Aller au contenu


[Rp] Cercle Du Mur Du Sud


  • Veuillez vous connecter pour répondre
11 réponses à ce sujet

#1 Arakis

Arakis

Posté 27 août 2017 - 16:46

[Début ici à Balmora]

Reeh Jah savourait sa pipe à skooma dans un coin de la salle. Il s’offrait ce petit plaisir pour célébrer son dernier coup juteux. Un mage de la région qui avait voulu jouer au plus malin avec sa cache à magie. En effet ce dernier avait trouvé l’idée, qu’il avait dû estimer brillante, de cacher ses recherches dans un coffret magique stocké au fond d’un immense puit naturel. Ledit coffre étant enchanté d’un sortilège de dispersion magique qui créait une sphère d’anti-magie autour de lui. Le but était simple : quiconque voulant descendre aussi profond avait besoin de retenir sa respiration bien plus longtemps qu’un humain normal ne le pouvait. Donc utiliser un sort de respiration aquatique, qui serait forcément dissipé par la sphère d’anti-magie. Et même dans le cas où le voleur aurait pu retenir un moment sa respiration, le coffre était verrouillé, et la sphère aurait rendu tout sort de déverrouillage impossible, et la possibilité d’utiliser un crochet sous l’eau était mince. Une idée brillante … si on exceptait le postulat ethnocentrique sur laquelle elle reposait. En effet Reeh Jah s’était régalé à couper le Nœud Gordien. En tant qu’argonien la question de l’apnée lui importait bien peu, la seule chose qu’il avait eu à faire c’était de bander ses muscles et porter le coffre jusqu’à la surface, d’enfiler des vêtements secs et chaud puis de crocheter tranquillement la serrure pour se servir. Histoire de ricaner un peu plus de l’ironie de la situation, il avait laissé une copie de Respiration Aquatique à l’intérieur, il avait particulièrement aimé ce livre quand il l’avait découvert.

Et pour fêter son triomphe il avait décidé de s’offrir un petit plaisir tout en parcourant sa découverte. La plupart des magiciens, lui-même ne coupait pas à la règle, codaient leurs manuscrits et leurs notes. Même si cela lui coutait un temps parfois important à passer au travers, il ne pouvait que difficilement les blâmer. Chacun était fier de ses trouvailles et de ses créations et la fierté amenait forcément une volonté de garder ça pour soi, ç’aurait été intolérable que le premier péquin de la guilde venu mette la main dessus et en clame la parenté. Au début il avait laissé un paquet d’écailles sur le coin d’une table à force de se gratter la tête pour comprendre comment percer ce genre de secrets. Et puis à la longue il avait élaboré sa petite méthode personnelle : un peu comme quand il avait appris à lire il se mit à chercher des choses qu’il reconnaissait. Comme le A ou le E autrefois il se mit à chercher des runes familières ou une configuration aerthique qui marquait une école bien précise, et ensuite défricher autour. Le tout aidé d’une ou deux substances pour « décaler » son esprit, il avait vite remarqué que c’était la clef à beaucoup de codes : les codeurs voulaient ne pas être compris et donc se tordaient le cerveau à établir un référentiel différent, mais jamais trop pour qu’eux même ne s’y perdent pas. Avec quelques verres dans le sang ou sous l’influence du skooma fumé il lui était plus facile d’accéder à ce genre de logiques, en étant justement dans un état peu logique par définition. Il eut un petit rire en y songeant, la plupart des décrypteurs professionnels se seraient étranglés en entendant sa méthode, et lui-même admettait volontiers qu’elle ne marchait que sur la magie, justement du fait de sa nature particulière, mais qu’importait pour l’instant.

Il reprit une bouffée à sa pipe et expulsa très doucement par les naseaux avant d’attaquer une nouvelle page du carnet qu’il décryptait. Les symboles lui échappaient encore, visiblement il y avait de la destruction là-dessous mais comment cette dernière s’appliquait ? Il n’arrivait pas à mettre le doigt – griffu – dessus. Frustrant. Très frustrant. Il décida de se changer l’esprit en piochant dans l’assiette qu’il avait posé à sa gauche, des œufs de kwama pannés. Délicieux et surtout facile à manger sans trop d’attention. Ce fut cette pause alimentaire qui lui permit de voir le dunmer arriver. Felvan, ce petit roublard. L’argonien l’aimait bien, pas raciste comme la plupart de ses semblables du coin (un réel souci quand il était vu près d’un endroit où un vol avait eu lieu, forcément les gardes venaient l’interroger …) et plutôt fiable. A quel point il n’avait jamais pu vraiment l’estimer, ils avaient essentiellement fait des boulots « faciles » ensembles et la question du compagnon ou du butin ne s’était jamais posée. C’aurait été le cas il aurait eu ses doutes sur le choix du dunmer, mais tant que rien n’était prouvé il se laissait le droit de lui accorder sa confiance. De toute façon, comme il aimait à le penser, dès qu’un non-mage essayait de lui faire une grosse crasse, lui avait un net avantage dans la dispute. Quoi qu’il en soit il referma le carnet et le glissa dans sa besace qu’il portait en bandoulière. Il prit une nouvelle bouffée du narguilé et alors que le dunmer arrivait à portée de voix il exhala la fumée en une unique bouffée qu’il concentra par un petit sort de télékinésie, faisant décrire à cette dernière des courbes derrière lui, le parant comme s’il avait été un monarque assis sur un trône ornée d’immenses griffes. Tout est dans la classe, pensa-t ’il.

