Aller au contenu


[rp] Région De La Faille De L'ouest


  • Veuillez vous connecter pour répondre
74 réponses à ce sujet

#51 Cowboy

Cowboy

Posté 08 avril 2008 - 13:45

Après une méditation de quelques dizaines de minutes, Levy se leva, et revetit son armure. Elle sortit une petite trousse de sa besace, et en tira une petite pierre plate. Elle ramassa son épée, s'adossa à un arbre et entreprit d'affûter sa lame.
Levy cracha un peu de salive sur la lame, puis, avec de grands mouvements, redressa le fil de son épée. Un tel entretien journalier permettait d'avoir un tranchant parfait à volonté.
Une fois celà fait, elle remit la pierre dans la trousse, qu'elle rangeat dans son sac, puis le passa en bandouillère.
Elle rengaina l'épée dans son fourreau, puis retourna au campement.

Levy aperçu Azura et Silk, déjà en train de ranger leurs affaires. Elle replia vite rapidement sa tente, qu'elle arnacha sur sa jument.

"Bon, on dirait que tout est près. On va peut être pouvoir y aller?" demanda t'elle.

#52 Thalivor Naïlo

Thalivor Naïlo

    Fauteur sur gages


Posté 09 avril 2008 - 18:01

Azura s'étonna du manque de courtoisie matinal de Lévy... Mais elle ne s'en offusca pas. Enfin, quand même, un "Bonjour" aurait suffit... Elle continua malgré tout de ranger ses affaires. Une fois que tout fut empacté, ce qui fut long, vu l'état de fatgue dans lequel elle était, et vu la gêne occasionné par cette robe, elle s'assit difficelement sur son cheval et répondit à Lévy.

"Pour ma part, je suis prête. Il ne reste plus qu'à ce que Arakis ait fini sa toilette, et nous pouvons y aller."

Modifié par Thalivor Naïlo, 09 avril 2008 - 18:02.


#53 Arakis

Arakis

Posté 10 avril 2008 - 07:23

Silk revint du ruisseau où il était passé se mettre de l'eau sur la figure, il vit qe Levy et Azura l'attendais, il verifia ses sangles, monta en selle et dit:

"Si vous êtes toutes les deux prétes alors en route."


[HRP]Vers Balmora [/HRP]

Modifié par Arakis, 16 février 2009 - 16:31.


#54 nood

nood

Posté 06 décembre 2017 - 22:26

[HRP] Venant de Balmora [HRP]

Une petite tente de fortune, les restes cendreux d’un feu de camp et un siège de fortune constitué d’un tronc d’arbre roulé là formaient le maigre campement. À distance respectable de celui-ci, alors que son occupante n’était encore qu’une forme indistincte, Felvan ralentit et lâcha à voix basse à ses suivants :

‘’Bon, a priori la demoiselle sait se battre et pas qu’un peu, mais surtout elle a une partie des plus gros cons de la ville sur le dos. Ce qui, convenons-en, est une raison suffisante pour être un tant soi peu sur ses gardes. Donc il est pas impossible qu’elle nous tombe sur le coin du museau si on arrive avec nos gros sabots. Un peu de diplomatie me semble indispensable. Notez que je dis surtout ça pour vous, Sera Soler, soit dit sans irrespect.

Puis il ajouta, quelques pas plus tard :  

- Quant à vous, Marie, tâchez de laisser passer le quart d’heure de politesse avant de la draguer. Parce que oui, si ça réputation est pas fausse, c’est un joli brin de femme. Pour une humaine, je m’entends.

Quelques pas plus tard, il conclut :

- Bref, je vais me charger du premier contact. Soyez vigilants mais amicaux. Enfin vous voyez le truc.

Son bâton qu’il avait dégainé plus tôt rejoint son paquetage, dans son dos, dont il profita pour en extraire son outre qui lui offrit une rasade d’eau tempérée mais bienvenue après les trois milles pas de marche sous le soleil. Buvant ostensiblement pour bien montrer que ce n’était pas une arme qu’il tenait en main, il s’écria alors, une fois qu’il fut à portée de voix :

- Euh, Bonjour ? Felvan Aryon, coursier indépendant. Vous ne seriez pas Caliha ? Si oui j’aurais quelques questions. Et peut-être quelques réponses aux vôtres, j’imagine…’’

Modifié par nood, 06 décembre 2017 - 22:27.


#55 Svartalfar

Svartalfar

Posté 07 décembre 2017 - 01:12

- Sera Felvan, tant que vous vous souvenez que nous n'avons qu'une dizaine de minutes d'immunité à la scrutation magique, discutez autant que vous le voudrez pour la convaincre, je n'interviendrais pas. Mais de votre côté, évitez de mentionner ma Maison, je ne tiens pas plus à communiquer avec cette... Nordique, il buta légèrement sur ce mot d'un air dégoûté, qu'à ce que ma présence ici s'ébruite. Ces créatures ont fait suffisamment de mal à notre pays et à ma Maison pour que le simple fait que j'accepte de m'approcher sans intention belliqueuse suffise à me déshonorer. Seule les impératifs de notre situation me pousse à la patience.

"Quant à la dangerosité de ce singe, poursuivit-il en pensée, j'ai largement de quoi l'amoindrir."

Il prit donc la queue de leur procession, alors que Felvan troquait son bâton pour une outre. Le soleil tapait fort pour un 21 de Mi-L'An, c'est vrai, surtout comparé au temps qu'il avait fait cinq jours plus tôt, à la Fête du Mi-l'An. Les allées de Vivec étaient alors inondées de flaques et maculées de boue, l'eau ruisselant le long de ses murs inclinés pour stagner au sol. L'averse n'avait pas été forte, mais elle avait durée longtemps, et le vent s'en était mêlé. Ce jour-là, les temples avaient vu peu de braves affrontant les éléments en quête d'une guérison de la part des Tribuns. Tant mieux, c'était là des coutumes de païens et d'étrangers, qui n'avaient nulle raison d'être sur les terres des Dunmers. C'était auprès des Ancêtres qu'un vrai Dunmer devait chercher des conseils avisés. Ceux de son clan et ceux de son peuple.

Pendant que Felvan avançait, Soler observa le paysage. Le relief escarpé, creusé par l'Odaï et le vent autant que par les soubresauts du Dagoth Ur, renvoyait une lumière vive, en plus de réverbérer la chaleur. D'autres que lui pouvaient en souffrir, et même s'il faisait beaucoup plus sec que ce à quoi il avait l'habitude, il ne souffrait pas encore de la soif ou de la fatigue, et ne resterait certainement pas assez longtemps pour en ressentir les effets (du moins il l'espérait). Il se contenta d'apprécier le paysage, la forme adoucie des falaises, les arbres aux feuilles d'un vert éclatant, les braillards des falaises qui planaient paresseusement dans le ciel, sans doute à la recherche d'une proie. Un instant, il crut voir une larve de kwama se faufiler entre de rochers. Tout semblait à sa place en ce milieu de journée, exception faite de deux n'wah dans le paysage.
"C'est donc ce qu'on vu nos ancêtres alors qu'ils chassaient les Nordiques de nos terres... Cette île mérite en effet que l'on se batte pour elle. "
Il reporta son attention sur la route, prenant garde à ne pas s'éloigner de plus de cinq mètres de Salomon. Les chances étaient faibles à cette heure de la journée, mais si cette sauvage s'était effectivement attirée l'hostilité des truands de Balmora, il restait possible que ceux-ci surmontent leur paresse digestive pour venir lui régler son compte.

