Aller au contenu


- - - - -

Ebonarm Le Chevalier Noir

ebonarm origines

  • Veuillez vous connecter pour répondre
1 réponse à ce sujet

#1 Beron

Beron

Posté 02 avril 2016 - 10:53

J'ai traduis le post de IceFireWarden, sur le forum de la TIL, à propos d'Ebonarm. Ma traduction est très loin d'être parfaite. J'ai ajouté les liens vers les livres/fiches et des notes [ndlr] pour clarifier certaines références.

Citation


« Tout s'immobilisa soudain sur le champ de bataille au moment où les deux camps reconnurent Reymon Ebonarm, Dieu de la Guerre, compagnon et protecteur de tous les guerriers, également appelé le Chevalier Noir, et son puissant destrier Maître de Guerre. » - Extrait de Le Bras d'Ébène, par Witten Rol.

Ebonarm est le Dieu de la Guerre de la Baie d'Illiaque et était à l'origine le Neuvième Divin, avant que Talos n'ait fini de se cristalliser en tant que dieu à l'époque de The Elder Scrolls : Arena et The Elder Scrolls II : Daggerfall. Une obscure déité avec seulement quelques morceaux de lore l'environnant. Le Protecteur et Constant Compagnon des guerriers qui s'emporte dans la bataille, il est une grande affaire en Hauteroche et était même la déité qui transforma le mortel Sai en le Dieu de la Chance, signifiant qu'il puisse être plus haut dans l'ordre cosmique qu'un simple Ada.

Donc qui et qu'est-il exactement ? Et que lui arrive-t-il dans Oblivion après Daggerfall ? Et bien, c'est IceFireWarden qui vous parle. Donc vous savez que j'ai à m'asseoir avec un verre d'Ovaltine [ndlr : un produit chocolaté] et le boire dans la minute qui suit. Et donc j'en arrive à une intéressante conclusion.

Ebonarm est un bizarre quasi-endossement/fusion de Reman le Cyrodiil et Trinimac, qui ont été pris dans un étrange trop-plein de répliques d'un événement énantiomorphique et émergea comme un être unique, purement par accident et par chance.

À présent, vous êtes probablement en train de vous dire « Whoa mecs, IFW a encore pris trop de médocs, vite que quelqu'un lui chope à machine à pompe à Ovaltine ! » mais ce ne sera pas nécessaire. Primo, je déteste cette maudite machine et vous devriez tous avoir honte de l'utiliser sur moi. Secundo, j'ai des PREUVES... plus ou moins des preuves. Plutôt une analyse interprétative. Donc pouvons-nous commencer à démontrer tout ça ?

D'abord, au sujet de... et ben, l'Armure d'Ébonite d'Ebonarm.

« Il chevaucha jusqu'au milieu du champ détrempé de sang et mit pied à terre. Sa silhouette était imposante. Son corps, grand et musclé était engoncé dans une armure d'ébène. » - Extrait de Le Bras d'Ébène.

Le trait le plus distinguable de Reymon Ebonarm est qu'il est entièrement vêtu d'une armure d'ébonite. Cependant, quelque chose qu'on devrait noté est que le matériau ébonite est en réalité le sang de Lorkhan qui tomba sur Nirn quand son cœur fut arraché de son torse (voilà pourquoi Morrowind est absolument riche en dépôts d'ébonite). Cela fait sens qu'Ebonarm voudrait porter une armure d'ébonite ! le matériau en lui-même a été forgé dans la guerre et est l'un des plus fortes matières pour construire des outils de guerre dans tout Tamriel. Le Dieu de la Guerre voudrait porter le meilleur.

Mais qu'est-ce que l'ébonite a à faire dans cette théorie ?

Et bien, un reproche commun contre la théorie comme quoi Ebonarm est Trinimac est que ce n'est pas possible pour eux d'être la même entité parce que l'ébonite n'existait pas durant l'Ère de l'Aube, donc Trinimac ne pourrait en aucun cas porter une armure d'ébonite. Mais voici quelque matière à réfléchir.

« Finalement, Trinimac le plus grand chevalier d'Auriel, abattit Lorkhan devant ses armées et lui arracha le Cœur [avec rien de plus que ses mains]. » - Extrait de Le Monomythe.