« Ce bon vieux Felvan. Qu’est-ce qui me vaut le plaisir de ta visite ? Tu veux toi aussi t’adonner au plaisir de l’évasion de l’esprit ? Ou alors tu m’amènes une quelconque funeste nouvelle ? Ou … autre chose ? » Il avait longuement insisté sur le silence au milieu de sa phrase, comme son professeur de théâtre lui avait un jour suggéré pour mettre de l’emphase.

Modifié par Arakis, 29 août 2017 - 08:29.


#2 nood

nood

Posté 29 août 2017 - 08:18

''Joli effet, fit Felvan en avisant l'aura de fumée qui entourait le reptile. Et bonsoir.'' continua-t-il en s'asseyant mollement sur les coussisn hauts et moelleux à sa gauche, confortablement calé contre le mur.

Sortant des larges poches intérieures de sa veste son nécessaire à tabac, il posa discrètement la bourse de 50 septims et le parchemin enroulé qu'il devait livrer.

''J'ai en effet une nouvelle ou deux, quelques surprises et probablement quelques questions'' fit-il en bourrant et allumant sa pipe.

Exhalant un copieux nuage de fumée, il désigna du doigt la bourde et le parchemin et laissa le temps à Reeh Jah de digérer le contenu de ceux-ci.

Spoiler

Modifié par nood, 29 août 2017 - 08:30.


#3 Arakis

Arakis

Posté 30 août 2017 - 19:41

« Merci, merci » dit-il en s’auto-applaudissant doucement. Il fit signe au dunmer de prendre un siège. Ce dont il profita pour lui glisser deux choses. La bourse le surpris, une dette impayée qu’il aurait oublié ? A moins qu’il veuille s’offrir sa compagnie en lui glissant une bourse et une lettre d’amour ? Si c’était le cas il ne s’en serait pas douté avant ça. Et une nouvelle ou deux ? Par les Tribuns, il eut un moment d’hésitation avant de décacheter la lettre. Il secoua légèrement la tête avant, décidément ce skooma avait dû être mal préparé pour lui faire penser à un truc aussi stupide. Il ne mélangeait pas le travail et les stupéfiants d’ordinaire et voilà qu’il allait devoir parler affaire avec l’esprit embrumé. Pas bon ça … Histoire de s’éclaircir il focalisa un bref instant sa télékinésie sur deux choses : à la fois déplier le pli du dunmer et faire tourner la fumée de son tabac en un long ver  puis un bateau. Le fait de canaliser sa magie lui permet de recentrer son esprit et d’évacuer le superflu.  Il entama ensuite sa lecture.

Un recrutement. Vaste apparemment. Clairement illégal vu les profils mentionnés. Mission au pluriel, la ou les personnes qui montait ça avait un but à long terme. Plus probablement un groupe de personne vu que le « nous » était utilisé. Des retombés à long termes ? Donc une certaine influence, ce qui était très intéressant et très risqué à la fois. Quelqu’un qui a le bras long a potentiellement bien plus de façon de vous tuer ou vous nuire dès que vous lui déplaisez ou souhaitez finir votre association.  Une assemblée, trop vague comme terme, une donnée trouble, il n’aimait pas trop ça. Un buffet et boisson, il nota dans son crâne de se munir d’un antipoison à prendre en amont. On lui avait déjà raconté des histoires horribles de barons du crime faisant ingurgiter des poisons dont eux seuls possédaient l’antidote qu’ils agitaient ensuite comme des mortelles carottes. Clairement pas le genre de sort dont il rêvait. T.S., les initiales ne lui disaient rien. Il replia la lettre et la glissa dans sa besace avec la bourse.

« Donc tu me proposes du travail ? Pour un type qui ne signe qu’avec ses initiales et qui paye comme si t’étais un coursier honnête ? Qui plus est avec une lettre explicitement à mon nom, ce qui est encore plus louche. J’ai fait un truc spécial pour que tu veuilles ma mort ou c’est encore plus compliqué que ça en a l’air ? »

Avec le dunmer il se sentait un minimum à l’aise pour ne pas faire de figure de style et autres pirouettes verbales. Et vu le sujet il avait baissé de quelques tons le volume de sa voix. Selon le volume ambiant et les passages des usagers il envisagerait de tisser une sphère de silence autour d’eux histoire de converser de façon sûre.