Modifié par Svartalfar, 07 décembre 2017 - 01:14.


#56 Aerlynn

Aerlynn

Posté 22 décembre 2017 - 23:21

L'après-midi était tout juste entamé et l'air chaud devenait de plus en plus lourd, annonçant l'arrivée d'un orage d'ici peu.
Une légère alcôve avait été creusée dans la roche, mais pas suffisamment profondément pour former une grotte. L'eau et le vent aride se formant un chemin à travers les nombreux couloirs affleurant des montages alentours  avaient usé la pierre en de nombreux endroits, donnant au paysage un aspect presque surnaturel. Escarpé, rugueux et sinueux : à l'image de de ses habitants, qu'on aurait dits forgés dans la chair et dans l'âme par ces contrées.

Ces terres avaient frappé en son cœur ; elle ne s'était jamais autant sentie en territoire inconnu, malgré les nombreux voyages qui l'avaient conduite aux quatre coins du continent. L'étrangeté de ces contrées était déconcertante et grisante pour tout aventurier en quête de nouvelles sensations. Si ce n'était l'hostilité de ses sombres habitants, Caliha n'aurait eu aucun regret d'avoir tout quitté pour entreprendre un si long voyage en solitaire. Cependant... elle avait fait la rencontre d'une rougegarde, quelques lunes auparavant. Dans une taverne de Balmora, où elle s'était rendue pour la première fois, elle avait longuement partagé avec cette dernière ses souvenirs de Lenclume. Et, à partir de cet instant, elle se rendit compte à quel point ses sœurs lui manquaient. Ici, tout vous poussait à vous sentir l'étranger indésirable que vous étiez. Cependant, ces obstacles n'étaient rien en comparaison de la détermination et de l'intrépidité de la jeune nordique.

La lettre qu'elle avait reçu la veille des mains d'une jeune dunmer avait évidement éveillé toute sa curiosité, malgré ses craintes concernant "l'incident" qui avait eu lieu plus tôt dans la même journée. Tiraillée entre l'envie de mettre le plus de distance entre elle et Balmora, elle avait choisit de s'isoler non loin, le temps d'aller à ce rendez-vous qui avait lieu le lendemain même.
La nuit avait été douce. Dans la matinée, elle avait passé le temps en faisant ses exercices habituels dès le lever. Après s'être longuement étirée, elle s'était rendue au petit cours d'eau en contrebas, avait fait sa toilette, puis s'était préparée un copieux petit-déjeuner. Il lui fallait tuer le temps jusqu'au soir, à l'heure du rendez-vous. Ne sachant rien de ce qui l'attendait vraiment, et eu regard du danger qu'elle courait déjà avec l'engeance la plus xénophobe des alentours, elle n'osait pas s'éloigner plus qu'il ne fallait de sa cachette provisoire. Plongeant une main dans son paquetage, elle en sorti le livre que lui avait donné la sympathique rougegarde rencontrée dans la taverne. La femme avait offert un livre à Caliha, par pure sympathie. Et, peut-être aussi, parce qu'elle avait décelé chez cette jeune femme tout juste arrivée en Morrowind le besoin d'être réconfortée par une personne qui connaissait ces terres. De la comprendre et l'encourager dans la voie qu'elle avait choisit. Elle avait deviné que sa présence auprès de Caliha venait de créer un pont entre le présent et le passé. L'inconnu et les souvenirs. Et écouter Caliha parler de son pays natal l'avait rendue quelque peu mélancolique, elle qui était née ici. Elle avait souhaité faire plaisir à la jeune fille en lui donnant ce livre qu'elle appréciait particulièrement, entre deux rasades de Flin.
Caliha s'étendit sur le ventre, sur un somptueux châle bleu nuit et cousu de motifs argentés qu'elle avait étendu par terre. Elle passa un doigt sur la reliure de cuir dont les angles étaient légèrement élimés par l'usure. Elle l'ouvrit et laissa les pages retomber les feuilles prés de son visage, appréciant l'odeur qu'il renfermait et dont elle se laissa totalement imprégner. Certaines pages étaient écornées et d'autres étaient ponctuée de petites annotations griffonnées à la main. Un sourire illumina les traits harmonieux de la jeune aventurière.

Le bruit d'un éboulement très discret la sortie de son occupation. Elle releva la tête, les yeux fixés droit devant elle, lui donnant l'air d'un prédateur en cet instant. Il arrivait que quelques bestioles se promènent à quelques mètres de son campement. Elle les avait entendues depuis qu'elle s'était installée, les bruits qu'ils émettaient amplifiés une fois la nuit tombée. Mais ce n'était pas un animal à quatre pattes. Et ils étaient plusieurs. Quelques battements de cœur après, elle perçu des voix. Refermant le livre d'un geste lent, elle pensa à la lance avec laquelle elle s'était entraînée, le matin même, qui était à moins d'une longueur de bras à sa droite. Selon elle, il pouvait s'agir de passants. Des vagabonds à la recherche d'un endroit calme où se reposer, peut-être. Le bruit qu'ils faisaient était trop fort et imprudent pour qu'il s'agisse d'un guet-apens. Non moins sur ses gardes elle attendit que les inconnus se montrent. Un mer émergeât de l'étroite sente et s'immobilisa lorsqu'il fut totalement à découvert, buvant quelques gorgées dans une gourde avant de s'adresser à elle.
A priori, il semblait savoir qui elle était mais ne montra pas la moindre signe d'agressivité. Sachant qu'il n'était pas seul, il aurait pu s'agir d'un leurre. Mais l'instant de la nordique ne lui donnant aucun signe quant à un danger immédiat. Elle se releva avec lenteur, le regard toujours fixé sur l'elfe qui l'avait appelée par son nom. Assise en tailleur, le dos droit dans une posture détendue, elle lui répondit d'une voix claire et mesurée :

"Hola, Felvan Aryon. Tu m'as trouvée. Demande à ceux qui t'accompagnent de se montrer. "

Sa voix était posée et calme. Mais certains de ses muscles s'étaient imperceptiblement tendus, comme chaque fois que son corps se mettait en étant d'alerte. Des intrus s'étaient invités et, par dessus tout, ils savaient qui elle était... qu'est-ce que cela pouvait signifier ? Malgré les nombreuses questions que cette situation soulevait, elle n'aurait pas le temps d'y réfléchir et devait se préparer à toute éventualité.

Modifié par Aerlynn, 27 décembre 2017 - 17:52.

"Klatu Verata N... Nekta... Nectarine... Nicole... Nouille ! Non, ça m’étonnerait. Ça commence par un N. C'est facile à trouver c'est un mot en N ! Klatu Verata Nnnnhumhumhum ! [fait semblant de tousser] Ben voilà ! J'l'ai dit !"
Evil Dead 3
_____________________

Un seul jeu, une seule foi...

VGM

(Note perso : penser à trouver une nouvelle signature.)

#57 nood

nood

Posté 26 décembre 2017 - 23:34

''Je viens en paix, très chère, fit Felvan, et mes compagnons de route également, ajouta-t-il en en pensant qu'il s'avançait peut-être un peu sur ce point pour le Drès. Je te présente Marie, Mage itinérant, et Soler, Guerrier en vadrouille. Quant à moi, Je ne suis qu'un simple distributeur de courrier natif du coin.

Il s'avança à hauteur de la Nordique. Elle était d'une beauté simple et naturelle, d'un physique qui ne manquait pas d'élégance mais traduisait sans doute d'un entrainement rigoureux. Il s'assit en tailleur devant elle et défit son paquetage pour en extraire son paquet de tabac et sa pipe, qu'il bourra et alluma.



