c'était que des champignons. La Mère du Clan s'en servait pour les rituels. Ra'Shadjin en avait mâché une fois. Mauvais goût. Pas sucré. Pas bon. Et ceux-là étaient encore plus gros. Le Khajiit ne voulait pas avoir à les goûter, ça non.
Ensuite, il y avait eu le jour. Ra'Shadjin n'avait pas beaucoup dormis. Il n'aimait pas ces collines. Elles étaient très différentes des siennes. Il n'y avait pas les même proies. Le Khajiit avait aperçu une drôle de bestioles, bipède avec des pattes courtes et une grosse tête. Le Khajiit l'avait observée longuement, puis s'était éloigné. Le Khajiit n'avait pas faim. Pas encore...

Oui, le jour était venu. Ra'Shadjin ne savait toujours pas où il était. Cela ne lui plaisait pas. Un bon chasseur ne se perd pas. Ra'Shadjin avait commencé à explorer prudemment. Au loin, il y avait une grande tour. Pourtant, avant d'être ici, quand il était encore là-bas, les villes étaient loin. Quelqu'un avait-il assomé le Khajiit pour essayer de le transformer à nouveau en esclave, et l'avait amené dans un pays de sédentaires ? Ou alors, au sud d'Elsweyr ? C'était la jungle, en bas, Ra'Shadjin le savait. Peut-être les champignons y poussaient très grands...
Pourtant, Ra'Shadjin ne se souvenait pas d'avoir été assomé. Ra'Shadjin avait chassé sous les lunes, et Ra'Shadjin avait trouvé les disciples de Sheoggorath. C'était à lui de les trouver, à lui de montrer que sa tribu était plus forte. Ra'Shadjin était un Cathay, le plus fort des siens. Ra'Shadjin n'avait pas peur. Les disciples du Vieux Fou n'étaient pas aussi forts et rusés que lui. Le Khajiit le savait. Ra'Shadjin avait profité de l'ombre, et avait attendu le moment propice. Puis il avait bondit. Il en avait tué un, deux, trois. Certains avaient essayé de se défendre. D'autres non. Celui qui portait la robe bien colorée, lui, était resté là à rire. Ra'Shadjin l'avait tué en dernier. Ra'Shadjin se méfiait du khajiit qui riait. C'était un magicien, Ra'Shadjin en était sûr. Pourtant, il ne s'était pas défendu. Ra'Shadjin lui avait planté ses griffes dans les côtes, et lui avait crié "Le serviteur va rejoindre son maître !". Du moins, jusqu'à ce que Ra'Shadjin lui arrache la gorge avec ses crocs. Là, il n'avait plus que craché du sang. Ra'Shadjin avait alors vu la belle amulette qu'il avait au cou. Ra'Shadjin s'en était emparé, pour qu'elle ne soit pas pleine de sang...

... et là, le Khajiit ne comprenait plus. Il y avait un vieil humain tout chauve qui lui demandait de s'asseoir. Ra'Shadjin n'avait pas bougé. Ra'Shadjin se demandait comment le khajiit qui riait avait pu lui jouer ce tour. Puis l'homme avait insisté à nouveau. Le Khajiit avait regardé le siège, puis l'humain, avait retroussé les babines, puis s'était installé sur le petit siège avec ses quatres pattes, la queue fouettant l'air sauvagement. L'humain s'appelait Haskill. Il l'appelait par un nom qui n'était pas le sien. Ra'Shadjin l'avait corrigé avec un sourire qui montrait bien les crocs. Haskill avait levé un sourcil, puis avait commencé à lui parler de Sheoggorath, d'un passage. D'une Orée. Ra'Shadjin lui avait demandé si l'Orée brillait, comme l'or. L'humain n'avait pas vraiment répondu. Tout ce qu'il disait était bizarre. Ra'Shadjin avait écouté, et Ra'Shadjin avait compris que Haskill était un autre serviteur de Sheoggorath, avec son esprit différent. Le Khajiit avait arrêté de répondre aux remarques de l'humain. Ra'Shadjin était censé apprendre une leçon à la tribu qui vénérait Sheoggorath trop près de la sienne, mais Haskill était un humain. Un humain ne pouvait pas en faire partie. Avant que Ra'Shadjin ait décidé de son sort, Haskil s'était levé, et avait disparu en insectes colorés ; puis c'était toute la pièce qui avait disparu en insectes colorés. Ra'Shadjin avait essayé d'un attraper un, mais ça allait trop vite.