Modifié par Arakis, 31 août 2017 - 15:12.


#4 nood

nood

Posté 31 août 2017 - 08:54

Ce bon vieux Reeh Jah. Pour Felvan, il était plus qu’une connaissance sans être vraiment encore un ami fidèle. Ils avaient eu quelques boulots ensemble (pour Felvan, c’était surtout un travail d’indic) et, le temps passant, le Dunmer l’appréciait de plus en plus. Un type marrant, aussi fiable que peut l’être un voleur, avec un penchant pour les tirades alambiquées et fin d’esprit. Amateur de bière, aussi, forcément, ça créait des liens.

‘’Ah ça, fit Felvan, je garantis rien du tout : ni que ça soit intéressant, ni que ce soit sans danger. Ce qu’il y a de sûr, c’est que j’y vais, parce qu’il y sera dites des choses qui mériteront d’être entendues, et répétées. D’ailleurs on a qu’à y aller ensemble.’’

Il interrompit son propos pour siroter sa boisson et rallumer sa pipe avec un petit morceau de charbon du narguilé puis reprit en baissant le ton :

‘’Voilà tout ce que je sais, plus un petit peu de spéculation. On m’ a donné quatre de ces messages, un pour toi, un pour moi, un pour un Bréton – un mage – tout juste arrivé, et un pour un Drès, qui débarquerait aussi. Et chacun avec cinquante balles. Le Bréton, Salomon Marie, je lui ai livré tout le bazar cette après midi. Je dois le rejoindre demain soir un peu avant le rendez-vous. Honnêtement, il a la tronche de quelqu’un qui se fera bouffer tout cru, mais bon, c’est un mage, il doit avoir deux trois tours dans sa botte. Le Drès, Soler, je l’ai pas encore localisé. Ça me tarde un peu, j’avoue, parce que le bonhomme qui m’a filé les invit’ – Ordoval, qu’il disait s’appeler – a l’air de venir du sud aussi. D’ailleurs si t’as des infos sur l’un ou l’autre de ces bonshommes, je suis preneur.’’

Nouvelle bouffée de tabac, nouvelle gorgée de bière. Baissant encore plus le ton, il se pencha insensiblement vers l’Argonien et continua.

‘’Mon avis là-dessus, c’est que ces gens ne sont pas du coin. Les Hlaalus s’embêteraient pas de tant de mystère dans leur capitale. Les Rédoran, c’est clairement pas leur style. Les Telvannis non plus, et on peut imaginer qu’ils aient suffisamment de personnels compétents, sur l’île et sur le continent, pour ne pas venir embaucher ici. Donner des bourses remplies comme ça n’est pas dans les habitudes de ces gros cons de la Cammona Tong, ni des guildes impériales. Donc du coup, y a un nouveau joueur en ville. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de prendre le risque, non ?’’

Felvan laissa le temps à son comparse de digérer sa réplique, puis joua quelques secondes avec l’idée de s’envoyer une des petites boulettes de sucre de lune qui trainaient sur la table (le Mur du Sud était réputé pour ses sucreries), avant de se raviser. La nuit pourrait être encore longue.

‘’Demain, je vais fureter un peu. Déjà pour transmettre l’invitation à Soler, puis aussi parce que ça vaudrait le coup de chercher d’autres personnes qui auraient aussi reçu l’invitation. Je pensais trouver le vieux Cosades ici, il ferait un bon candidat non ? Sinon t’aurais peut-être d’autres noms en tête ? Des indépendants surtout.’’

#5 Arakis

Arakis

Posté 04 septembre 2017 - 21:50

«Reprenons depuis le début s’il te plait. Comment t’as eu ce papier ? Qui te l’a donné ? T’as pu voir quoi que ce soit de notable ou particulier ? Pareil, le lieu du rendez-vous tu sais un truc en particulier dessus ? »

