Aller au contenu


[rp] La Grande Forêt


  • Veuillez vous connecter pour répondre
30 réponses à ce sujet

#1 Trias

Trias

Posté 01 avril 2007 - 17:33

&#91Hrp[/u]

]

Le début de l'aventure peut-être trouvé à Chorrol.




Image IPB



Un vent âpre et capricieux soufflait sur les arbres millénaires de la Grande forêt, leurs branches ployant par intermittence sous ses assauts éphémères. Haut dans le ciel, un soleil d'après-midi transperçait les entrelacs de leurs feuillages bigarrés. Ca et là, des bêtes sauvages circulaient à leur guise, dans ce territoire quasi vierge de l'emprise humaine. Un vieux fort en ruine, une unique route sinueuse, tels étaient les rares vestiges de l'intervention des hommes en ce lieu où la nature leur disputait la propriété.

Un furêt dressa l'oreille, l'écho régulier de sabots métalliques troublant le calme autochtone. Il s'approcha discrètement de cette longue piste de terre que fréquentaient parfois les humains, pour y constater l'arrivée de trois d'entre eux : une petite rousse emmitouflée dans une robe de mage, un grand impérial tout d'acier revêtu, ainsi qu'un elfe noir au regard d'azur qui semblait revigoré par cette incursion en territoire sauvage. Ces trois compagnons étaient accompagnés d'une jument tenue par la bride, et devisaient entre eux :

« En fait ils logent dans un campement situé après le fort, en prenant à une lieue vers l'est, à travers bois. D'après ce que j'en sais ils ont un éclaireur quelque part dans le fort, qui leur signale le passage de clients potentiels... » Maelicia soupira, songeant à sa désagréable entrevue avec celui ci, et aux capacités de sprint insoupçonnées qu'avait révélé chez elle la soudaine compréhension de l'arrivée des trois autres brigands.

Elle reprit : « Je pense que nous devrions pouvoir l'approcher suffisamment pour le neutraliser en silence. Il nous faudra ensuite nous occuper des trois autres ce qui ne sera pas de la tarte. Et j'ignore à quoi ressemble leur siège d'entreprise...  ajouta-elle en souriant, donc il faudra improviser à partir de là. S'ils devaient s'avérer plus teigneux que prévu, je serai là pour panser vos ptits bobos, mais essayez tout de même d'éviter l'option boucherie, comme nous en avions discuté. »

Elle fixa particulièrement Brise en appuyant sur ces derniers mots. Elle se demandait si l'impérial saurait se maîtriser lui-même aussi facilement qu'il disposerait d'un adversaire qu'il ne devrait pas tuer. Elle se demandait également si Sylph s'avèrerait capable d'en imposer à des nordiques supérieurs en force comme en taille. Et elle songea enfin, avec une terrible lucidité, que leurs adversaires ne se priveraient eux pas d'un ou trois meurtres pour le dîner, si ce n'était pire. Ses fragiles dons magiques de débutante suffiraient-ils à assurer la survie du groupe? C'est ce qu'ils allaient voir...

La bretonne aperçut le fort à l'horizon, et stoppa net. Elle se tourna vers Sylph et Brise, puis murmura :
« Nous y sommes presque. Avez vous des questions avant qu'on ne se lance? »

Modifié par Trias, 15 août 2008 - 23:08.


#2 Darkhammer

Darkhammer

Posté 01 avril 2007 - 20:56

L'impérial réfléchis un instant puis, avec un sourrire en coin, il dit:
"Hum avez-vous pensez à prendre à manger? Enfin c'est que, moi, ca m'ouvre l'appétit de combattre, alors pour après..."
Il s'arrêta en voyant l'air interloquer de ses deux compagnons, puis reprennant avec un plus large sourrire:
"Bon ca va, c'étais pour détendre un peu l'atmosphère, niveau question ca ira pour moi, tu me dit juste où tapper et ce sera fait."
Cette fois-ci en rigolant, il lança à la magicienne:
"Si vous me demandez d'autre chose plus intime, cela peu se faire aussi!"
Brise éclatat de rire.
"Bon on y va?" Dit-il en conclusion.