Et puis c'était la nuit. Et maintenant le jour. A un moment, il y avait du Kahj' blanc qui était tombé du ciel, puis de l'eau, beaucoup d'eau. Ra'Shadjin n'avait pas aimé ça du tout. Il s'était accroché au tronc d'un champignon avec ses griffes, au-dessus du sol, et avait regardé l'eau passer, les oreilles rabattues. Enfin, quand ça s'était arrêté, Ra'Shadjin avait filé vers la tour. Le Khajiit pensait pouvoir trouver un abri dans chaque colline et chaque valon, mais c'était sans compter sur l'eau qui tombait en rafale. Pour cela, Ra'Shadjin aurait besoin d'une construction, permanante ou temporaire.
Mais arrivé pas loin de la tour, Ra'Shadjin avait aperçu d'autres constructions de sédentaires. Des maisons, et des gens. Ra'Shadjin était un Cathay, ses sens portaient loin. Le Khajiit s'était donc installé en surplomb, et observait les allées et venues...

Modifié par Raven Dumron, 21 août 2011 - 00:58.


#15 Trias

Trias

Posté 20 août 2011 - 14:36

— Bernice !! Do'Sarhim retire ce qu'il a dit sur ta put... sur ta boisson ! Donne à Do'Sarhim un peu du breuvage que tu appelles bière, Do'Sahrim est prêt à....

L'apostrophe avait résonné au dessus de Nehluxhes, vibrante et râpeuse, et tout aussi vivement suspendue : un khajiit en robe de bure se tenait sur l'escalier mité, et fixait le drémora d'un air interloqué. Sans doute devait-il provenir de l'étage, et son arrivée été couverte par les caquetages de l'étrange assemblée.

— Un cornu qui a oublié de sabrer ? Do'Sarhim se pincerait volontiers, mais finirait par avoir mal au bras dans un endroit pareil...

Ses iris dorées parcoururent la salle l'espace d'un instant : l'elfe boulimique, la tenancière hypocondriaque, le rougegarde mythomane. Soudain, sa mine s'illumina.

— Ca y est, Do'Sarhim a trouvé ! Le cornu est un cornu pacifiste !

Il acheva sa descente, et atteignit le palier, fixant toujours Nehluxhes, mais en lorgnant sur son épée cette fois.

— A moins que Do'Sarhim ne se trompe ?

Modifié par Trias, 20 août 2011 - 15:15.


#16 MangaShojo

MangaShojo

Posté 20 août 2011 - 16:08

Les deux étrangers l'écoutèrent avec une grande attention, enfin, pour ce qui était de l'impérial, c'était assuré, mais pour la bosmer... Ilonwy jeta un petit regard curieux par-dessus l'épaule du guerrier. Elle semblait du genre tête en l'air... Et assez naïve sans doute. Une gamine des rues, née dans un quelconque taudis, un peu comme elle, à part que sa mère l'avait donnée à la Légion en espérant qu'elle y vivrait mieux. Il était vrai que si les repas étaient frugales et que sa couverture avait tendance à lui gratter, elle avait au moins un toit et à manger. C'était mieux que rien...
A part, qu'ici, elle n'était pas sûr de retrouver son toit, dans cette flore étrange, près de ce village qui ne lui évoquait rien de connu... Peut-être que ces étrangers à qui elle s'adressait en sauraient davantage...

-Nous aussi nous ignorons où nous sommes, je suis là depuis environ une demi-heure je ne sais trop comment et il semble qu'il en soit de même pour cette jeune fille.

Ilonwy réprima un gémissement plaintif. Que les dieux leur viennent en aide, quelle était donc cette malédiction ?!

-Je suis Dorian Altenius, et vous ?

L'altmer resta un instant silencieuse, comme hésitante, avant de répondre :

-Ilonwy... Mage de guerre au service de l'Empire... Hum... J'aurais une autre question... Je ne sais pas si cela peut nous aider mais... J'ai fais la rencontre... Enfin... Un homme au crâne dégarni... Vêtements bouffants... Air impassible, vous voyez ? Ça me semblait être une hallucination, mais à tout y réfléchir...

Elle s'interrompit dans ses réflexions. Son œil exercé à repérer les fauteurs de trouble dans la foule de la Cité impériale et ses cibles sur le terrain venait d'observer une personne un peu plus loin. Elle était à l'ombre d'un champignon et sa silhouette évoquait à l'Altmer celle d'un homme. Elle leva une main pour attirer son attention :

-Oh hé, citoyen ! Pouvez-vous nous renseigner ?