L’argonien avait réussi à chasser l’emprise du sucre de lune et son cerveau tournait à plein régimes. S’il était vrai que les indépendants recrutaient parfois par-ci par-là c’était très curieux que quelqu’un veuille mettre autant en branle. Enfin « autant », si ça se trouve Felvan s’était fait entuber et ils n’étaient que quatre dans le coup. L’expéditeur de la lettre se contentait juste de rendre le truc ronflant en mettant des pluriels partout, c’était une possibilité à considérer. Alors que le dunmer faisait la liste des noms il agita discrètement le pouce et l’index en marmonnant une petite formule, la sphère de silence se tissa doucement autour d’eux. Le sort lui faisait toujours la sensation qu’on déroulait un drap de soie sur eux, un drap qui  coupait le bruit ambiant et rendait l’écoute impossible aux gens alentours. C’était un tour qu’il avait perfectionné à la base pour pouvoir lire tranquillement dans les établissements bondés, le temps lui avait montré ses autres utilités. Il écouta avec attention la liste de son compagnon. Le bréton ne lui disait rien, par contre un Drés … Ca ne lui plaisait pas du tout, à coup sûr c’était un salopard associé à la grande maison et très probablement attaché à toutes ces traditions puantes et xénophobes notamment à l’égard de sa race. Il faudrait qu’il l’ait à l’œil, et tant qu’à faire une précaution supplémentaire s’imposerait quant à la tenue et au matériel …

« Tous inconnus au bataillon. Après je peux te dire que vu le nom, le Soler doit être le mauvais cliché du dunmer pour nous autres argoniens. Les Drés sont des pourritures, tu dois le savoir, mais ces fils de chiens militent pour l’esclavage, notamment des miens. Crois moi j’aurais ce bâtard à l’œil. Je viendrai sans doute … peu habillé - C’était sa façon à lui de dire qu’il porterait une tenue anodine histoire de passer pour moins qu’il ne l’était – Toi aussi si tu tiens à ta peau reste prudent mon vieux. Pour ce qui est de qui ça peut être … J’en sais rien, ton analyse me parait sensé, à ceci près que je n’exclurai pas forcément les telvannis. Juste par instinct et prudence, ces frappés sont capables de tout et pour peu que l’un des seigneurs mages veuillent marquer un gros coup en s’assurant une assise justement en plein territoire Hlaalu. C’est suffisamment ridicule et improbable pour eux. Mais en tout cas j’en suis. J’aurais juste besoin de me préparer. »

Il goba les deux derniers œufs restant et s’étira. Déjà dans son esprit il faisait des listes, à la fois de matériels à emporter, de quelques sorts à tisser en amont histoire d’être sûr de ne pas tomber dans un piège et les fameux noms possibles.

« Des indépendants ? Je sais pas. Il parait que le Flêcheur a été vu dans la région, ou alors si c’est pas lui c’est un bosmer archer qui tire plutôt pas mal. Treuf Sale-Gueule est passé par là mais je doute qu’il accepte, ce mec ne fait que les meurtres à la commande et il est trop instable pour être employé à répétition. Merick, tu sais celui qu’on appelle L’Hypocrite, aurait fait l’affaire s’il n’était pas mort le mois dernier, il est tombé dans les marches après avoir été piqué par une abeille. Tu parles d’une mort … Cossades ? Je sais pas du tout, j’ai toujours trouvé ce vieux toxico flippant à sa façon, pourquoi tu crois que je l’ai jamais dévalisé ? Les Frères Macrin, tu sais les deux avec leurs noms ridicules : Le Verbe et L’Épée peut-être ? Enfin ce serait possible si le plus causant des deux ne séduisait pas tout ce qui portait jupon. En parlant de ça j’ai entendu parlé d’une nordique qui cassait des bouches et avait mis un homme à l’article de la mort en lui lançant une assiette. J’ignore si c’est vrai mais j’aurais bien voulu voir ça. Et peut être Yatur Gro Burzark, tu sais l’orque avec une main droite en métal articulée. Un jour je lui volerai je pense. Hormis ça je vois pas, le reste c’est des syndiqués. Que ce soit à la même crémerie que moi ou alors chez les maisons ou guildes. »

Alors qu’il finissait sa liste l’argonien eu une idée. Suivant la méthode expliquée par son « tuteur » en fabrication de document il prit le parchemin de la lettre et le gratta du bout de l’ongle. En selon la texture cela lui indiquerait si jamais il avait fait ou non l’objet d’un palimpseste avant, si c’était le cas un peu de magie pourrait peut-être révéler ce qu’il y avait eu dessus avant. C’était une potentielle piste après tout.

#6 nood

nood

Posté 09 septembre 2017 - 21:53

Felvan eut un sourire contenu en écoutant la liste de noms glissée par son camarde écailleux. Il y avait un coté tragicomique a fricoter avec tous les plus gros peigne-culs et gibiers de potence du coin. Parmi tous ces noms, hormis son idée du vieux Cosades, deux personnes retinrent son attention.

‘’Ah ouais, cet archer Bosmer. C’est pas le Flécheur, ou alors il s’est refait un pucelage en changeant de nom. Erdingo ? Edingoth ? un truc du genre. Un mercenaire Telvanni non ? Bref, faudrait que je lui mettes la main dessus. Ça devrait pas être trop dur, le type est pas inconnu. Et ta Nordique, là, c’est Caliha, et elle a mis la nique à un de la Camonna Tong. Pareil, Faut que je passe la voir. Ils devraient pas être très durs à retrouver. Les autres, à part Cosades, que j’ai pas vu depuis deux-trois jours, ils m’inspirent moins.