#3 Trias

Trias

Posté 02 avril 2007 - 06:38

Maelicia pouffa. Ce diable de cyrodiilien pouvait être d'une drôlerie insoupçonnée lorsqu'il le voulait. Elle répondit, sur le même ton:

" Mais on se croirait presque au printemps Brise! Rassurez vous je suis certaine qu'un ou deux nordiques bien bastonnés devraient se montrer réceptifs à vos ardeurs. Et si cela ne suffit pas, il y a une chaleureuse communauté de moines de talos sur le chemin du retour, sur lesquels circulent des rumeurs sans fondement. Qui sait les fantaisies qui vous seraient alors autorisées?"

Son sourire parcourait à présent son visage d'une joue jusqu'à l'autre. Quelle chance elle avait d'avoir trouvé des compagnons un tant soit peu capables d'humour! Elle se tourna vers Sylph:

" Pensez vous pouvoir atteindre le fort et y trouver le guetteur sans vous faire remarquer? Je peux vous donner cinq à dix minutes de distraction si brise et vous parvenez à le neutraliser sans trop de tapage. A moins que ce ne soit l'un d'entre vous qui fasse diversion? Notre Brise de printemps peut-être?" Sa lèvre inférieure se retroussa légèrement, esquissant un sourire des plus joviaux. Elle reprit:

"Je connais un sort de silence, et serai peut-être plus utile du côté du commando neutralisateur... mais c'est vous qui voyez. Alors, qu'est ce que vous en dîtes?"

Modifié par Trias, 02 avril 2007 - 06:42.


#4 Ryukan

Ryukan

Posté 02 avril 2007 - 11:52

"Oui votre sort nous serait bien utile, mais en ce qui me concerne, je peux effectuer cela seul si vous voulez, je suis assez discret en rapport avec ma carrure et mon poid, et je sais tres bien m'infiltrer et neutraliser un homme, nordique ou pas, par surprise, vous verrai qu'avec un peu de technique, on peut assommer les plus forts des nordiques , mais j'ai un plan, nous nous approcherons du fort un peu plus par les buissons que l'on voit ici, nous nous arreterons et resterons cachés, a ce moment la, je partirais seul vers le fort et rentrerai discrètement par ce trou dans le mur, causé surement par l'effondrement de celui-ci.
Brise, se placerai, adossé au mur à coté de la porte, au cas où l'éclaireur m'aurait repéré, et vous Maelicia, vous vous placerai pres du fort, a l'endroit qu'il vous conviendra, esayez tout de meme de trouver un endroit avec une bonne vue sur le fort, pour pouvoir lancer votre sort au cas où."

Sur ce il attendit la reponse de ses compagnons.

#5 Darkhammer

Darkhammer

Posté 02 avril 2007 - 18:06

Brise réfléchit au plan de Sylph un instant, otut cela était sensé être bien trop simultané à son goût:
"Et bien, Maelicia, ne connaîtreriez-vous donc pas de sort de boule de feu? vous en lancez un dans la mur du fort, vous savez, celui qui est branlant làbas, celui-ci s'effondrerait directement, ensuite, cela attirerait lattention du garde, s'il vient à se mêttre à portée pour votre sort de silence, le tour est joué. Cela peut marcher aussi? Et avec un peu de chance, il sera derrière le mur en question..."
L'impérial se remit à rire puis d'un ton calme et sérieux il dit:
'Ben quoi? C'est pas une bonne idée? Enfin, si, non?"

#6 Trias

Trias

Posté 02 avril 2007 - 19:04

"Oh oui oui oui, pourquoi pas: j'effondre le fort et j'attends que les trois autres zigotos du campement se ramènent pour leur expliquer bien gentiment que c'est la faute au mur!" ironisa la bretonne.