#17 Elenwel

Elenwel

    Granny Smith Wiwi


Posté 20 août 2011 - 16:11

A la taverne, Dar'Kanar et Dar'Banir, pris dans leurs débats pour savoir si oui ou non, ils allaient affronter ce monstre, n'avaient absolument pas remarqué l'attention soutenue de Nehluxes.  Dar'Kanar continuait donc d'essayer de convaincre son cousin de le suivre dans cette aventure. Le bruit ambiant couvrait cependant une grande partie de leur conversation.

"Gnom... gnomm... gnom... Je me glissais derrière lui et... Xedeffen... ce temps est infecte... Il devra aller parmi les os. Dar'Banir a vu des... bières est très bonne contre les rhumatisme... Mais qu'est ce que c'est bon Berenice! ... grille... Citrouille était là!...

Caitiff! Cessez d'espionner mes serviteurs ! Vous n'êtes pas le bienvenue ici."

Au milieu de tout ce brouhaha, une voix pleine de gargouillis semblait sortir de la table du drémora, et plus précisément de sa pinte de bière. Au milieu de la mousse verdatre s'était formé un petit visage barbu et las.

"Par moi même ce que je déteste faire ça, cette mixture est immonde.... Haskil! Interdisez moi ça. Je ne veux pas d'un serviteur de Dagon ici, caitiff, Dites lui que je ne suis pas d'humeur pour une guerre. Ou peut être devrais-je vous étriper et écrire mon message dans le Vide avec vos boyaux? Partez! Vous n'êtes pas drôle. PAS DRÔLE !!!"

La tête eut soudain un accoup, les yeux semblant se river sur l’escalier derrière Nehluxes.

"Quoi que... Vous aimez les chats caitiff? Moi oui... J'ai besoin d'un tapis vous savez?"

Voir le messageD.A.D., le 29 avril 2013 - 21:21, dit :

Un avertissement d'Elenwel, c'est un avertissement qui en vaut deux : si tu n'en tiens pas compte, c'est toujours pour TA pomme, et en général, il ne fait pas de quartier. Mieux vaut éviter les pépins, ça empêche d'y laisser sa peau.

#18 Near

Near

    Jamais très loin


Posté 20 août 2011 - 17:42

Apparemment, il avait été repéré. Arminias Invictus n'était pas réputé pour sa discrétion, mais au vu de la distance, cela en disait long sur les sens aiguisés de ces nouveaux arrivants.
Eh bien ... je n'ai plus qu'à faire mon "travail" j'imagine.
S'approchant à grand pas des étrangers, il ne put s'empêcher de marquer un léger temps d'arrêt dès qu'il les vit d'assez près, surpris par ce groupe à la composition fort inhabituelle. Une Bosmer criarde, un Impérial qu'on croirait tout droit sorti d'un livre, et une Altmer ... en armure ?

Se tenant prêt à dégainer à la moindre alerte, il fit quelque pas et lança, d'un ton aussi officiel que possible :

"Halte, veuillez décliner votre indent ..."
Une plaque de verglas n'avait rien à faire là, mais elle n'avait pas l'intention de le laisser finir sa phrase, aussi s'écroula-t-il, après une belle glissade, aux pieds de l'Altmer qui l'avait hélé tantôt, face contre terre.

Il se releva péniblement, honteux et endolori, toussa, et essaya de se recomposer un air avenant.
"Ahem, veuillez m'excuser. Je me nomme Arminias Invictus, Chevalier de la Légion Impériale, et je vous somme de me donner immédiatement les raisons de votre présence en ces ... Hé là, attention, n'allez pas dans ! ..."
Il venait d'apercevoir la Bosmer qui s'avançait imprudemment sur le gué, et se précipita dans sa direction. Malheureusement, une branche basse accrochant sa ceinture lui fit perdre une nouvelle fois l'équilibre.

SPLAFF !

Et notre Impérial de se retrouver les quatre fers en l'air près du bord de la mare, trempé jusqu'aux os et rougissant encore davantage.
" ... dans l'eau ...".

Modifié par Near, 20 août 2011 - 17:52.