Bon. Si je te recontacte pas avant, on se retrouve demain vingt minutes avant le rendez-vous, vers la tour de garde Sud. Le fameux troquet est pas loin, tu sais, c’est celui qui a changé trois quatre fois de proprio en deux ans. J’y suis entré une fois. Récemment Y avait des videurs et c’est souvent privatisé pour la soirée. Bref, rendez-vous en forme et préparé, mais si possible déciontracté en apparence, enfin j’te fais laaargement confiance pour faire bonne impression, hein.

Mais de toute façon y a fort à parier que je vais cavaler une bonne partie de la journée er de la nuit. Faut que je trouve le Drès, et pis va falloir fureter.’’

Felvan finit les ultimes gouttes de son verre et ne s’attarda que quelques minutes de plus avec son comparse. Lorsqu’il reprit le chemin inverse dans le bar, il ne manqua pas de glaner ici et là des informations vers les ‘’syndiqués’’ de la guilde des voleurs, avec qui ses relations n’étaient pas insincères. La pêche fut bien maigre : hormis quelques précisions sur Edingoth et son passif, on ne le renvoya que vers des guetteurs qui auraient pu apercevoir l’un ou l’autres des individus qu’il cherchait. De discussion en discussion, la nuit fut fort avancée quand il quitta le Mur du Sud et traversa la rivière Odaï vers l’Ouest.

[Suite ici, en troisième partie du post]

#7 nood

nood

Posté 19 décembre 2017 - 10:30

[Hrp : suite de la discussion entamée entre Sottilde et Reeh-Jah dans ce post]

Habassi Dents-de-Sucre ronronnait doucement, les yeux mi-clos, étalée lascivement dans les moelleux coussins du coin nord de la salle principale du cercle du Mur du Sud. La fraicheur souterraine de cette pièce s’accompagnait de quelques notes reposantes de luth qu’une barde Brétonne faisait résonner pour accompagner cet instant de sieste de la mi-journée. Il était vrai que la plupart des usagers de ce cercle avaient une vie plutôt nocturne, déjà en raison de leurs petits boulots par-ci par-là, mais a fortiori par ces temps caniculaires. Habasi elle-même avait passé une bonne partie de la nuit à aller pécher des informations de ses collègues de guildes sur toute la rive gauche de l’Odaï, à la faveur de la fraicheur du soir, puis avait fini par tenir une petite réunion d’équipes avec ses subordonnés les plus gradés dans ces mêmes édredons avant de sombrer dans un sommeil profond peu avant l’aube. Cela faisait une petite heure qu’elle était redescendue de sa chambre personnelle pour se remettre en faction, non pas dans le recoin de couloir qu’elle avait pourtant l’habitude d’utiliser, mais dans cette salle principale pour y prendre un déjeuner à base de poisson carnassier fumé sur pain de riz grillé avec du beurre de larve kwama. L’arrivée de Sottilde et de Reeh-Jah la fit sortir doucement de sa torpeur digestive. Elle s’étira, toutes griffes dehors, bailla en dévoilant des crocs aiguisés d’un pouce et demi de long, et invectiva ses collègues de la guilde :

- Reeh-Jah, l'ami d'Habassi qui a failli la mettre dans une merde de noire. Tu t’étais fait très discret ces derniers temps. Si tu es là avec ma grande Sottilde, Habassi espère que tu as préparé tes plus belles et plates excuses.

Modifié par nood, 20 décembre 2017 - 15:14.


#8 Arakis

Arakis

Posté 19 décembre 2017 - 18:49

Reeh Jah était nerveux, s’il avait été un mer il aurait transpiré à grosses gouttes. Coup de chance pour lui ce n’était pas le cas et le seul signe trahissant sa nervosité était de petits mouvements, quasi imperceptibles pour qui ne connaissait pas en détail la biologie argonienne, au niveau de sa crête. Et encore, le fait qu’une partie de sa crête était composée de rajouts artificiels rendait le tout encore plus confus à lire. Un peu comme si vous aviez parlé à quelqu’un avec un immense sourire, des yeux fuyants et un tic facial en même temps, chacun authentique et non simulé. A sa façon c’était une autre de ses armes quand il fallait parlementer ou autre, face à un observateur aguerri l’excès de signaux contradictoires était bien plus efficace que de tenter de dissimuler en vain. Et il allait en avoir besoin face à la cheffe …