"Bon écoutez, reprit-elle d'un ton plus conciliant, nous sommes trois, autant utiliser au moins contre l'éclaireur l'avantage du nombre. Vous sylph allez partir sur la droite du fort, seul, et tenterez de localiser et de neutraliser notre guetteur si l'opportunité se présente. Sinon, essayez de hululer, et nous vous rejoindrons." Son fameux sourire en coin se redessina sur son visage "Vous savez hululer j'éspère?  Nous nous partirons sur la gauche. Si nous le voyons en premier il ne nous posera pas de problèmes. Et surtout évitez de faire du bruit!"

"Bon, une fois ceci fait il nous faudra couper à travers bois sur à peu près 200 toises pour trouver le campement. Si nous avons été discrets nos trois compères devraient roupiller tranquilement sous leurs tentes, sinon... il faudra improviser."

"Ah, et surtout n'entrez pas dans le fort! Dieu sait ce qui peut s'y trouver..." elle sentit un frisson lui parcourir l'échine. "Si nos amis n'y sont pas rentrés c'est qu'il doit y avoir une raison..."

Elle jeta un coup d'oeil au fort. "On n'y passera pas la nuit, du moins je l'éspère. On compte sur vous Sylph!"

Sur ce , elle rejoignit le côté gauche de la route, puis se tourna vers eux, les attendant pour se rapprocher du fort sous l'abri que constituaient les arbres vénérables, s'étendant de part et d'autre jusqu'à perte de vue...

Modifié par Trias, 03 avril 2007 - 06:30.


#7 Ryukan

Ryukan

Posté 03 avril 2007 - 15:57

Sylph fit un signe pour dire qu'il était pret, il s'élancat sans le moindre bruit, passant d'arbres en arbres le plus discretement possible, arrivé au mur est du fort, il commenca a escalader le mur, puis il posa un de ses pieds sur un des rebords du mur, et remarqua un caillou posé sur le haut du mur, a coté de lui, il le saisit et eu une idée, il lancerai le caillou pres de l'éclaireur pour fair une diversion, le leur lancé, il devrait alors vite sauté et se cacher dans un des recoins, puis s'approcher de l'éclaireur et l'assomé .
Il executa son plan, il aperçut le nordique, lui lançat la pierre, celui ce se precipita vers le bruit du fracas et Sylph sauta et s'approcha s'un recoin.
Le nordique était sur ses gardes, mais heureusement il ne regardait pas du coté de Sylph, celui ci s'approcha de l'éclaireur, décrocha son fourreau et le prit à deux mains, il s'approcha encore plus du dernier et dit :


" ho !"

Le nordique sursauta et se retourna pour juste avoir le temps de voir s'abattre contre sa joue un lourd fourreau de métal .
L'éclaireur tomba et Sylph lui remit quelques coups pour être sûr que celui ci ne se reveille pas de si tôt .
Il remontat sur le mur et regarda les arbres pour essayer d'apercevoir ses compagnons, mais en vain, alors il poussa un hululement, il les vit sortir de la zone couvertes par les arbres et les appella :


"Venez, il est neutralisé ."

Quand il arrivèrent, Sylph leur dit qu'il n'avait pas de cordes pour l'attaché

Modifié par Ryukan, 03 avril 2007 - 16:00.


#8 Trias

Trias

Posté 03 avril 2007 - 18:33

"Parfait! s'exclama la bretonne. Vous y êtes allé de bon coeur sylph!" Elle lui dédia un sourire radieux, avant de s'éloigner rapidement vers la jument. Elle revint tout aussi vite avec celle-ci, mais surtout également avec les cordes qu'elle avait achetées à chorrol, ce dont elle se félicita intérieurement.