- Je suis à ta recherche pour deux raisons, reprit-il. La première c'est qu'il parait que tu t'es pris le bec avec des gars de la Camona Tong. Tu confirmes ? Si c'est le cas, je ne peux pas t'en vouloir sur ce point, et je dirais presque que je te respecte pour ça. ça leur fait pas de mal de se prendre une branlée de temps en temps, après ils se pavanent un peu moins comme des braillards des falaises en rut.

La deuxième, continua-t-il après une copieuse bouffée de fumée, c'est que moi-même et mes camarades avons reçu une invitation - et il extrait la sienne de son sac, qu'il déplia et montra rapidement - et j'ai de bonnes raisons de penser que tu pourrais avoir reçu la même. Depuis hier soir, je fais un peu le tour des futurs invités. Parce que, vois-tu, même pour moi qui suis au courant de beaucoup de choses dans cette ville, cette soirée et ses instigateurs ne sont encore qu'un énorme point d'interrogation.

Jusqu'ici, tous les invités que j'ai rencontré sont des indépendants, soit des non affiliés, soit des personnes en entre deux contrats. Même le mode de transmission des invitations est assez unusuel et  a priori montre qu'un nouveau venu prépare quelque chose de très gros au nez et à la barbe de toutes les forces politiques du coin, Grandes Maisons en tête.

Donc, deux buts à notre petite visite de courtoisie. Premièrement, si tu as des infos, mêmes vagues et partielles sur les gens qui nous ont invité, je suis preneur. Deuxièmement, j'en profite pour te dire que je monte, comment dire, une petite équipe d'invités qui pourraient avoir un œil les uns sur les autres, et ne se planteraient pas de surins dans le dos mutuellement, histoire de se rendre au rendez-vous de ce soir avec l'esprit un peu plus tranquille. ça n'engage à rien d'autre, naturellement.

Qu'en dis-tu ?''

Modifié par nood, 04 janvier 2018 - 12:09.


#58 Aerlynn

Aerlynn

Posté 27 décembre 2017 - 20:37

Parfaitement à l'aise, le Dunmer, comme ceux de son peuple aimaient être appelés, s'approcha de Caliha et pris place face à elle, sans la moindre hésitation et ne laissant paraître aucune appréhension. Ses manières quelque peu familières et intrusives auraient pu l'irriter dans certaines circonstances, mais ici, il n'en était rien. Elle attendait simplement et avec une certaine hâte que tout s'éclaire enfin. Tout en le suivant du regard, elle ne bougea pas d'un pouce, ses yeux traçant le même dessin que les mouvements du mer avant d'aller se poser sur ses deux compagnons qui étaient restés en retrait, manifestement peu enclins à les rejoindre.

Elle reporta son attention sur son interlocuteur, Felvan, qui semblait être le meneur de ce curieux trio plutôt dépareillé. Elle chercha en lui ce qui pouvait lui valoir la place qu'il occupait et, supposant qu'il devait être bien peu âgé selon les critères de longévité propres à ceux de race, et ne remarquant pas de signes ostentatoires d'une quelconque richesse, elle conclua qu'il devait être le plus sociable et le plus habile dans l'art de la conversation.
Elle l'observa sortir une pipe qu'il bourra d'une portion de tabac tandis qu'il présentait ses compagnons: un bréton dénommé Marie et Soler, un autre elfe noir et sans le moindre doute le plus sinistre des trois.

"Pardonnez cet accueil peu chaleureux : je ne suis pas vraiment sereine depuis que la Camona Tong fait courir des bruits sur... mon comportement vis-à-vis de l'un de leurs membres."

Loin de lui en vouloir, Felvan semblait au contraire s'amuser de la situation. A l'en croire , il ne portrait manifestement pas cette engeance dans son coeur. Un détail qui insuffla un peu d'espoir à la jeune femme : peut-être que ce dernier ne partageait pas la tare si répandue chez les siens d'haïr et de condamner tout ce qui n'était pas dunmer. Elle préféra clarifier elle-même ses intentions sur ce qui avait eu lieu :

"Je ne suis pas fière de ce qui est arrivé ; je n'ai pas pour habitude de créer inutilement des ennuis. Et j'aurais préféré que mon arrivée à Vvardenfell se fasse un peu plus en douceur... croyez-moi."
Elle ne pu retenir un sourire gêné et tourna la tête dans une autre direction. Oui, son agresseur avait amplement mérité sa correction, mais Caliha savait que dans certains cas, mieux valait ne pas faire de vagues et ravaler sa fierté. Elle avait agit dans l'émotion et s'accablait de sa propre bourde. Mais rien n'aurait pu réparer ce qui avait été fait. Elle ne pouvait que se faire discrète en attendant des temps plus cléments.

Lorsqu'il lui parla d'une lettre semblable à la sienne qu'on leurs avait été remis, son regard tomba sur sa sacoche. Elle s'en empara et fouilla son contenu pour en extraire un carnet, dans lequel la lettre qu'elle avait gardée était pliée en deux.

"Décidement, vous savez beaucoup de choses, Sera, s'amusa t-elle tout en lui tendant le feuillet calligraphié. Un pointe d'ironie perçait ses yeux troublants, alors qu'elle scrutait chacune des expressions du coursier, le laissant prendre connaissance du contenu de la lettre.

Lorsqu'il sembla avoir terminé sa lecture, elle lui expliqua :

"J'en sais bien moins que vous au sujet de ce rendez-vous et encore moins sur ce qui se trame derrière. On m'a simplement remis ce message au moment où je faisais mes valises et me préparais à quitter la ville. Je sais à quel point c'est inconscient de ma part d'y aller en aveugle. Mais on connaissait déjà mon identité et ma position. Que risquais-je de plus, si ce n'est de recroiser mes charmants amis racistes jusqu'à l'os ? "

Elle marqua une pause, l'air un peu plus sombre.

"Je trouve ton idée de garder un œil les uns sur les autres très honnête. Et pourquoi vouloir absolument tenir à distance les Grandes Maisons et tout ce qui pourrait avoir du pouvoir sur cette île ? Dis-moi, Felvan, souffla t-elle du bout des lèvres, que te dit ton intuition au sujet de toute cette histoire ? Qu'est-ce qui te pousserait à prendre le risque de t'y rendre ?"
"Klatu Verata N... Nekta... Nectarine... Nicole... Nouille ! Non, ça m’étonnerait. Ça commence par un N. C'est facile à trouver c'est un mot en N ! Klatu Verata Nnnnhumhumhum ! [fait semblant de tousser] Ben voilà ! J'l'ai dit !"
Evil Dead 3
_____________________

Un seul jeu, une seule foi...

VGM

(Note perso : penser à trouver une nouvelle signature.)

#59 nood

nood

Posté 01 janvier 2018 - 22:22

Felvan lut la lettre de Caliha avec beaucoup d’attention. A l’exception, bien évidemment, du nom du destinataire, elle était rigoureusement identique en tous points à la sienne et à celles que lui-même avait distribué. Même écriture manuscrite, ample et maîtrisée, même texte au mot et à la virgule près, même papier. Il y avait pourtant une sensation étrange qui se dégageait de la comparaison des deux missives. L’elfe ne sut pas dire quoi exactement, mais tenir les deux exemplaires en main lui laissait une impression de … décalage, mentalisa-t-il sans pouvoir mettre un autre mot sur ce phénomène pourtant très diffus. Il hésita une poignée e secondes, puis, s’adressant à Caliha, Soler et Salomon :

‘’Est-ce que ça te dérange si je la fais voir à mes camarades de derrière, là ? fit-il à la Nordique en désignant le mage d’un mouvement de tête. À ceux-ci, il ajouta en tendant les deux papiers : Comparez ces deux papelards :  tout ce qui est visible et tout ce qui ne l’est pas, et faites de même avec les vôtres. Je sais pas si je deviens paranoïaque ou quoi, termina-t-il en baissant légèrement la voix.