Et à en juger par ses salutations il allait devoir jouer très fin. Déjà parce qu’elle entamait direct sur un rappel de ses fautes, autrement dit il allait devoir montrer patte blanche avant tout, elle le testait pour installer directement qui était le chef d’eux deux. Il allait devoir la caresser dans le sens du poil là-dessus, mais hors de question de ramper, s’il montrait qu’il était vulnérable elle pourrait enchainer et il lui serait impossible de pouvoir jouer en ses termes à lui tout du long. Le choix de la vulgarité dès le début avait son intérêt. En disant ça comme ça elle se montrait agressive, à nouveau une attaque pour appuyer sur le rapport de force, Et puis elle impliquait Sotilde, forçant ainsi la nordique à prendre un camp, le sien évidement vu le choix du possessif. Rien d’étonnant en fait, on ne devenait pas la cheffe d’une bande de voleurs et coupe jarrets sans être une crevure impitoyable après tout …

«Bonjour Habasi. Il est bon de te revoir. Ma foi j’ai été occupé à de menues affaires qui ne concernaient que moi, j’ai détroussé un mage peu malin et étroit d’esprit, et j’ai ensuite prit un peu de bon temps. C’est sans doute pour ça que je me suis fait rare. Et donc précieux puisque que nous le savons tous les deux, ce qui est rare est précieux. »

Tant qu’à aller dans le bras de fer verbal il fallait un bon départ. Déjà en utilisant son prénom il indiquait qu’il n’était pas effrayé. Pareil pour la salutation amicale juste après. Ensuite l’esquive du juron, pas qu’il en ait peur, mais juste pour le garder pour plus tard. Un état de service histoire de rappeler qu’il n’était pas qu’un simple péon, puis un subtil rappel du motif commun de la guilde : l’argent, caché sous un trait d’esprit.

« Ha cette histoire des artefacts … Je savais qu’on allait en reparler. Pour ma défense mon coup était bien monté et il a marché à sa façon. Après oui, effectivement, le manque de communication au sein de la guilde, notamment de ma part, a fait qu’on a cueilli le fruit pas assez mûr. Là-dessus, oui j’ai merdé. Mais j’ai assez d’humilité pour le reconnaitre, et en gage de bonne foi, je tiens à dire que tout ce que j’ai subtilisé est gardé dans une cache chez un prêteur sur gages à Gnisis au nom de Marigold. J’ai utilisé une suite de livreur et ils ont été payé avec un billet à or de la Cammona Tong. Donc impossible de remonter jusqu’à nous. Tu peux te servir. »

C’était fait pour l’histoire des artefacts, il espérait que son plan monté en urgence à la suite de tout ça suffirait à calmer le jeu, ou au moins à ne pas remettre de l’huile sur le feu. Maintenant il était temps d’attaquer le plat de résistance.

« Figure toi que je n’ai pas trainé Sotilde avec moi, c’est elle qui m’a dit de venir te voir. Il se trouve qu’il y a du chahut en ville en ce moment. Comme quoi des charrettes  passent pour être déchargées loin des yeux du public. Qu’il y a des mercenaires qui veillent nuit et jour et qu’on ne peut plus entrer boire un verre dans un établissement qui change fréquemment de main. J’ignore si le dépouillement des boites mortes a été fait, mais si c’est le cas tu n’es pas sans savoir … que j’y ai été convié. Naturellement il fallait que j’en parle à ma chef de guilde. »

Il s’arrêta après avoir dit cela. Il avait envoyé la balle dans son camp, c’était à elle de la saisir ou non et de rebondir sur son annonce. Il verrait ce qu’il révélait ou non selon sa réaction. Et peut-être que comme ça il n’aurait pas à donner son caillou de sucre.

#9 nood

nood

Posté 23 décembre 2017 - 00:26

Les vibrisses de la Khajit frémirent de curiosité. Comme ceux de son peuple, Habasi était d'un naturel joueur et aimait les surprises, et spécialement celles qui pouvaient s'avérer profitables.

''Habasi a traité d'autres affaires cette nuit et n'a pas vraiment prêté attention aux boîtes aux lettres mortes avant d'aller rejoindre sa couche. D'ailleurs, Habasi a beaucoup parlé du Cercle de la Dixième Heure cette nuit, et elle est curieuse comme un chaton qui decouvre sa première sucrerie quans elle entend des nouvelles de cercle. Habasi se doute bien que quelque chose qui vaut la peine de rejoindre nos poches ou nos oreilles est retenu là-dedans.

Alors Habasi t'écoute. Habasi voudrait bien savoir comment et pourquoi tu t'es retrouvé à te faire inviter dans ce bar qui est fermé comme rarement un bâtiment peut l'être, et comment tout ceci va servir les affaires d'Habasi et de la guilde.

Et si les nouvelles et les perspectives sont bonnes, et si l'exécution du plan d'action que Habasi et toi allons choisir ici l'est aussi, peut-être que Reeh Jah l'Argonien pourrait se voir promettre un poste d'exécutant. Et bien entendu, les petits ressentiments d'Habasi envers toi avec les artefacts dwemer feraient pâle figure à côté de tout ça, et seraient bien vite oubliés.''