Elle se pencha vers le nordique, qui laissait un filet salive s'échapper de sa bouche, béante de par son inconscience.
"Mais c'est qu'il est mignon comme tout notre ami. Je ne sais s'il tient plus du lard ou de l'andouille, mais il va falloir qu'il s'habitue provisoirement à une carrière de saucisson". Le sourire aux lèvres, les trois aventurier ligotèrent le malheureux vigile en moins de deux.

" Saperlipopette, j'ai oublié de penser à  prendre un baillon" s'exclama t'elle rageusement, tout en se traitant de noms d'oiseaux en son for intérieur. L'éclaireur, solide nordique d'une trentaine d'année, commencait en effet à émerger de son demi coma nauséeux. Un léger râle sortait désormais de sa bouche.

"Il va falloir que je le rende muet par magie. Nous n'aurons qu'une minute avant qu'il ne commence à crier, donc il va falloir sprinter vers le campement juste après"

Maelicia fit alors appel à un sort de silence runique qu'elle n'avait hélas étudié qu'à une seule reprise, liant mentalement des runes de stupéfaction, de silence, d'ombre et de peur et touchant de sa main la machoîre de l'homme devant elle. Le râle continua. Pestant contre elle même, elle inversa la position des runes de manière à ce que celle de silence conclue la formule, et toucha à nouveau le visage du nordique. Sa bouche s'ouvrit en grand en un cri muet, et l'homme se réveilla... mais sans pouvoir faire le moindre bruit ni mouvement. Il assista impuissant au départ de ses trois agresseurs, ses lèvres se contractant en un chapelet d'insultes silencieux.

Une vingtaine de seconde après leur éloignement précipité, la massive porte du fort s'entrouvrit lentement, grinçant sur ses gonds. Une ombre en émergea, s'immobilisant à la vue de l'homme prisonnier de ses liens. Les yeux du brigand s'emplirent de terreur tandis que son prédateur se jetait sur lui, un rictus dément collé aux lèvres.

Maelicia et ses complices couraient de toute la vitesse que leur permettaient leurs propres jambes, contournant les arbres, évitant les branches éparses, et surtout redoutant d'entendre un fatidique cri d'alerte qui ôterait tout effet de surprise à leur attaque. Le coeur de maelicia battait la chamade dans sa poitrine, l'excitation de la victoire croissant exponentiellement à mesure qu'ils se rapprochaient du bivouac. N'étant pas retardée par de lourdes pièces d'armures, et étant une athlète remarquable pour une magicienne, elle atteignit le campement la première, ses compagnons sur ses talons. Aucun signe d'activité n'en provenait. Elle se dirigea vers la tente du fond, indiquant à Briséadius celle de droite et à sylph celle de gauche. L'effet de surprise serait total.


Elle souleva d'un coup le rabat de la tente, plongeant son regard en même temps qu'elle même à l'intérieur de celle ci.

"Qu... qui êtes vous!!?" glapit une grande femme blonde vêtue de fourrure, qui venait manifestement d'entreprendre un massage pour un nordique gigantesque paresseusement vautré sur un linge, son dos nu exposé aux entreprises de sa femelle. Dissimulant son étonnement de se retrouver numériquement inférieure, maelicia répondit avec gaité:

" Je m'appelle Almalexia, et je vends des gobelins rouges!"

L'homme se retourna soudainement, une stupéfaction sans nom emplissant son visage. Ce qui décupla l'effet du sort que lui lança maelicia, éspérant qu'il le distrairait aussi longtemps que pour sa première victime Chorrolienne. L'effet fut encore plus criant, homme se tordant en deux, une rubéfaction subite envahissant son visage crispé par un rire convulsif.

Mais la blonde nordique s'était déja jetée sur sa dague, et tournant sur elle même de manière acrobatique elle porta une rapide ouverture en direction de maelicia, qui esquiva brutalement, en se mettant hors de portée de la lame.