Trinimac fut celui qui arracha le Cœur de Lorkhan. Si ceci était aussi horrible qu'on puisse le penser, il est tout à fait possible que Trinimac ait été éclaboussé avec le sang de Lorkhan et en être recouvert de la tête aux pieds (la première personne qui ramène une référence sexuelle, je jure que je vais...). Immédiatement après, Auri-El tire le Cœur dans la mer (formant Vvardenfell et le Mont Écarlate), comme l'Ère de l'Aube commence à se solidifier. Si c'est tout ce qui se passa dans l'espace de ces quelques instants, donc le sang de Lorkhan pourrait avoir littéralement cristallisé dans l'armure du corps de Trinimac, créant ainsi la première panoplie d'armure d'ébonite.

Ceci explique également pourquoi Boéthiah voulait vraiment manger Trinimac (encore, la première référence sexuelle...). Ce n'était pas seulement que le Dieu le Plus Fort allait et prêchait que le Tambour du Destin était un menteur et un tricheur, Trinimac était littéralement en train de se pavaner avec le costume d'armure créé à partir du sang du grand-frère de Boéthiah, Lorkhan, et ça le faisait chier. Donc il décida de lui apprendre la leçon en le mâchant, prenant l'apparence de Trinimac et disant des blasphèmes par sa voix, puis le déféqua en tant que Malacath. Également, voici un mindfuck pour vous tous :

Vous savez tous que l'un des Artefacts Daedriques de Boéthiah est la Cotte d'Ébonite, non ? Et si la Cotte d'Ébonite était l'Armure de Trinimac ? Ouais. Si cela a quelque mérite, ça pourrait expliquer pourquoi Ebonarm est tout à propos de l'ébonite. Également, Ebonarm sonne beaucoup comme Armure d'Ébonite [ndlr : Ebony armor] ou « celui qui porte l'armure d'ébonite ». Surement, ça pourrait indiquer l'épée d'ébonite fusionnée avec son bras, mais cette explication sonne plus cool, vous ne pensez pas ?

Et au sujet de l'épée d'ébonite, parlons de celle-ci à présent, ainsi que du motif de rose qui tourne autour d'Ebonarm.

« De sa main gauche, il portait un imposant bouclier d'ébène sur lequel était blasonné une rose rouge. Alors qu'il levait son bras droit, tous purent voir le bras et une magnifique lame d'ébène qui étaient en fait les extensions l'un de l'autre. L'épée et le bras fusionnés étaient le résultat et le symbole des blessures subies par ce dieu au cours des batailles titanesques du commencement de ce monde. » - Extrait de Le Bras d'Ébène.

La rose et l'ébonite sont en eux-mêmes un symbolisme ironique. Une rose représente la beauté, l'amour et la compassion. L'ébonite est le sang de Lorkhan, qui défendait le changement et ce que les Mer pensaient comme de la haine et de la corruption. Les roses ont des épines aussi et elles coupent ceux qui les saisissent imprudemment. Ce symbole dit en gros : « Je suis beau, mais je vais vous changer. Restez loin de moi, bien que vous me vouliez proche de vous. Bien que je suis toujours avec vous, je ne peux jamais être là. » C'est similaire à l’effacement du culte de Trinimac dans l'ensemble ; un dieu bien-aimé dans un premier temps, rejeté après être devenu quelque chose qu'il n'est pas.

L'épée d'ébène, je ne peux seulement que tenter de saisir son importance, mais Trinimac était connu comme le « plus grand chevalier d'Auri-El » et les chevaliers utilisent d'ordinaire des boucliers et des épées au combat. Par coïncidence, ça reflète Ebonarm, qui porte également une armure complète sur le corps et une épée et un bouclier au combat, tel un chevalier.

Voici une info que j'ai trouvé extrêmement intéressante pendant que je survolais des textes de Daggerfall, sur l'histoire de l'origine du Dieu de la Chance.

"Nous sommes un peuple modéré," dit l'Elfe des Bois barde de sa voix musicale, "pourtant Zénithar ne peut plus être maîtrisé. Et s'il entre en guerre contre vous, les autres dieux elfiques resteront à ses côtés ! Si les dieux se font la guerre, c'est Tamriel elle-même qui risque d'être détruite. Les daedra pourraient vous rejoindre ; ils adorent le chaos. Mais je pense que même Springseed, Ebonarm et Mara vous combattront si vous continuez à les défier." - Extrait de Le Roi Edward, 10e Partie.