Profitant de cette petite interruption, il délia le lien de sa queue de cheval, réarrangea ses cheveux en un chignon lâche pour dégager sa nuque, but une gorgée d’eau, ralluma son calumet ; puis il reprit, répondant à la jeune femme :

- Je ne sais pas pourquoi, ou même si la ou les personnes derrière tout ça ont l’air de vouloir tenir les Grandes Maisons à distance. C’est ce que je suppose, car sinon, l’information me serait probablement arrivée aux oreilles, ce qui ne s’est pas produit. Pour connaitre un peu les rouages de la politique locale, et dans une moindre mesure, d’un point de vue un peu plus global, si je me mettais à faire ça, à savoir cacher une opération de ce genre aux grandes maisons, ce serait que je prépare quelque chose de très gros, et suffisamment – comment dire – non orthodoxe ? Impertinent ? Quelque chose comme ça.

Et donc, c’est pour ça que je m’y rend. Comme je te le disais, j’ai réussi jusque là à gérer ma carrière et mon petit bonhomme de chemin en restant indépendant des guildes et maisons. Je rends des menus services, par-ci, par-là, j’observe, je guette, je renseigne quand je pense qu’il est bon pour moi de la faire… C’est mon fond de commerce. Il me semble donc inconcevable de ne pas honorer l’invitation de ce soir. C’est pile poil l’endroit où il me faut être.

Mon intuition, et j’ai là pas grand-chose pour l’étayer hormis quelques suppositions pas très objectives, bien qu’insistantes… c’est donc qu’il y aura des choses très intéressantes ce soir, et potentiellement assez dangereuses. Et c’est pourquoi je préfère y aller avec quelques personnes dans la confidence avec moi. Si tu nous rejoint, on serait cinq : nous quatre, plus un de mes vieux amis, un Argonien qui a plus d’un tour dans sa hotte. Cette après-midi, j’ai encore bon espoir de réussir à contacter un archer Bosmer et un vieil Impérial qui, selon moi, sont également de la partie ce soir. De quoi couvrir nos arrières voire plus si la situation s’envenime un petit peu.

Après, qu’on soit clair, je ne m’y rend que pour aller pêcher l’info, pas pour foutre tout à sac. Qu’en penses-tu ?’’

#60 Svartalfar

Svartalfar

Posté 02 janvier 2018 - 19:56

Soler fronça les sourcils à la requête du Dunmer. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Puis la sensation qu'il avait eu plus tôt lorsqu'ils étaient attablés lui revint en mémoire. Bien sûr, il cherchait un enchantement sur les invitations ! Cela pouvait être la source de la fluctuation qu'il avait senti plus tôt, mais il n'avait jusqu'alors jamais imaginé qu'un enchantement si faible fusse possible, et il ne voyait pas comment on pouvait y parvenir, ou s'en servir pour espionner quelqu'un. Et pourtant, c'était le seul emploi qu'actuellement il était en mesure d'envisager pour un tel enchantement. Rester le problème de sa détection. Soler n'avait pas la formation pour rechercher des traces aussi subtiles de magie et même si sa conception et son utilisation de la magie avait été différente, il n'aurait eu de toute façon aucune envie de gaspiller son énergie à cela alors qu'un magicien n'wah près à prouver sa valeur se trouvait à portée de poignard ! Cependant, un plan commençait à se dessiner dans son esprit. Si l'intuition de Felvan s'avérait juste, il y avait peu de chance pour que leur commanditaire ait pris d'autres mesures pour les espionner, et ils allaient pouvoir en jouer.

Ignorant si des oreilles magiques pouvaient épier leurs conversations par le biais de cet hypothétique enchantement et ne voulant pas inquiéter la Nordique (l'idée qu'elle se rapproche à cause de cela lui était pour le moment insupportable), il tourna la tête vers Salomon Marie et s'adressa à lui d'une voix basse.
" Messire, fit-il en joignant son invitation aux deux autres, je présume que vous savez détecter les enchantements. Êtes-vous en mesure de détecter si l'une ou l'autre de nos invitations possèdent une empreinte magique quelconque ? Ce pourrait être la preuve que notre mystérieux mécène épie le moindre de nos mouvements, voir nos conversations. S'y vous en repérez effectivement un, n'y touchez pas, nous pourrons nous en servir pour nous assurer une certaine liberté.

Modifié par Svartalfar, 02 janvier 2018 - 19:57.


#61 matix

matix

Posté 03 janvier 2018 - 00:14

Salomon étudia quelques secondes les invitations de Felvan et de Caliha.

Il émit un léger froncement de sourcil, s'assit en tailleur et posa les deux papiers au sols puis sortis sa propre invitation et la compara avec les deux autres.

Après quelques secondes où il "étudia" les papiers sans même les touchers, juste en les observants, il remis son invitation dans une poche de sa tunique.
Puis se leva en ramassant les deux autres et se tourna en direction de Soler et tout comme le Dunmer auparavant, il se mit à parler à voix basse.

"Il y a en effet quelque chose avec ces papiers.

Je ne saurait dire si celle de la fille est une fausse, je ne m'y connais pas assez dans le domaine mais par contre elle n'a subit aucun enchantement, cela j'en suis certain. Je n'en dit pas autant des nôtres par contre.

Celle de Felvan, la mienne et très certainement la vôtre aussi... j'y sent une très légère trace de magie.

C'est suffisamment puissant pour transmettre des informations à notre sujet, sans doute notre emplacement ou nos propos, mais pas assez fort pour être détecté directement. Il faut chercher un enchantement pour se rendre compte qu'il y en a un, c'est quelqu'un de très bons dans ce domaine qui a fait un tel travail.

Celle de l'ami argonien de Felvan, qui n'est pas venu au rendez-vous doit aussi être empreinte de cette magie.

Je vous laisse le lui dire."

Salomon rendit les deux invitations, celles de Caliha et de Felvan, à Soler.

#62 Svartalfar

Svartalfar

Posté 03 janvier 2018 - 11:34

Chose choquante, Soler sourit en reprenant les enveloppes1. Parfait ! C'était ce qu'il espérait. Ils allaient pouvoir tenter quelque chose ! Il plia soigneusement les missives, les emmitoufla dans un carré de tissu et les déposa sur le sol, puis fit signe à Felvan, retourné auprès de la Nordique, de le rejoindre tandis qu'il s'éloignait de quelques pas. Comme pour avec Marie, il s'exprima à voix basse.
"Ils nous espionnent avec ces invitations. Emplacement voir paroles. Informez la Nordique mais donnez le change : proposez de séjourner ici le temps que ça se rafraichisse ou de mettre au point un plan d'action. On laisse les invitations dans son campement et on retourne discrètement en ville, on les reprendra avant le rendez-vous.
La réaction de Felvan obtenue, il revint sur ses pas et reprit les invitations, comme si de rien n'était. Négligemment (en apparence), il reprit son étude du terrain, à la recherche d'observateurs un peu plus tangibles.


1 Le sourire n'avait cependant rien d'amical, c'était une joie mauvaise, celle d'un chasseur qui sait qu'il tient une proie qui l'aura fait longtemps courir.