Les deux adversaires se tournaient autour en bêtes prêtes à bondir, lorsque sa blonde adversaire attaqua à nouveau, la bretonne lui projetant une maladroite boule de feu sur la jambe droite. L'imparfait projectile, gros comme un poing d'enfant vint toutefois toucher sa cible au moment ou celle ci se rétablissait, lui faisant perdre l'équilibre. Maelicia se jeta sur celle ci, les deux femmes tombant au sol sous l'inertie de son saut. En moins d'une seconde elle suscita un papillon lumineux juste sous le nez de son opposante, qui inhala à plein poumons la gerbe de poudre alors produite.

Deux mains d'acier se reférmèrent alors sur son cou, cet étau soudain et invincible la prenant au dépourvu. Son immense adversaire avait en effet récupéré du sort dont il avait fait l'objet, et entreprit d'étrangler lentement sa frêle ennemie. Il la souleva, la rapprocha de son torse et la pressa contre le sol pensant renforcer son étreinte. La petite magicienne rousse suffoquait, sentant la cyanose gagner son visage à chaque seconde qui passait. Instinctivement elle leva les bras vers l'arrière, posant ses deux mains sur les joues maintenant proches de son agresseur. Canalisant les dernières ressources de sa conscience, elle vida les flux tourmentés de sa volonté en un élan féroce. Ses mains s'enflammèrent, portant à incandescence les pommettes du nordique sous l'effet d'un feu bleu d'une chaleur inimaginable.

Celui ci hurla à mort, se relevant d'un coup, démolissant la tente avant de s'écrouler net : son crâne avait heurté l'arbre qui jouxtait le provisoire abri. L'étudiante en magie le regarda, cherchant son souffle. Elle jeta un coup d'oeil à la femme blonde, le souffle rauque et difficile, obnubilée par l'asphyxie que le papillon anaphylactique avait provoqué chez elle, provoquant une allergie lentement occlusive de ses voies respiratoires. Maelicia se cambra, l'assommant, avant de lui administrer le reméde de son oedème de quincke.

Sortant des débris de la tente, elle chercha du regard ses compagnons.

Modifié par Trias, 03 avril 2007 - 19:50.


#9 Darkhammer

Darkhammer

Posté 03 avril 2007 - 19:07

Lorsque Brise entra dans la tente, claymore à la main, il trouva un Nordique étendu dans un lit, il s'en approcha discrêtement, mais hélas, la dicretion n'étais pas un de ses passe temps favori, il accrocha une casque posé sur un tonneau qui tomba violement au sol, réveillant en sursaut le Nordique. Celui-ci attrapa immédiatement son énorme masse de guerre d'au moin 1,50m, une énorma poid en pierre étais grossièrement accrocher à son bout, celui-ci semblait capable de broyer un crâne d'un coup sec. Brise fit un bond en arrière et se mis en garde. Sans attendre, le Nordique se jeta sur lui, masse en l'air. Et fendit l'air afin de tenté d'atteindre Brise, mais celui-ci esquiva sans trop de mal au vu de la lenteur du geste. Le Nordique déséquilibrer par son arme partit en avant sans réussir à frêné le mouvement. Il atteris dans la toile de la tente qu'il déchira en tombant comme une pierre au sol, Brise de la pointe de son épée vint placer celle-ci juste contre la nuque du bandit. D'un ton arrogant et victorieux, l'impérial dit alors:
"Un geste de plus et ta tête s'éloignera de ton corp d'au moin un mêtre. Et ne joue pas au plus malin, je n'ai jamais raté ma cible."
S'abaissant lentement tout en maintenant l'épée en place, Brise ramassa une grosse pierre qui était à sa porté, la levant d'une main, il la fit atterrir violement sur le crâne du Nordique qui sombra dans un profond sommeil brûtal.
Se relevant, il apperçut Maelicia qui venait de mettre également hors-combat son adversaire. Il lui fit signe et traina le nordique vers elle. Puis se retourna dans l'espoir d'appercevoir Sylph en bon état.

Modifié par wilfd, 03 avril 2007 - 19:09.