Dans cet extrait, le dieu mer [ndlr : merish/elfique] Jephre dit à Sai comment le Dieu de la Chance est, accidentellement, en train de donner au reste de Tamriel une chance pourrie, tandis que Bordeciel a toute la bonne (parce que Bordeciel est teeeeeeeellement cool, dit-il en levant les yeux au ciel). Cependant, ce qui est intéressant est que ça semble inclure Ebonarm comme un des « autres dieux elfiques », qui serait aux côtés de Zénithar pour botter les femmes de Sai, s'il ignore leurs ordres de quitter sa famille. Je pourrais tourner plus profondément autour de cela, mais le seul dieu mer avec lequel on pourrait identifier Ebonarm est Trinimac.

Maintenant, allons voir où Reman vient se placer dans tout ça.

Pour commencer, « Reymon » et « Reman » sonnent de manière très similaire en termes de prononciation et d'apparence. Un autre bon point est que les peuples de Tamriel (bon, principalement les Impériaux) vénèrent Reman comme un dieu-héros conquérant, comme l'est Trinimac.

« Ma sœur est une dévouée fidèle de Réman et Talos, les dieux conquérants, pas de Dibella, la déesse de l'Amour. Si elle reçoit ces hommes, c'est pour comploter, pas pour organiser des orgies. » - Extrait de La Reine-Louve, livre III.

Reman est également connu comme le « Dieu du Monde », parce qu'il conquit tout Tamriel, sauf Morrowind (attention, parallèle en approche). Trinimac pourrait être considéré comme le « Dieu du Monde », car il vainquit Lorkhan et repoussa les Armées des Hommes durant l'Aube. Cependant, il rencontra sa fin des mains de Boéthiah, qui mena les Chimers loin du reste des Aldmers, vers la future province de Morrowind (le parallèle n'est pas terminé). Pareillement, la Dynastie Reman rencontre sa fin des mains de la Morag Tong, une guilde de Morrowind (et fait le Flat What [ndlr : intraduisible] et un haussement des sourcils).

Quelque chose d'autre d'intéressant, qui double comme un instant « cligne des yeux et tu rateras le sous-texte », est dans un livre sur Reman et l'invasion Akaviroise, et son statut d'Enfant de Dragon.

« Pénétrant sur le territoire par le nord, les Gardes-dragons ont trouvé un autre ennemi : les hommes de Bordeciel, qui n'ont pas pour tradition d'accueillir un envahisseur une chope d'hydromel à la main. Les Gardes-dragons se sont ouvert un passage en Bordeciel, et ils ne furent arrêtés que par Reman le Cyrodiil à la bataille du Col Clair. C'est Reman qui a unifié les terres humaines de Cyrodiil et vaincu les envahisseurs akavirois. » - Extrait de Les Lames, ascension et déclin.

« Reman est l'un des premiers à avoir été reconnu par tous comme l'un des mythiques Enfants de dragon, ces êtres bénis par Akatosh et Alessia en personne. "Né avec l'âme d'un dragon," » - Extrait de Les Lames, ascension et déclin.

Reman le Cyrodiil est communément cru d'un bout à l'autre de Tamriel comme ayant été Enfant de Dragon. Alors qu'on ignore s'il pouvait utiliser le thu'um ou pas, c'est la base de ce point et également quelque chose d'autre de ce post. En étant Enfant de Dragon, Le Cyrodiil représente Akatosh/Auri-El/Met-Ton-[censuré]-Dieu-du-Temps, étant son champion élu en ce temps-là (quelqu'un voit-il déjà où j'en viens avec tout ça?).

L'Invasion Akaviroise de 1E 2703 est parallèle à la Guerre des Ehlnofeys de l'Ère de l'Aube, étonnement. Les Forces d'Auri-El sont menés par Reman (qui joue le rôle de Trinimac) et les Forces de Lorkhan étant les Tsaesci. Cependant, ce n'est pas un parallèle complet, donc il y a beaucoup de pièces manquantes (par exemple, personne n'a eu son [censuré] cœur arraché). Aussi, au lieu de Reman qui repousse simplement les Tsaesci, il les force en fait à se rendre, donc c'est une victoire pour Auri-El et Reman.