Modifié par Svartalfar, 10 janvier 2018 - 23:44.


#63 Aerlynn

Aerlynn

Posté 05 janvier 2018 - 01:16

La région restait plutôt calme, un vent tiède soufflait. Quelques gravillons roulant sur les pentes émettaient un léger bruit rocailleux, au delà des collines. Même les braillards brillaient par leur absence plus que bienvenue, semblant profiter d'un instant de répit pour s'offrir une sieste, quelque part où leurs braiments ne dérangeaient pas les autochtones. Dans ce petit enclavement, la voix grave du Dunmer s'élevait, face  à un auditoire silencieux et attentif.

Caliha était toujours assise face au coursier, le menton posé dans la paume de main. Elle huma distraitement la fumée qui s'élevait du foyer. Celle-ci était forte et âcre, nouant sa gorge et humidifiant ses yeux sensibles. Elle rejeta un bref regard vers le Bréton et l'autre Dunmer. Étaient-il sur leur garde ? Elle n’eut pas le temps de s'en préoccuper ;  son attention fut à nouveau entièrement tournée vers son interlocuteur.

Quelque chose au sujet de sa lettre semblait l'avoir perturbé. A en juger l'expression qu'il arborait après l'avoir parcourut, une chose - mais quoi ? - ne l'avait pas laissé indifférent. Cela n'échappa pas à la Nordique qui commença à s'agiter très légèrement sur place. Elle ressenti le changement qui s'effectua tout autour du petit groupe, l’atmosphère étant devenue bien plus épaisse et crépitante qu'au tout début de leur échanges.

"Qu'y a t il ? demanda t elle, un froncement imperceptible se formant entre deux sourcils dorés. Lorsqu'il tendit les deux lettres au mage, elle et se releva quelque peu afin de mieux appercevoir l'inspection des documents, et ce qui avait pu causer ce léger trouble. Y avait-il autre chose que deux simple parchemins entre les mains du Bréton. Felvan en profita pour reprendre le fil de leur discussion  .

Caliha hocha distraitement la tête. "Quelqu'un vous a renseigné à mon sujet. Vous ne m'avez pas dit comment vous m'a trouvée. Une de vos connaissance espionne t elle pour votre compte ? Les étrangers ne sont pas si rares ici. Enfin, pour une cité de cette île. Est-ce que chacun de leurs mouvements sont épiés ?"

Elle marqua une pause, le temps de boire quelques gorgées d'eau diluée au nectar de quelques fruits, dans sa propre gourde. Sans savoir pourquoi, elle laissa échapper un frisson, puis reprit :
"Ça me chagrine un peu, ce que tu dis là. Je ne sais pas ce qu'on a pu te raconter sur moi, mais si tu me prends pour une brute incapable de se comporter convenablement en société, alors tu méprends. Les rumeurs instruisent les ignorants... "

"De plus, tes manières ne sont pas sans tâches, et ton petit cortège n'inspire pas confiance, en particulier ce Dunmer, aussi engageant qu'une tombe, souligna t elle sur un ton plus bas et avec une pointe de malice, tandis qu'elle se relevait et s'étira brièvement, s'approchant du duo pour voir où ils en étaient de leur inspection des documents.
"Klatu Verata N... Nekta... Nectarine... Nicole... Nouille ! Non, ça m’étonnerait. Ça commence par un N. C'est facile à trouver c'est un mot en N ! Klatu Verata Nnnnhumhumhum ! [fait semblant de tousser] Ben voilà ! J'l'ai dit !"
Evil Dead 3
_____________________

Un seul jeu, une seule foi...

VGM

(Note perso : penser à trouver une nouvelle signature.)

#64 nood

nood

Posté 10 janvier 2018 - 21:20

Felvan tenta du mieux qu’il put de répondre à la flopée de questions de Caliha. Celles-ci étaient légitimes, se dit-il, au vu du caractère quelque peu saugrenu de cette rencontre. Il tenta du mieux qu’il peut de rassurer la jeune femme. Dans son esprit, elle était un allier sûrement plus fiable, probablement moins imprévisible que Salomon et plus avenant que Soler.

‘’Ce qu’on m’a dit sur toi, c’est que la Camona Tong ont fait ce qu’ils font d’habitude, à savoir faire chier les étrangers sans trop de raison, et que tu ne t’es pas laissée faire ; ce qui me semble être une réaction des plus saines et rationnelles. Une bonne partie de la ville, et notamment les autorités, partagerons cette analyse avec moi… on a vu des esclandres qui se terminaient plus mal.

Ensuite, on t’a retrouvée car j’ai été à la pêche aux infos. Si je ne me trompe pas, des éclaireurs t’ont aperçue hier, de loin, puis on fait leur rapports à un garde Hlaalu que je connais – ami d’enfance, si je puis dire - lequel m’a transmis ta position supposée ce matin même. Je t’avoue que c’était un peu le petit bonheur la chance… Là encore, pas de quoi fouetter un guar et s’affoler, c’est plus ou moins la procédure qui a fait connaitre ta position, et disons que j’ai de multiples connections un peu partout. Quant aux rumeurs… il faut savoir renifler celle qui ont de l’intérêt et laisser les autres de côté.

Il suivit la Nordique qui se levait et continua, baissant graduellement la voix alors qu’il se rapprochait de Marie et de Soler :

- Ces deux-là, je les connais depuis hier. Le Dunmer est aussi agréable qu’une douche de pisse mais ne manque pas de jugeote ni d’aplomb. Le mage, c’est exactement l’inverse mais il est beaucoup trop irréfléchi pour être malhonnête. C’est un compagnon très potable jusque là. On fait avec ce qu’on a…

Arrivés à hauteur de ceux-ci, il se rassit et ralluma sa pipe. La chaleur était de moins en moins supportable, malgré ses prédispositions innées d’elfe noir à encaisser les coups de chaud.

- Caliha, voici Marie et Soler, reprit-il. D’ailleurs je propose qu’on se tutoie tous et qu’on s’appelle par nos prénoms, tant qu’on y est…

Sur un sujet plus sérieux, si mes deux comparses ont fait beaucoup de mystère avec les parchemins, c’est que ceux-ci sont enchantés. Avec – arrête-moi si je me fourvoie, dit-il en s’adressant à Salomon – une balise ou un truc du genre qui permettrait de nous suivre et possiblement de nous écouter… Alors cela soulève tout un tas de questions.

Est-ce que le sort qui nous a rendu indétectable à toute forme de magie a pu brouiller ce pistage, selon toi ? Si oui, est-il envisageable de répéter voir de maintenir cette protection ?

En ce qui me concerne, ça ne modifie pas mes plans pour la suite de la soirée : Si on me localise et m’écoute depuis hier soir, je vois mal pourquoi on ne m’a pas empêché de vous donner rendez-vous plus tôt dans la nuit ou ce matin.. Il y aurait eu de multiples occasions de me cueillir, ne serait-ce que … alors que je ronflais chez moi. Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous.

Je ne doute pas qu’il faille gérer tout de même cette complication. Omaren, tu proposais de laisser les invitations ici. Ce me semble être une idée perfectible. Il serait plus judicieux de garder une hypothétique balise en mouvement, pour donner le change. Par contre il faudrait les réduire au silence. Est-ce que tout bêtement les envelopper dans sept ou huit épaisseurs de tissus, dans mon paquetage, ne suffirait pas à les empêcher de transmettre nos conversations ?

Que dites-vous de tout ça ?’’