#19 Arakis

Arakis

Posté 20 août 2011 - 18:39

Une mauvaise nouvelle pour une bonne, l'altmer ne savait pas non plus où ils étaient mais au moins elle n'était pas hostile. C'était déjà un soulagement, le meurtre intempestif et qui plus est non rémunéré n'était pas franchement sa tasse de thé. Il lâcha donc la garde de sa dague et histoire d'être plus présentable lissa le bord de son chapeau du bout de l'index. Une fois ceci fait il enchaîna sur sa moustache.

« Ravi de vous rencontre Ilonwy, vu que nous sommes dans la même situation je suggère que nous faisions un bout de route ensemble, si toute fois vous êtes d’accord ? »

Le propos suivant d'Ilonwy le fit tiquer, lui aussi revoyait une espèce d'épouvantail habillé de façon quelque peu étrange mais visiblement coûteuse, encore une fois un maigre indice pour comprendre perçait à la surface, c'était déjà ça de prit.

"Vous voulez dire un échalas habillé comme un croque mort, raide comme s'il avait avalé une hallebarde et qui semblait hésiter entre l'overdose de skooma et la pierre aux pieds pour mettre fin à ses jours ? Si c'est le cas oui j'ai vu un individu du genre, il m'a débité tout un discours, assez incompréhensible il faut le dire. Il a dit s'appeler Haskill ou quelque chose du gen ..."

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'une exclamation le coupait, d'un réflexe gagné de longue date sa main fusa et tira son premier couteau, se tournant vers là d'où venait la voix il vit un impérial s'avancer vers eux en ... glissant ? Décidément où qu'il se soit retrouvé c'était vraiment un endroit de fou (à cette pensée il eut l'impression d'entendre une petite voix très amusée lui murmurer "oui, exactement !!"). Le nouveau venu se releva comme il pouvait avant de se présenter. Ca, un chevalier de la légion ? Pas étonnant que tout foute le camp en Morrowind s'ils étaient tous comme ça ... Et en plus il lui donnait des ordres le coquelet ...

Avant qu'il ait pu dire quoi que ce soit (de fortement désagréable bien entendu) le soit disant chevalier avait reporté son attention sur Hyna qui avançait vers l'eau et visiblement s'était à nouveau étalé de tout son long. Face à un tel zouave il décida de rengainer son couteau, s'il combattait aussi bien qu'il tenait debout ça ne serrait pas dur de le mettre hors d'état de nuire, les pitreries du dénommé Arminias lui arrachèrent même un sourire.

Modifié par Arakis, 20 août 2011 - 20:48.


#20 Nehluxhes

Nehluxhes

    Les mots s'arrêtent à TABRONEH.


Posté 20 août 2011 - 20:51

Le bruit ambiant de la taverne n'aidait en rien le dremora à comprendre le dialogue des Khajiits, et il n'en tira qu'un charabia incompréhensible, amalgame de plusieurs conversations distinctes :

-"Gnom... gnomm... gnom... Je me glissais derrière lui et... Xedeffen... ce temps est infect... Il devra aller parmi les os. Dar'Banir a vu des... bières est très bonne contre les rhumatisme... Mais qu'est ce que c'est bon Berenice! ... grille... Citrouille était là!...


C'était dans des moments comme celui-ci que le dremora regrettait de s'être jamais intéressé à la magie autrement que comme un moyen de destruction, un simple sort d'altération visant à l'isoler lui et les deux Khajiits des bruits extérieurs aurait pu faire l'affaire, mais il en était incapable. Il envisagea bien un moment de supprimer à l'aide d'une bonne boule de feu toutes les sources du bruit, mais il douta que cela soit très productif.
Comme si on avait lu dans ses pensées, une voix bien différente des autres se fit soudain entendre :

-"Par moi même ce que je déteste faire ça, cette mixture est immonde.... Haskil! Interdisez moi ça."

Nehluxhes mit un certain temps à comprendre que la voix venait...de sa chope de bière. Un visage barbu s'était formé, qu'il identifia immédiatement comme étant celui de Shéogorath. En plus vert.

-"Je ne veux pas d'un serviteur de Dagon ici, caitiff, Dites lui que je ne suis pas d'humeur pour une guerre. Ou peut être devrais-je vous étriper et écrire mon message dans le Vide avec vos boyaux? Partez! Vous n'êtes pas drôle. PAS DRÔLE !!!"

Le visage se mit alors à fixer un point derrière le dremora:

-"Quoi que... Vous aimez les chats caitiff? Moi oui... J'ai besoin d'un tapis vous savez?"