Voici la base entière pour ma théorie sur Ebonarm :

Reman a endossé sans le vouloir Trinimac. C'est bizarre, puisque Trinimac est devenu Malacath, tant en esprit qu'en corps après sa corruption. Cependant, la sphère de pouvoir de Trinimac (laquelle je crois était la Force, la Guerre et la Conquête) et sa mentalité fondamentale a été abandonnée et insatisfaite. Quand Reman endosse accidentellement Trinimac, il devient attaché à la Sphère de Trinimac, parce que la sphère a trouvé en lui le candidat le plus approprié pour prendre la place de Trinimac. Après sa mort en 1E 2762, l'âme et l'esprit de Reman le Cyrodiil et la sphère et le pouvoir de Trinimac ont fusionné ensemble et ont créé le Dieu de la Guerre Reymon Ebonarm, qui a leur deux personnalités. Cependant, Ebonarm n'est pas entièrement Reman ni n'est entièrement Trinimac ; ces deux individus ont leurs âmes ancrées autre part (Chim-El Adabal et Malacath), donc ce sont seulement leurs principes et idéaux fondamentaux mélangés ensemble. Ebonarm était le résultat, une réponse non intentionnelle qui amena un (genre de) retour de Trinimac dans la religion Tamrielique (seulement en Lenclume et en Hauteroche toutefois, ou au moins la région de la Baie d'Illiaque).

Mais qu'arriva-t-il ensuite à Ebonarm ? Ça ne fait aucun sens qu'il s'élève juste puis disparaisse.

Mais vraiment, il ne le fait pas. Quand Talos s'éleva en tant que Dieu de la Guerre, vous devez garder à l'esprit qu'il est créé depuis Tiber Septim, Wulfharth et Zurin Arctus. Chacun de ces hommes étaient des Shezzarines, mais Tiber était également Enfant de Dragon et Zurin est communément admis comme un Avatar de Magnus. Donc, Talos est Rebelle/Roi/Observateur (et a un peu de Magnus, Auri-El et Lorkhan en lui) tous une fois si vous y réfléchisez. Ebonarm a été supplanté par Talos, mais il n'a pas entièrement été détruit jusqu'au bout, parce qu'il est également une sorte de Trinimac. À mon avis, Ebonarm sert probablement Talos comme son Héraut de la Guerre. Et donc nous avons notre Quatuor du Pouvoir de la Création/Convention de retour : Magnus, Auri-El, Lorkhan et Trinimac.

Aussi, à mon avis, le Guerrier d'Ébonite de Skyrim est en réalité un Avatar d'Ebonarm, qui teste le Dovahkiin (qui est un Enfant de Dragon, possiblement un Shezzarine, et indubitablement touché par Magnus), parce qu'il est une sorte de Trinimac et Trinimac déteste probablement tous ces trois types à présent (Magnus l'abandonna, Lorkhan était son ennemi et Auri-El fit de lui un paria), décide de défier la plus proche chose qui lui remémore ces trois-là. En dessous, j'ai répondu à quelques questions-posés-à-moi-même pour clarifier toute cette affaire sur le Guerrier d'Ébonite.

Q : Mais si le Guerrier d'Ébonite est Ebonarm qui est plus ou moins Trinimac, comment peut-il utiliser le Thu'um ?

R : Parce que Reman le Cyrodiil était Enfant de Dragon, et quand Trinimac et lui émergèrent pour former Reymon Ebonarm, le nouveau Dieu de la Guerre hérita de ce trait. Donc le Guerrier d'Ébonite canalise probablement plus de sa personnalité Reman que de sa personnalité Trinimac.

Q : Et pourquoi donc le Guerrier d'Ébonite était un Rougegarde et pas un Aldmer ?

R : La majorité des adorateurs d'Ebonarm sont un mélange de Rougegardes et de Brétons de la Baie d'Illiaque, donc ça fait sens qu'il prendrait l'apparence d'un Rougegarde ou d'un Bréton s'il en a besoin.

Q : Si Ebonarm est Remanimac, pourquoi veut-il aller à Sovngarde ?