#65 Svartalfar

Svartalfar

Posté 10 janvier 2018 - 23:43

Ignorant superbement la présence de la jeune femme, Soler se borna à répondre au seul interlocuteur un tant soit peu digne d'intérêt, l'autre Dunmer. Et il fallait le dire vite, car il dévoilait peut-être purement et simplement à d'éventuelles oreilles étrangères que leur petit tour était éventé. Il roula donc serré les missives pendant que Felvan s'exprimait et les fourra dans une de ses chaussures (c'était le plus loin des oreilles, le cuir et le tissu étaient épais et après tout, sa nature particulière pouvait peut-être parasiter l'enchantement) avant de se redresser pour répondre.

- Garder une balise signifiera que quelqu'un devra se séparer pour donner le change. Quant à les rendre sourds, fit-il d'une voix grondante à la limite de l'audible, si réellement il est possible d'écouter via une marque magique, il leur suffira de réunir plus de mages pour amplifier le signal. Bien sûr, à un moment donné, cela les rendra trop visibles pour un oeil exercé, mais rien ne dit qu'ils auront besoin d'en arriver là. Et si nous les trafiquons, ou si nous parlons d'elles à voix haute à leur proximité, nous perdront notre unique avantage : qu'ils ignorent que nous savons.
Je ne partage pas votre curiosité Aryon. Pour moi, cet Ordoval n'est pas un possible mécène ou un pigeon à plumer de ses drakes mais uniquement un danger, une source d'ennuis. C'est un énergumène - voir une organisation ! - suffisamment puissant pour nous connaître et nous faire suivre depuis n'importe quel coin de Dunmereth, tout ça pour nous sacrifier dans une entreprise où lui seul trouvera réellement son compte. Si je vous accompagne, c'est pour déterminer l'ampleur de la menace, non pour évaluer le nombre de pièces d'or que je pourrais lui soutirer ou savoir ce qu'il me veut !
Il balaya les trois autres personnes du regard. Il n'avait pas une seule fois élevé la voix, mais on sentait pourtant bouillir en lui une colère froide, et grandir son exaspération.
"Vous pouvez trouver mon comportement idiot mais par le Vile, retenez bien ceci : quoi que cet Ordoval souhaite, il n'hésitera pas à nous sacrifier pour l'avoir. Il a déjà trop dépensé dans cette entreprise pour s'encombrer de scrupules, le fait qu'il en sache autant sur nous le prouve. Alors veillez à prendre cette affaire au sérieux. Et ce n'est pas parce qu'ils nous espionnent depuis hier que le fait qu'ils le fassent actuellement ne change rien. La moindre parole de travers peut compromettre nos chances de nous en sortir vivant.

Et terminant par ses mots, il espéra très fort que des oreilles indiscrètes ne percevaient en effet pas ses paroles. Bien sûr il accusait sans preuve mais pour lui, sa conviction était claire : Ordoval était un ennemi, une menace pour lui et son clan, et il était de son devoir de déterminer si (et surtout comment) il fallait l'éliminer.

Modifié par Svartalfar, 10 janvier 2018 - 23:43.


#66 matix

matix

Posté 11 janvier 2018 - 21:14

"Oh la oh la mon ami...

Attendez au moins de savoir ce que nous veux cet Ordoval avant de vouloir le mettre au bucher.
Moi je suis plutôt curieux de savoir ce qu'il nous propose, qui sait, sans doute qu'une trépidente entreprise nous attends et que nous pourrons nous aussi y trouver un intérêt, qu'il soit financier ou autres.

Mais par contre je suis d'accord avec vous concernant ces parchemins, savoir qu'ils sont enchantés sans que nos poursuivants, comme vous dite si souvent, ne sachent que nous savons aurait était un avantage. Imaginer les nous traquer jusqu'à Coeurébène et tomber sur un guar autour duquel nous aurions accrochés les rouleaux, plutôt comique non ? C'est plutôt dommage que Felvan en ai parlé à haute voix, je l'admet."

Puis se tournant vers Felvan.

"Pour ce qui est des précautions possible vis-à-vis des rouleaux je ne suis pas un enchanteur donc je n'affirme rien mais à ma connaissance mettre sept ou huit épaisseurs de tissus autour ne changeras rien, à moi que les tissus ne soit eux même enchantés avec le "contre-sort" qui vas bien.

Ma protection magique ne nous cache pas d'eux, qu'il s'agisse d'une balise ou d'écoute, je ne peut rien faire contre cela."

Salomon prit quelques secondes, sortis de sa poche une gourde, à l'odeur qui s'en dégagée quand il l'ouvrit ce devait être du vin, de l'hypocras probablement.
Il en prit une gorgée, puis la tendit vers ces comparse avec un sourire.

"Même si Felvan ne partage pas sa fumette, pour ma part je propose toujours aux amis.
Cela vous inclus également Caliha, ont ne se connaît que depuis quelques minutes mais je suis sur que l'ont peut devenir bons amis tout les deux."

Et il fini sa phrase avec un clin d'oeil en direction de la nordique.

#67 nood

nood

Posté 23 janvier 2018 - 22:00

En souriant, Felvan sortit sa blague de tabac de son sac et la jeta d’un geste souple et nonchalant au Bréton.

- Y qu’à demander, camarade. Fais tourner, et servez-vous si le cœur vous en dit, vous autres. Par contre j’ai que deux pipes de rechange, et c’est pas les meilleures, faudra peut-être les curer un peu.

Une énième gorgée d’eau plus tard, car la chaleur venait de passer la limite du supportable en cette mi-journée et à découvert, il reprit :

- Désolé, Soler, si j’ai pu paraitre insultant. Il n’y a rien d’idiot dans ta réaction face à tout ça. Par contre je reste sur mon idée première : s’ils avaient voulu nous cueillir, il l’aurait sûrement déjà fait. Tout à l’heure au bar, voir hier soir pendant notre petite discussion, fit-il en regardant le Drès, qui, décidément, ne savait jouer que sur le registre d’une colère contenue dont Felvan n’aurait su jauger s’il trouvait ça plus ennuyeux ou plus ridicule. Ces balises ne sont clairement pas une bonne nouvelle, mais je vois pas pourquoi ils nous couperaient la carotide comme ça après s’être donnés tant de mal à nous retrouver.

Par ailleurs vous faites ce que vous voulez avec vos papelards, mais moi, je ne laisse pas la mienne dans je ne sais quel buisson du coin ou accroché au cul d’un guar. Mine de rien, faut les conserver précieusement parce que sans eux, point de soirée ! Et en ce qui me concerne, j’y vais...

Bref. Faut qu’on bouge. Restons en mouvement tant qu’on est regroupés ; ou alors…

Ou alors séparons-nous pour les forcer à séparer leurs forces aussi.

Quoi qu’il en soit, j’ai assez pris le soleil pour aujourd’hui, et il me reste deux trois courses en ville à faire avant ce soir. Si je pouvais prendre un peu de repos ça serait pas du luxe non plus… Je pense qu’il est temps de se mettre en mouvement.

Joignant les actes à la parole, il se leva et reprit :

- Allez ! Je rentre. La petite marche de retour permettra de réfléchir, et Balmora aura peut-être sa petite solution à tout ça, ne serait-ce que parce qu’on y sera moins facilement détectable. Qui me fait confiance me suive…

Puis il attendit là, jaugeant les réactions de ses comparses. Sans oublier une petite bouffée de fumée qui se dilua dans l’air brûlant.