Avant même que Nehluxhes esquisse un mouvement de lèvre pour répondre, l'apparition s'estompa. Il se leva et se retourna avec la ferme intention de donner à Shéogorath ce qu'il désirait, s'il voulait un tapis en poil de Khajiit, il l'aurait, lorsqu'il en aperçut un troisième qui s'avançait dans sa direction en s'adressant à lui :

-"Un cornu qui a oublié de sabrer ? Do'Sarhim se pincerait volontiers, mais finirait par avoir mal au bras dans un endroit pareil..."

Le daedroth toisa le nouveau venu d'un regard méprisant..."Encore un de ces animaux?" se dit-il, "Ils se tous donné rendez-vous ici pour m'empuantir de leur présence?"
Le Khajiit ne semblait pas bien imposant mais sa posture trahissait un entraînement martial, ce qui en plus de la forte probabilité qu'il prête main forte à ses frères de race décida Nehluxhes de ne rien tenter...pour l'instant. De plus il n'était à présent plus bien sûr desquels de ces fauves le Dieu Fou voulait parler. "Dans le doute..."
L'intrus le tira de ses pensées, il avait manifestement senti une certaine hostilité chez le dremora :

-"A moins que Do'Sarhim ne se trompe ?"

Il fixait des yeux l'épée du dremora.


C'est seulement alors que celui-ci se rendit compte qu'il avait déjà porté par réflexe la main à la poignée de son épée.
Il l'en éloigna et se départit de son air le plus affable, tâche difficile car ô combien inhabituelle :

-"Non, bien sûr que non vous ne vous trompez pas...cher...mortel...Do'Sarhim..."
Bien qu'il jugea que c'était sans doute une bonne occasion de tenter de tirer plus d'informations sur les Portes de la Folie et leur immonde gardien de ce Khajiit qui avait l'air plutôt loquace, il ne put s'empêcher d'ajouter dans sa tête : "...pour l'instant..."

-"Je n'ai absolument aucune raison d'être agressif contre vous...oh, bien sûr si un de mes supérieurs me l'ordonnait, je serai bien obligé de vous étriper sur place et de planter votre tête au sommet de l'une de nos tours afin que vos semblables comprennent qu'ils ne sont pas les bienvenus, mais cela reste bien sûr de l'ordre de l'hypothétique!"
Le dremora avait lancé cela sous le ton de la boutade ce que le félin semblait avoir bien compris puisqu'il se mit à rire à son  tour.

-"Alors comme ça vous vivez ici? Cela fait longtemps?"

Modifié par Nehluxhes, 20 août 2011 - 22:18.


#21 MangaShojo

MangaShojo

Posté 20 août 2011 - 21:40

Dorian s'était détendue quand il l'avait entendue se présenter, et était allé jusqu'à lui proposer d'accomplir un bout de chemin avec elle, ce qui était plutôt pour l'arranger. Pour ce qui était de la description d'Haskill, oui, elle s'en rappelait bien, c'était le nom sous lequel il s'était présenté, l'impérial avait fait une description assez évocatrice :

-Vous voulez dire un échalas habillé comme un croque mort, raide comme s'il avait avalé une hallebarde et qui semblait hésiter entre l'overdose de skooma et la pierre aux pieds pour mettre fin à ses jours ?

L'Altmer rougit malgré elle. Elle n'aurait pas été aussi directe, néanmoins, il était vrai que ce Haskill ressemblait effectivement à cela...

-Si c'est le cas oui j'ai vu un individu du genre, il m'a débité tout un discours, assez incompréhensible il faut le dire. Il a dit s'appeler Haskill ou quelque chose du gen ...

Il fut interrompu lorsqu'elle héla l'inconnu au loin et autant il s'était détendu quand elle avait déclinée son identité, autant là, il se contracta, sortant habilement un couteau. Pour sa part, Ilonwy avait sa magie à portée de main... Et puis ce type, au loin, un impérial aux cheveux d'un roux évoquant celui du blé au soleil, ne portait pas d'armure. C'était triste à dire, mais il brulerait vite...

-Halte, fit l'impérial d'un air solennel, veuillez décliner votre indent ...

L'inconnu perdit soudainement l'équilibre et atterrit au terme d'une incroyable glissade aux pieds d'une Ilonwy qui se demanda un instant ce qu'il venait de se passer. Il y eu quelques crissements dans sa tête, puis on rebrancha ses neurones qui avaient sautés et elle finit pas songer que cet endroit était au moins aussi étrange que ses habitants. Enfin, ce citadin réussirait sans doute à les renseigner quand il aurait fini de retrouver son aplomb...