#10 Ryukan

Ryukan

Posté 04 avril 2007 - 14:01

Sylph entra dans la tente qui lui été dédiée, il avançat lentement et apperçut le nordique, étalé sur son lit, l'odeur d'alcool empaistait dans la tente, il prit un air de dégout, mais avanca, malheureusement, il y avait une sorte de flaque surrement d'alcool la ou marcha Sylph, il glissa le pied droit en l'air et s'effondra sur le sol, dans le fracas le nordique se réveilla, et se rua sur Sylph, une masse d'arme à la main, il fit tournoyer celle ci, assez longtemps pour que Sylph ait le temps de prendre appui sur ses mains et de projeter ses pieds en l'air vers le nordique, lesquels il se prit en pleine figure, déstabilisé il tituba, et Sylph dégaina son épée, la planta dans le pied du guerrier, qui hurla, avant de se prendre une droite de Sylph en pleine figure .
Une fois à terre et dans les vappes le nordique se vit asséner plusieurs coup de pieds dans le nez avant de s'évanouir .


#11 Trias

Trias

Posté 04 avril 2007 - 16:58

Alhamzarus, passa sa langue sur ses lèvres rougies par l'hémoglobine encore fraîche, celles ci s'étirant pour conférer à son blême visage une expression encore plus machiavélique qu'à l'acoutumée. C'était parfait songeait-il, non seulement cette bande d'inconscients miteux lui avaient offert un repas nordique sur un plateau (il essuya les dernières traces du sang de l'éclaireur de son visage), mais en plus ils avaient fait tout le travail à sa place.

Son "contact" de la guilde lui avait bien signalé qu'une novice avait été envoyée chercher le bâton de Sh'éam le maudit, mais il avait bien spécifié que ce n'était qu'un prétexte pour l'éliminer, qu'il devrait malgré tout le récupérer par lui même. Et voilà qu'elle et ses deux acolytes, sortis de nulle part, neutralisaient les nordiques à sa place, lui épargnant le pénible effort qu'aurait constitué un conflit frontal avec ceux-ci mais en plus lui fournissant du bétail en prime!

Invisible, le vampire observa encore les trois aventuriers: le grand brun en armure lui semblait non pas dangereux mais certainement le plus gênant des trois, il faudrait qu'il l'élimine en premier. Il le vit traîner sans ménagement le corps d'un brigand vers trois autres masses allongées. Un elfe aux mouvements fluides aidait une bretonne à ligoter les quatres bandits, une lame ensanglantée pendant à son côté. Il le ferait pourrir de l'intérieur. Des sons lui parvinrent. La créature tendit l'oreille, la magicienne rousse parlait :


- "Ca fait cinq avec l'éclaireur, et tous aussi charmants les uns que les autres on dirait." Elle s'adressa à une forme féminine avachie sur le sol "Madame, les cordes vous vont à ravir. Je crains que votre jules ne nous aie temporairement quitté sur un coup de tête, mais ne vous en faîtes pas, il n'hibernera pas longtemps!" Elle éclata d'un rire clair, puis donna l'accolade au dunmer et à l'impérial, les félicitant avec gaîté pour leurs "performances assomantes". Elle repartit d'un autre éclat de rire, réveillant une sensation curieuse chez alhamzarus, une chaleur oubliée depuis longtemps. Le vampire se pourlécha les babines. Il lui réserverait un sort spécial.

Le trio vainqueur semblait maintenant s'affairer autour des débris de la tente. Ils cherchaient le bâton. La simple pensée de ce que la magicienne comprendrait en mettant la main sur celui ci était des plus déplaisantes. Le vampire, toujours invisible, entreprit de se rapprocher de ses proies...

Modifié par Trias, 04 avril 2007 - 17:02.


#12 Ryukan

Ryukan

Posté 04 avril 2007 - 17:43

Sylph était en train de fouiller la tente ou il était allé auparavant

"Scrrac !"