#68 Aerlynn

Aerlynn

Posté 27 janvier 2018 - 17:26

Le fait que l'on puisse les entendre en ce moment même inquiéta la nordique, qui ne pu s'empêcher de se crisper et de demander à ses interlocuteurs de baisser la voix.
Enfin, elle se pencha vers le Bréton :

"Je vous remercie, accepta t-elle d'un air enjoué la gourde qu'il leur proposa. Elle se contenta de quelques petites gorgées plus par politesse et pour faire bonne figure, et ainsi ne pas sentir les effluves de l’alcool lui embrumer l'esprit. Le breuvage était bon ; elle en commanderai dans la soirée, si celui-ci était à la carte.

Lorsque Soler indiqua son point de vue concernant les parchemins elle l'observa fixement, sans ciller, son visage liliale aussi froid qu'un glacier. Elle n'était pas contre une bonne partie des craintes qu'il avançait, mais quelque chose dans son attitude lui déplaisait à tel point qu'elle s'en voulu de ce qu'elle pu ressentir rien qu'en l'écoutant parler.
Après avoir demandé confirmation à Salmon, elle fit toutefois remarquer :

"Le parchemin que l'on m'a remis n'a pas été enchanté, contrairement aux vôtres. Qu'est-ce que cela signifie, selon vous ? A t-il été livre dans la précipitation ? Où est-ce simplement le fait que je ne sois pas d'ici et donc potentiellement insignifiante pour ces espions ?"

Lorsque Felvan proposa à la compagnie de partager un peu de son tabac, elle refusa d'un geste vague sans véritablement en avoir conscience, totalement plongée dans ses pensées. Quelle que soit la personne qui souhaitait garder de très près un oeil sur eux, ils étaient grillés. Vouloir brouiller les pistes maintenant lui semblait un peu tard...mais d'un autre côté, pourquoi pas ? Selon elle, le "mal" était fait, et il leur fallait passer à autre chose.

"Je n'ai pas vraiment besoin de quoi que ce soit. Je n'aurai qu'à me changer pour ce soir. Si vous le souhaitez, je peux vous accompagner. Mais je vous en prie, gardez ces parchemins loin de nos bouches !"
"Klatu Verata N... Nekta... Nectarine... Nicole... Nouille ! Non, ça m’étonnerait. Ça commence par un N. C'est facile à trouver c'est un mot en N ! Klatu Verata Nnnnhumhumhum ! [fait semblant de tousser] Ben voilà ! J'l'ai dit !"
Evil Dead 3
_____________________

Un seul jeu, une seule foi...

VGM

(Note perso : penser à trouver une nouvelle signature.)

#69 Svartalfar

Svartalfar

Posté 28 janvier 2018 - 22:09

- Cette attitude est une erreur fit-il, péremptoire". En maugréant, Soler prit à son tour le chemin du retour. Son pas était vif et il semblait ne plus se soucier de ses camarades, si bien qu'il dépassa Felvan sans réellement le noter.

"A peine des combattants et même pas des guerriers. Je perds mon temps à enseigner la prudence à ces n'wah. Comme s'ils pouvaient connaître les efforts de Véloth ou les risques de la guerre. Leur candeur est une folie !" Bien que leur comportement raffermissait ses convictions sur la dégénérescence des autres races (et des Dunmers ayant reniés les anciennes voies), Soler sentait la lassitude poindre. Et peut-être même, un atome de panique. Comment allait-il pouvoir s'en sortir avec des individus refusant de s'inquiéter du fait qu'ils remettaient leur survie entre les mains d'un inconnu qui n'avait selon toute vraisemblance aucune intention de gâcher les sommes qu'il avait investi pour les espionner ?
"Je ne sais pas s'ils s'imaginent ou non que cet investissement donne une quelconque garantie de survie, mais ils se trompent. Nous sommes des pions pour cet Ordoval. Les plus adaptés peut-être, mais un mercenaire, ça se remplace. "
Il allait donc devoir prendre des mesures de son côté. Et sans que ce gênant petit mouchard ne donne l'alerte.

Modifié par Svartalfar, 28 janvier 2018 - 22:10.


#70 nood

nood

Posté 06 février 2018 - 21:23

Sans vraiment attendre la réponse de Salomon, qu’il voyait de toute façon mal faire cavalier seul dans la Faille de l’Ouest avec un escadron d’espion aux fesses, Felvan reprit l’exact même chemin qu’à l’aller. Le voyage retour se fit d’un pas rapide et dans le silence, il est vrai ponctué par quelques reniflements dédaigneux de Soler. Ce n’est qu’arrivé en vue du mur d’enceinte de la ville que Felvan mena le groupe par une entrée classique, rive gauche, au lieu de repasser par le chemin dérobé pris à l’aller. Les quatre marcheurs se mêlèrent à la foule : une horloge sonna deux et quart de l’après midi. Felvan, qui s’était progressivement effeuillé de la plupart de ses couches de vêtements pour ne porter plus que son armure et sa chemise de lin sur le torse, s’arrêta enfin vers une fontaine abritée dans une place étroite qui offrait également une ombre toute aussi attendue. Quelques gorgées d’eau fraiche et quelques paumes de cette onde sur la tête et le torse plus tard, il s’adressa à ses comparses, pensant profiter de la légère clameur de la place, relativement commerçante, et du clapotis de la fontaine, pour couvrir la conversation aux mouchards.

‘’Bien. Si je m’en tiens à mes objectifs de ce matin, je dois crapahuter pour trouver – il comptait sur ses doigts – Le Bosmer, au Verrou de la Chance, quartier Sud-Est ; Cosadès, localisation inconnue ; Reeh Jah, probablement au Mur du Sud… ça fait beaucoup de crapahutage, et je ne doute pas que j’en verrai pas forcément le bout. Sans compter que je prendrais bien un peu de repos avant ce soir, ou ne serait-ce que repasser dans mes pénates pour réviser un peu mon matériel.

Donc voilà, si vous voulez m’emboiter le pas, vous n’êtes pas malvenus, bien au contraire. Je garantis pas l’absence d’accrocs avec la populace locale, même si mon objectif est de faire profil bas... Si vous pensez que c’est mieux qu’on se sépare pour des raisons de sécurité, pas de problèmes. Dans ce cas, Soler, tu seras bien urbain de me redonner mon invitation.’’

#71 Svartalfar

Svartalfar

Posté 07 février 2018 - 00:51

- Prenez la mienne également, fit-il sur le même ton couvert en lui tendant les missives, je vais tenter de brouiller les pistes de mon côté et je n'ai pas besoin d'être espionné pour cela. Autant qu'on nous croit toujours ensemble, cela trompera au moins les yeux magiques. Puisque je sais où trouver le Verrou et le Mur, je vous retrouverai là-bas ou au Cercle quelques temps avant le rendez-vous, à défaut d'autre chose. En attendant, le Drès doit quitter la ville.
Sur ces mots, il tourna les talons, prêt à prendre congé sans un regard en arrière, se coulant dans la peau d'un roturier ordinaire vaquant à ses occupations.

[à suivre ici, sauf si vous voulez l'interpeler avant]

Modifié par Svartalfar, 07 février 2018 - 00:53.


#72 nood

nood

Posté 17 février 2018 - 21:39

''Une minute, Soler ! cracha Felvan alors que celui prenait congé sans autre forme d'adieu. Et une minute aussi à vous, chers camarades, se tournant vers le Bréton et la nordique.