Modifié par nood, 23 décembre 2017 - 09:22.


#10 Arakis

Arakis

Posté 24 décembre 2017 - 00:30

Touché se dit-il en voyant les mimiques faciales de la cheffe de guilde. Il avait réussi à envoyer le bon hameçon pour réussir à attraper le gros goujon alléchant qu’était l’attention de sa supérieure. Et coup de bol pour lui, il apportait des nouvelles entièrement fraiches, pareil à un enquêteur du Courier du Cheval Noir qui dégotait l’information inédite. Parfait, parfait, parfait. Il posa ses coudes sur la table, pris son poing droit dans sa main gauche et appuya son menton dessus, pareil à un empereur de théâtre sur le poing de démasquer le conspirateur qui avait cherché à le tuer au début de la pièce.

« Fort bien. Alors pour prendre depuis le début. J’ai été contacté hier tard dans la soirée par un coursier, Felvan le dunmer. Il a déjà travaillé pour la guilde, notamment avec moi sur le coup de la Fierté de l’Odaï (décidément il en parlait beaucoup de cette affaire aujourd’hui) et de tout ce qu’on m’en a dit il a le nez propre. Libre à toi de faire une enquête sur ses fonds de tiroirs et de culotte pour en être sûr. Il avait une missive pour moi, apparemment quelqu’un recrute dans la ville. Dont moi et pas que. Felvan m’a dit que lui aussi avait reçu une invitation. De même qu’un mage bréton, Salomon Marie et un Drés, je sais qu’il y a Soler dans son nom, incapable de donner plus de précision là-dessus. Je les ai vu de mes propres yeux y’a quelque chose comme une demi-heure réunis avec Felvan, donc ils marchent dans la combine. Au passage voilà mon invitation si tu veux la lire dit-il en la sortant de sa besace.

On est tous convoqué pour une offre de travail pas franchement précise. Mais celui qui met ça sur pied est d’une part : 1) très friqué, on a tous reçu 50 septims rien qu’avec l’invitation 2) très bien préparé, je suis passé devant le Cercle et c’est une forteresse miniature 3) très confiant, pour convier autant de coupe jarrets en son toit avec des invitations aussi formelles 4) une influence extérieure aux grandes maisons, sinon il serait passé par l’un des biais habituels et surtout il aurait évité les syndiqués. Et je dis ça sans avoir pu prendre le temps de sérieusement enquêter.

La remarque sur sa possible promotion le prit complétement au dépourvu, et l’espace d’un instant il failli glisser de l’appui de ses mains et se ramasser sur le bois de la table. Les Neufs étaient avec lui et il réussit à se rétablir. Une promotion ? Pour lui qui en rêvait tellement. Non pas qu’il fut malheureux dans sa situation actuelle, mais un poste plus élevé c’était plus de matériel, plus de complices, plus de possibilités de monter des gros coups et des arnaques bien ficelées avec des complices qui se comportaient en vrais pro. Le rêve. Il n’allait pas laisser passer ça, ça non !

« Pour ce qui est de mon plan … je vais aller à ce rendez-vous, écouter ce qu’on me propose. Aviser en fonction, le tout bien entendu en en informant la guilde dès que je le peux. Et sortir mon épingle du jeu bien entendu. Je ne veux pas me précipiter, l’histoire des artefacts m’a au moins appris cette leçon-là. Du coup Habasi, je pose la question pour toi, à quoi penses-tu quand tu parles de plan d’action ? Régale-moi donc, je suis toute ouïe de ta sagesse. »

#11 nood

nood

Posté 26 décembre 2017 - 23:31

''Habasi voudrait surtout de la reconnaissance. Habasi pense, comme ses lieutenants lui ont bien dit, que le Cercle de la Dixième Heure contient beaucoup trop de richesses et probablement quelque chose qui permet à ces personnes de se transporter instantanément ici et ailleurs, un peu comme les guides de guildes. Habasi ne sort pas cette idée de nulle part mais s'en remet aux estimations de ses collègues qui maîtrisent mieux toutes ces histoires de magie. Habasi n'est de toute façon pas une idiote, et a bien vu de ses yeux que l'endroit contient toujours de plus en plus de mercenaires alors que seules des cargaisons de matériel y rentrent sous couvert de la plus grande des discrétions.

Voilà ce que Habasi attend de Reeh Jah : qu'il fasse preuve de curiosité et de prévoyance. Qu'il soit assez curieux pour tirer un maximum de renseignement sur l'endroit, et qu'il utilise sa mémoire de lézard, car Habasi sait que les Argoniens ont autant de mémoire que la terre elle-même, pour venir faire son rapport à Habasi.