R : Une hypothèse ? Il veut aller botter le cul de Shor, qu'il sait être aussi Lorkhan. Ça pourrait vraiment être son plan ; s'il est tué honorablement au combat par le Dernier Enfant de Dragon, il pourrait monter à Sovngarde plus facilement ou quelque chose. Ou ce n'est qu'un simple subterfuge.

Q : Et pourquoi Ebonarm est-il seulement vénéré dans la Baie d'Illiaque ? Tu penserais bien que puisqu'il représente plus ou moins Trinimac, il serait bien plus connu !

R : Mais c'est ce qu'on veut dire, il est seulement une sorte de Trinimac et seulement une sorte de Reman le Cyrodiil. Ne pensez pas Ebonarm comme une fusion complète des deux, mais plutôt les lignes de certaines parties de Reman, courant autour des restes de l'armure de Trinimac et la moitié de sa personnalité, mais Il N'Est Pas Trinimac. La raison à pourquoi Ebonarm est seulement connu dans la Baie d'Illiaque ? Mon avis personnel est que c'est à cause de la Tour Adamantine. Il veut rester proche de celle-ci.  


Pour aller dans le sens de IFW, Tatterdemalion dit clairement que Reman a été tué par la Morag Tong.

Le cas de Boéthiah qui vole les objets de Trinimac pour en faire ses propre Artefacts Daédriques a déjà été évoqué pour Trinimalarkey : Lamedor serait une épée donnée à Trinimac par les dragons du Nord.


Cependant, le traitement de la rose rouge dans cette théorie ne me convainc pas vraiment. De plus, la guerre de Trinimac contre tous les Daedra, sauf Shéogorath, n'est pas expliquée.
Le cas du Guerrier d'Ébonite est tout de même bien amené, mais ne me paraît pas un argument très solide pour cette théorie en fait. En gros, le fait qu'il utilise le Thu'um n'indique pas qu'il soit l'avatar de Reman, un Enfant de Dragon.

Globalement, la théorie tient la route, mais comme IFW le dit lui même, c'est plus une série d'indices et une interprétation de ces indices que quelques preuves formelles.

J'ajouterais que la théorie traite bien vite le rapport des Rougegardes à Ebonarm, plus développé que chez tout autre peuple de Tamriel. L'explication comme quoi Ebonarm reste proche de la Tour Adamantine et donc des peuples de la Baie d'Illiaque ne me convainc pas.
Ebonarm est tout de même vénéré par la Citadelle d'Ebonarm, un ordre religieux présent dans les halls de la Guilde des Guerriers de Lenclume, ainsi que par au moins une Chantelame.


Enfin, les dernières infos sur Ebonarm viennent contredire cette théorie de Remanimac, ou pas forcément. Ebonarm serait la constellation du Guerrier.
Quelques histoires pour les amateurs de fantasy : http://legends-of-beron.overblog.com/

#2 Svartalfar

Svartalfar

Posté 04 avril 2016 - 12:18

Je vois mal Ius en Mage je l'avoue. Il ne s'intéresse qu'aux animaux et ses interventions sont irrationnelles (telle qu'un fou les raconte). Du coup, même si effectivement Ebonarm va bien en Guerrier, ça fait douter.

Pour la présence du culte d'Ebonarm surtout chez les Rougegardes et chez les Brétons, on peut l'expliquer de deux façons. D'une part, ces deux régions sont adeptes d'anciens cultes tombés en désuétude presque partout ailleurs (sauf pour certains dans l'Archipel, qui se trouve sur les mêmes longitudes bizarrement). Le Sage, Mara-Shandar, Mnémoli, Seth, Phynastre, Syrabane, Ebonarm et Ius évidemment, mais même Marukh. Je parle bien sûr de cultes populaires. Mnemoli est importante dans les institutions impériales tout comme Seth l'est pour la caste dirigeante de Gideon, mais ce sont des phénomènes isolés et très précis.

Le second point permettant d'expliquer cette disproportion dans la diffusion du culte est la théorie de l'axe spatio-temporel. L'Ouest représentant le passé, et l'Est le futur. Cette théorie n'a clairement pas ma préférence, déjà parce qu'on ignore si réellement elle est de MK ou s'il a juste reporté une idée qu'il aimait bien, mais aussi parce que je la trouve à titre personnel facile et réductrice.

Modifié par Svartalfar, 04 avril 2016 - 12:22.





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)