Invitant le Drès à le suivre d'un geste de la tête vers un recoin calme de la place gentiment à l'écart des oreilles indiscrètes, et non sans avoir abandonné les invitations mouchardantes au pied de la fontaine, à quelques pas de là, il se pencha vers Soler et lui fit :

- Pas de problème si tu veux vaquer à tes occupations. seulement avant de te voir partir, je voudrais te rappeler que cette nuit, au Club du Conseil, je me suis engagé envers toi d'une part à ne pas te nuire et d'autre part à te faciliter la tâche autant que faire se peut. Sache que même si nous n'avons pas le même système de valeurs et que je me doute bien que tu espérais des compagnons de route plus ... vertueux ... Et bien sache que j'ai tout de même le sens de l'honneur et que je ne fais pas légèrement une promesse de ce calibre. Donc avant que tu ne nous quittes - momentanément, je l'espère, je voudrais que tu me répondes honnêtement : puis-je compter sur les mêmes engagements de ton côté ?

Felvan avait tout son cœur à paraitre convaincant. En parlant frontalement d'honneur et d'honnêteté à ce Drès, il comptait bien faire vibrer sa fibre militaire. Et observer ses réactions pour y déceler les signes d'un potentiel mensonge ou au contraire d'une franchise naturelle.

Modifié par nood, 05 mars 2018 - 21:36.


#73 Svartalfar

Svartalfar

Posté 22 février 2018 - 23:21

- Tant que vous ne constituerez pas un péril, je n'ai aucune raison de trahir ce qui s'approche le plus de... compagnons d'infortune. L'honneur est un mot creux pour nombre de Dunmers, mais pas pour mon clan. Bien entendu, l'honneur n'avait aucunement cours lorsqu'il s'agissait de mener bataille ou d'éliminer un éventuel danger, mais il ne voyait aucun intérêt à le préciser. Il n'avait pas d'intérêt à gâcher les seules cartes qu'il avait en main, eux, et Felvan devrait se contenter de cette certitude. Maintenant donnez-moi une heure et retrouvons-nous au Verrou ou à tout autre endroit que vous m'indiquerez. A moins...
Il opérait un demi-tour lorsqu'il s'immobilisa, une idée venant de lui venir à l'esprit.
- A moins que vous ne puissiez m'indiquer un Dunmer de ma taille et de ma corpulence, prêt à exécuter un contrat simple sans poser de questions.

#74 nood

nood

Posté 27 février 2018 - 20:48

Rassuré par la tirade de Soler, Felvan contempla donc Son interlocuteur pour jauger sa taille et sa corpulence, qui s’avérèrent être tout à fait standards pour un Dunmer mâle dans la force de l'âge.

''Il y a un guetteur qui pourrait convenir. En affaire avec la Camona tong sans y être vraiment affilié, même si je le soupçonne de faire deux-trois extras par-ci par-là... À mon avis, pour une cinquantaine de drakes, voire un chouia plus, il devrait faire l'affaire. Au pire, montre un peu les dents, c'est une grosse burne qui a tout sauf l'habitude de se battre. Il vit chez sa grand-mère, plus idiot que méchant, tu vois le genre... Bref. En mentionnant mon nom ça devrait passer tout seul. Pour le trouver, c'est simple : monte à la terrasse du club du conseil. de là, regarde la grande tour qui surplombe l'autre côté de la rivière Odai, plein est. Il se tient en général sur un toit ombragé par une tenture violette, dans l'axe de cette tour. C'est un Dunmer d'un bonne vingtaine d'années, avec une armure de cuir, qui réponds au surnom de ''Dak''. Si ça se trouve il aura même quelques petites informations sur ce qui se passe en ville en ce moment.. par rapport à ce soir... et si tu le croises, demandes-lui - de ma part - si il n'a pas vu le vieux Caïus dans la journée.

Felvan rebroussa chemin vers ses collègues, puis, imitant Soler, se retourna vivement et finit par ajouter :

- Ah, et pour notre rendez-vous... Si d’ici deux heures nous ne sommes pas au Verrou de la Chance, va voir au Mur du Sud si on y est pas. Sinon, retourne attendre au Club du Conseil, même table qu'hier soir. Bonne chance, sois prudent.''

[hrp : suite de la discussion ici]

Modifié par nood, 05 mars 2018 - 21:42.


#75 Aerlynn

Aerlynn

Posté 08 mars 2018 - 17:13

Sur le chemin du retour, Caliha resta silencieuse, jetant de temps à autre quelques regards furtifs vers ses nouveaux "compagnons". Elle profita de cette marche pour réfléchir à la situation dans laquelle ils se retrouvaient tous embarqués, contre leur gré. Il y avait matière à se méfier. D'autant plus en ce qui la concernait, n'étant point coutumière des mœurs et moins encore, des arcanes secrètes de ce pays. Elle se sentait en position de faiblesse face à ceux qui l'entraînaient dans leur sillage. Mais cela ne la terrifiait pas pour autant. L'inconnu et le danger pouvait exercer une sorte d'attraction - parfois périlleuse - et décharger quelques salves d'adrénalines qui lui procurait le sentiment d'être plus vivante encore, totalement dans le moment présent. Elle dévala le chemin de son pas léger, presque en sautillant, jusqu'à l'entrée de Balmora. Un léger frisson la traversa lorsqu'elle contempla de nouveau la cité qu'elle avait quitté peu de temps auparavant. Ses affaires étaient restés dans une cachette, qu'elle avait trouvée dans la précipitation avant son départ. Il lui faudrait y retourner avant la soirée.

Felvan les mena jusqu'à une fontaine où ils purent profiter d'un court répit. Assise sur le rebord de pierre, elle laissa pendre un main dans l'eau claire et fraiche, observant les alentours. Personne ne leur prêtait attention. Après s'être rafraichis, Felvan leur rappela toutes les personnes qu'il comptait retrouver avant la fin de la journée. Cela faisait beaucoup d'inconnus à chercher dans une aussi grande ville... Puis, elle se tourna vers Soler qui leur expliqua qu'il préférait s'occuper de ses affaires très personnelles et leur tourna le dos sans attendre de réponse. L'autre Dunmer le stoppa net et l'entraîna avec lui dans l'ombre d'un recoin, à l’abri des regards trop curieux, non loin.

La Nordique ne pu s'empêcher de soupirer bruyamment en plongeant sa main dans l'eau d'un geste vif et arrosant une bonne partie du périmètre - et par la même occasion, le Bréton, qui eu l'aubaine de prendre une petite douche. Visiblement gênée, elle fit glisser son châle de ses épaules et le lui tendit afin qu'il puisse s'éponger, lui offrant un sourire désolé.

Lorsque Felvan fut de retour, elle l'attendait les bras croisés et le regard sombre, visiblement contrariée.

"C'est ainsi que vous espérer gagner notre confiance ? En allant faire quelques messes-basses avec ce...  Drès ? Voilà qui explique de nombreuses choses sur l'attitude de votre ami. Ce ne sont peut-être pas nos affaires, mais à agir comme vous le faites, il y a peu de chance que l'on vous suive J'ai été patiente jusqu'à présent, mais je ne tiens pas à être embarquée dans une quelconque histoire avec ce genre de gars. J'aurais tout à perdre mais véritablement rien à y gagner."

S'étant laissée emportée, elle coula un regard autour d'eux, espérant de ne pas avoir trop élevé la voix et attiré l'attention sur eux.
"Klatu Verata N... Nekta... Nectarine... Nicole... Nouille ! Non, ça m’étonnerait. Ça commence par un N. C'est facile à trouver c'est un mot en N ! Klatu Verata Nnnnhumhumhum ! [fait semblant de tousser] Ben voilà ! J'l'ai dit !"
Evil Dead 3
_____________________

Un seul jeu, une seule foi...

VGM

(Note perso : penser à trouver une nouvelle signature.)




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)