D'un autre côté, Habasi veut que Reeh Jah soit suffisamment prévoyant pour s'en sortir sans une égratignure, car Habasi pense que l'endroit est un piège assez grossier. Mais Habasi sait aussi que Reeh Jah est au moins autant prudent qu'une chatte qui protège sa portée et que Reeh Jah est capable de se tirer de situations autrement plus compliquées.

Ma grande Sottilde va immédiatement te fournir tout le matériel dont tu aurais besoin et s'assurer que tu ne manques de rien. Puis Habasi va te fabriquer un joli petit plan de surveillance. Habasi peut t'assurer que tout le bâtiment, ce soir, sera scruté par des dizaines de paires d'yeux, bleus, crapauds et compagnons, et qu'au moindre signal de ta part, il y aura du bruit et des écrans de fumée sur la moitié de la ville.

Habasi veut savoir, avant de lancer tout cela, si Reeh Jah se sent de taille  et si ces personnes que tu as rencontrées aujourd'hui, notamment ce coursier Dunmer qui est presque aussi agile qu'un Khajit, sont des nuisances pour toi ou plutôt des ressources fiables.''

#12 Arakis

Arakis

Posté 15 janvier 2018 - 22:53

De la reconnaissance, soit, jusque-là rien d’impossible pour lui. C’était même le B.A.ba du voleur, repérer les lieux, noter les choses dignes d’intérêts, les obstacles, les avantages et les éléments exploitables. Par contre la mention d’un guide de guilde lui fit hausser un sourcil. Si quelqu’un opérait à des téléportations dans le bâtiment c’était un élément important à prendre en compte. Pour qu’on puisse y entrer et sortir le bâtiment devait être un minimum perméable aux flux aerthiques, ou alors quiconque tentant d’y faire une translation aurait été éparpillé en petits morceaux de façon … peu ragoutante. Il en avait fait l’expérience une fois, à l’époque où il expérimentait ses sorts de marques sur des kwamas avant de tenter sur lui-même. Et si jamais le bâtiment était complétement isolé, cela voulait dire qu’un point d’ancrage ferme avait été créé. Et à partir de là il lui suffirait de trouver le « tunnel » et de bondir à bord, avec le risque d’atterrir parmi les ennemis à l’autre bout du tunnel de téléportation mais il verrait ça en temps voulu. Le compliment sur ses aptitudes lui tira un sourire, la cheffe pouvait être de mauvais poil, elle lui concédait au moins le fait d’être doué.

« Fort bien patronne. Je veillerai au grain à ce que tout se passe comme il faut. Pour ce dont j’aurais besoin … je vais avoir quelques exigences un peu lourdes, j’en suis désolé. Je veux avoir accès à La Boite ... »

Il savait qu’il prenait un risque à demander ça. La Boite était le nom que l’on donnait au pot commun de la Guilde où étaient entreposés les divers objets magiques volés et conservés pour l’intérêt commun. Il savait par Sottilde que certains avaient eu le droit d’emprunter dedans, et à force de cajoleries et de payer des verres aux bonnes personnes il avait réussi à se faire, bribes après bribes, au milieu de paroles avinées et autres fanfaronnades, une idée assez correcte de ce qu’il y avait dedans. Il fallait juste espérer que Habassi soit assez alléchée par l’idée de briser le secret du Club pour lui laisser la permission d’y puiser.

« Je veux le Cristal de Lecture qui a été volé par Dondius l’année dernière. Ainsi que le grimoire de Prosanias Entrain. Un bracelet de balise aussi, je veux être sûr de pouvoir percer leurs protections magiques. Et si jamais il y a quelque chose pour accroitre le stock de magicka de son porteur j’aimerais aussi l’avoir. Je suis désolé patronne de demander aussi cavalièrement mais vu l’ampleur de la chose je tiens à mes écailles. Pour ce qui est de mes écailles là-bas d’ailleurs, combien de têtes seront de la partie ? Et quelles formes prendront le signal et sa réaction ? Je ne voudrais pas me retrouver les quatre fers en l’air, surpris comme tout le monde, voire pire, déclencher la fête sans le faire exprès.

Pour ce qui est des compagnons de route … Je me porte garant du coursier, il a le nez propre et il sait ce qu’il fait. Les deux autres … je ne sais pas. Le bréton a l’air spécial, pas fou mais pas non plus totalement sensé. J’attends de voir pour dire. Considérons-le comme une variable neutre. Par contre l’autre Dunmer … C’est un Drès. Tout est dit non ? »

Il se retint de cracher en pensant à ce type d’engeances. Il n’aimait pas la violence, mais rien que pour cette fois il était tenté de tester un de ces gaz alchimique parmi les plus vicieux de son répertoire. Un qui soit humiliant et douloureux. Mais pas mortel, il n’était pas un sauvage. Quand même !




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)