-Ahem, veuillez m'excuser. Je me nomme Arminias Invictus, Chevalier de la Légion Impériale, et je vous somme de me donner immédiatement les raisons de votre présence en ces ... Hé là, attention, n'allez pas dans ! ...

Ilonwy se recula d'un pas pour laisser l'impérial se précipiter sur la petite bosmer et alors qu'il parlait, il sembla à nouveau défier les lois de la gravité pour s'étaler et se tremper jusqu'aux os.

-... Dans l'eau...

Ilonwy cligna un peu des yeux avant d'approcher prudemment, une main sur sa masse d'arme en argent, l'autre devant elle d'un geste apaisant. Une fois près de lui, elle releva l'impérial en le tirant un peu plus loin, au sec.

-Pour ce qui est de mon identité, chevalier, se risqua t-elle en tentant de se donner l'air un peu plus assuré, je suis la mage de guerre Ilonwy, au service de l'Empereur en la Cité impériale... Et ce n'est pas... Un simple provincial... Qui me donnera des ordres.

Elle avait eu l'air un peu plus hésitante vers la fin. Logiquement, les soldats affectés au sein de la capitale représentaient une sorte d'élite. Il s'agissait des plus efficaces, ou de ceux qui avaient la chance d'avoir des parents avec un peu d'argent. Les autres étaient exilés au fin fond du trou du... Hum, dans les endroits les plus reculés de l'Empire et cet homme, malgré son titre de chevalier, devait être de ceux-là.

-Quant à ce que nous faisons ici... Si nous le savions, nous pourrions vous répondre... Et vous, que faites-vous ici ?

#22 Near

Near

    Jamais très loin


Posté 20 août 2011 - 23:10

Cette Elfe l'avait aperçu d'aussi loin, et voilà qu'elle venait de le soulever aisément, faisant preuve d'une force assez surprenante, que n'aurait pas reniée Olfin gro-Moghakh, son ancien instructeur. Durant le peu de temps qu'il avait passé sur ses deux pieds, il avait eu l'occasion de sentir une attitude un brin menaçante chez l'Impérial au chapeau, qui semblait s'être calmé à présent. Mais cette Altmer avait quelque chose qui la lui faisait apparaître comme bien plus dangereuse que son compagnon.

La mine renfrognée, il entreprit d'essorer à la hâte ses vêtements trempés (regrettant une nouvelle fois son armure, qui lui donnait une toute autre contenance qui n'aurait pas été superflue dans ces conditions), tout en écoutant ce que sa "sauveuse" lui disait, d'une voix timide qui contrastait avec la relative dureté des mots prononcés. L'effet en fut tout de même rassurant, et il eut du mal à ne pas laisser éclater un rire nerveux et soulagé en apprenant se trouver en présence d'une camarade légionnaire. Il se sentit d'autant plus confus et décida de clarifier les choses, après s'être assis, pour éviter toute nouvelle mésaventure, et s'être éclairci la gorge.

"Veuillez excuser mon aplomb, gente dame. L'habitude de m'adresser à la pire vermine de Vvardenfell, ainsi que les nombreux jours de solitude depuis mon départ de Morrowind et mon arrivée ici, n'ont pas été pour entretenir mon sens de la civilité. Pour tout dire, je suis soulagé de rencontrer enfin un représentant de l'ordre. Les autochtones ne se sont guère montrés coopératifs ... votre Cyrodiil est assurément une contrée surprenante.
D'ailleurs, vous devriez dire à votre amie de faire attention avec l'eau. Il me semble que des créatures y vivent, je serais curieux de savoir comment vous les appelez ...

Quant à ce que je fais ici ... je crains de m'être égaré, et malgré tous mes efforts je me suis trouvé incapable de m'éloigner de ce trou à rats ... (Il tendit l'index en direction de Colmur). En attendant, je fais mon travail, bien qu'il ne consiste finalement qu'à jouer au garde-chasse ...
Mais qu'entendez-vous par "Si nous le savions, nous pourrions vous répondre" ? Ne me dîtes pas que vous vous êtes perdus dans votre propre région ?"

Il eut toutes les peines de Nirn à dissimuler sa déception alors qu'il prononçait cette dernière phrase. Ainsi, ces nouveaux venus seraient tout aussi incapables que les autres de l'aider à retrouver son chemin ? Il repensa à ses rapports -qu'il avait, faisant preuve d'une prévoyance inhabituelle, laissés sous le champignon-, et songea amèrement qu'il allait avoir l'occasion d'en écrire beaucoup d'autres ...

Modifié par Near, 20 août 2011 - 23:18.


#23 Trias

Trias

Posté 20 août 2011 - 23:15

« Non, bien sûr que non vous ne vous trompez pas...cher...mortel...Do'Sarhim... » dédouana le Daedra d'une voix rauque, dont la tessiture se perdait dans de surnaturelles résonnances.

Le Khajiit le dévisageait, sans mot dire ; d'un air perplexe, comme méfiant.

« Je n'ai absolument aucune raison d'être agressif contre vous..., reprit alors  Nehluxhes. Oh, bien sûr si un de mes supérieurs me l'ordonnait, je serai bien obligé de vous étriper sur place et de planter votre tête au sommet de l'une de nos tours afin que vos semblables comprennent qu'ils ne sont pas les bienvenus, mais cela reste bien sûr de l'ordre de l'hypothétique! »

Le regard acidulé du félin pétilla, et ses traits se retroussèrent soudainement, dévoilant l'ivoire d'une rangée de crocs.

HA HAhahaha ! éclata-t'il d'un rire sonore, tout en frappant victorieusement son poing contre sa paume. Do'Sarhim le savait ! jubila-t'il. Do'Sarhim savait que le cornu n'était pas fou ! Do' craignait que le cornu soit pacifiste !

Les divers clients de la taverne bigarrée ne réagirent que mollement à cette démonstration de joie. Manifestement, l'excentricité était coutume en pareil lieu, de sorte que personne ne s'en étonnait vraiment. Mais l'homme-bête, en quelques pas agiles, avait déjà gagné la table du Caitiff.

Le cornu permet ? demanda-t'il poliment en choisissant une chaise dos au mur, à l'opposé du siège de Nehluxhes.

Alors comme ça vous vivez ici ? Cela fait longtemps ?

Un éclair de malice pétilla dans les yeux du fauve, qui se mit à l'aise.

— Do'Sarhim est tellement content que le cornu ne soit pas fou, que Do'Sarhim se ferait tirer les vers du museau avec plaisir. Seulement... — une expression navrée désola les manifestement très labiles traits du Khajiit — ... seulement, Do'Sarhim n'est qu'un pauvre chat assoiffé, et sa gorge est trop sèche pour deviser convenablement.

Lorgnant sur la chope de Nehluxes, Do' relâcha un instant une griffe, raclant doucement l'emplacement vide sur son propre versant de la table.

— Peut-être le Cornu aurait-il une solution ?  

Ce faisant, sous ses airs enjoués, le félin dévisageait attentivement le drémora. D'une part, parce que c'était la première fois qu'il en voyait un d'aussi près. D'autrepart, parce qu'émettre quelques simples amabilités avait semblé lui arracher la gorge... et finalement parce qu'il pensait son humour (sanglant) très révélateur.  Toutefois... il était peut-être la seule bête présente capable de l'aider à passer le gardien...

#24 Elenwel

Elenwel

    Granny Smith Wiwi


Posté 21 août 2011 - 16:53

Haskil contemplait les deux arrivants en silence, il était plutôt rare que deux personnes arrivent en même temps par la même porte et l’invitation n’avait été lancé que pour un… La fiche disait altmer. La fiche ne pouvait pas se tromper. Après tout c’était les règles et le Pacte Sil empêchait les altesses daédriques de faire n’importe quoi avec Nirn. Même son maitre devait suivre le Pacte… Bien qu’il n’en faisait qu’à sa tête. Heureusement qu’Haskil avait trouvé cette… faille diront-nous dans le Pacte. Ce n’était pas une porte, encore moins une obligation, tout juste une invitation en passant. Les règles lui imposaient de le signaler à chaque candidat, ce qu’il faisait avec diligence et un certain agacement. Heureusement que le tabouret était là pour empêcher les candidats de trop parler, et de trop s’en souvenir. Le tabouret était… Haskil avait du mal à l’admettre, mais le Tabouret n’était pas du tout conforme aux Règles.

« Je suis désolé de vous apprendre que je n’ai qu’un siège à vous offrir, mademoiselle ayant déjà pris place, vous devrez vous contenter de rester debout. Ce qui est dommage… La pièce n’est pas prévue pour accueillir deux visiteurs en même temps vous voyez ?  L’arrivée de mademoiselle est pour le moins étonnante… Enfin procédons, procédons. Je dois tout d’abord vous rappeler que vous n’êtes pas arrivé ici par…»

L’altmer écoutait distraitement le discours de l’homme machine, tout simplement abasourdi par le fait qu’il ait pu lui retirer le bâillon d’un simple claquement de doigt et qu’il ait pu dire qu’il n’en avait pas besoin ici. Passé cette première surprise, l’altmer constata que les murs de la pièce étaient constitués de cette même fumée que le miroir, ce qui était assez joli en soit. Il répondit machinalement aux questions de l’homme-machine lorsque celui-ci semblait attendre une réponse. La fumée semblait se préparer à changer d’apparence, quelque chose de plus petit…

« Merci monsieur d’y avoir mis autant de bonne volonté, deux tabourets n’auront pas été nécessaire finalement. Le temps est plutôt instable, mais c’est tout de même une bonne journée pour visiter l’Orée. Mademoiselle, monsieur, bienvenus dans le royaume de Sheogorath. »

Et alors que le métronome s’arrêtait enfin, la pièce se désagrégea en une myriade de papillons mauves, provoquant un grand éclat de rire d’Elenwel. Tout d’un coup, il se souvint de la promesse faite à une sorcière dans sa cellule.

« Par la barbe de mon maitre, j’ai oublié Sagà… »

Voir le messageD.A.D., le 29 avril 2013 - 21:21, dit :

Un avertissement d'Elenwel, c'est un avertissement qui en vaut deux : si tu n'en tiens pas compte, c'est toujours pour TA pomme, et en général, il ne fait pas de quartier. Mieux vaut éviter les pépins, ça empêche d'y laisser sa peau.

#25 Talia Ochemaure

Talia Ochemaure

    Les mots s'arrêtent à TABRONEH.


Posté 21 août 2011 - 17:08

Allons bon, comme toujours, elle se retrouvait là où on ne l'attendait pas... Talia en avait l'habitude aussi ne se dégonfla-t-elle pas autant et se redressa même instantanément sur son siège. Son visage prit une expression sûre, celle des gens persuadés de se trouver à la bonne place. Souvent, prendre cet air sûr de soit suffisait à faire passer n'importe quoi... En l'occurrence, cela sembla plutôt bien marcher... Quoi que ce n'était peut-être pas l'attitude de la rougegarde qui avait joué... Enfin, qu'importe.
Talia ne savait pas trop ce qui ne se passait, ni où elle était mais ce n'était pas grave. Il se passait quelque chose d'inhabituel et elle voulait en être. Un instant elle regarda l'Altmer qui l'avait menée là bien malgré lui. Le pauvre semblait être bien sonné... Elle lui parlerait plus tard. Son regard revint à... Bon sang, ce qu'il était ridicule... La roublarde sentit un rire monter dans sa gorge. Hum... Déjà qu'elle s'incrustait... Elle n'allait pas en plus se payer la tête de leur... hôte ? Talia se concentra donc sur ses explications, retenant ainsi son rire tant bien que mal. C'est qu'il était bavard le lascar...
Talia écouta ainsi Haskill avec grande attention. Évidemment, elle ne se rendit pas forcément compte de l'importance de tout ce que le chambellan lui avait révélé, mais malgré tout, elle avait saisi l'essentiel : elle ne risquait pas de s'ennuyer ici. Et puis, elle n'était pas seule...

Lorsqu'Haskill en eut fini avec son "petit" message d'accueil, Talia resta un petit moment assise. Quelle sortie tout de même... Tout ces papillons... Il faudrait qu'elle se renseigne sur ce tour... La jeune femme se leva ensuite, oubliant par là même tout ce qu'elle avait pu apprendre et se tourna vers son nouveau compagnon de route. Il avait eu un grand éclat de rire à l'envolée des papillons. Talia ne le connaissait pas, mais quelqu'un capable de telles démonstrations de joie ne pouvait qu'être bien. Enfin, elle verrait bien... Toute sourire, la roublarde s'adressa à lui :

"Et bien... Je ne sais pas trop où nous sommes, mais en tout cas, nous y sommes ensemble. Moi c'est Talia, ou Taloche, comme vous voulez."

Modifié par Talia Ochemaure, 22 août 2011 - 10:29.

"YOUKAÏDI, YOUKAÏDA, À PIED DE-CI DE-LÀ! En abrégé, Youpla!"
Randonneur Loïc.





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)