Il sursauta, et se retourna vivement pour scruter la fôret, sa vue perçante observait le moindre mouvement quelconque dans les arbres, mais plus rien, il continua donc a chercher dans la tente, mais il restait sur ses gardes, cette fôret ne lui inspirait guère confience, après avoir retourné complétement la tente, il se dirigea en direction de Maelicia et lui dit, très bas :

"Dîtes, Maelicia, tout à l'heure, pendant que je fouillais la tente, j'ai entendu nettement un bruit dans la fôret, ce n'est pas un animal j'en suis sûr, je n'ai pas confiance en ce lieu, ne nous attardons pas ici, soyons vigilants et surtout parlons bas, on ne sait jamais, je vais en parler a Brise ."

Et il se dirigea donc vers Brise, pour lui annoncer sa vigilance .

#13 Darkhammer

Darkhammer

Posté 04 avril 2007 - 18:30

Brise fouilla la tente de font en comble lorsqu'il tomba sur une boite sombre scellé d'une manière peu commune, au vut de la longueur de celle-ci et de son épaisseur, cela devait être là-dedans que se trouvait le fameux bâton. a ce moment, Sylph entra pour lui parler d'un queconque danger, et lui demanda de se mettre sur ses gardes, ce qu'il fit par pure prudence. Montrant la boite à l'elfe, il la chargea sur son épaule et tout-deux se dirigèrent vers la magicienne, mais quelque chose de mal-saint planait dans l'air, l'impérial avait longtemps parcouru les ruines Aÿleide et les anciens tombeaux, et cette présence n'était pas pour lui plaire, un murmure entre les feuilles, un froid soudain semblant venir et repartir aussitôt, ce genre de rencontre, il aurait préféré l'évité une nouvelle fois. N'étant pas sûre de ses conclusions et préférant ne pas alarmer d'avantage ses deux compagnons, il préfèra garder cela pour lui-même, mais donna alors la boite à l'elfe qui eu quelque peu du mal à la prendre correctement au vut du poid du contenant. Il placa alors ses mains derrière la tête comme s'il se relaxait, mais tout en maintenant la poigne de son claymore, qu'il avait remis dans son fourreau, celui-ci étant solidement attaché dans le dos.

Modifié par wilfd, 06 avril 2007 - 17:35.


#14 Trias

Trias

Posté 04 avril 2007 - 18:55

Les pensées de maelicia s'assombrirent d'un seul coup. Toute à sa joie d'avoir évité des morts inutiles, se pourrait-il qu'elle aie négligé un détail qui leur soit nuisible par la suite. Elle se tourna vers les autres membres du groupe, distants de quelques mètres et leur dit à voix plus basse.

-" Bon écoutez, ne nous éternisons pas ici. Il n'y a pas eu de mort et nous avons le bâton, partons dès maintenant"

-"Pas eu de morts, pauvre inconsciente, il y en a maintenant presque trois" fit une voix grave, onctueuse , et sinistre provenant de derrière elle.

Elle se retourna en sursaut juste à temps pour voir le vampire, forme terrible drapée de noir, projeter une boule de feu sur briséadius. Le projectiles de flammes semblait presque une étoile, les lignes en fusion venant se renforcer mutuellement avec la grâce d'une perfection destructrice.

Dans un cri de déséspoir Maelicia jeta un sort de glace, qui grâce à son trajet plus court atteignit le trait de feu juste avant son impact, lui faisant perdre de sa force. Celle ci toucha le sol juste devant brise, en une formidable explosion qui le projeta trois mètres plus loin, contre un arbre, son armure se déformant sous le choc. Le souffle magique atteignit même le coffret obscur, près de sylph, qui rougeoia mais ne bougea pas d'un centimètre.

Modifié par Trias, 06 avril 2007 - 17:39.


#15 Darkhammer

Darkhammer

Posté 04 avril 2007 - 20:21

Brise avait déguainer son claymore aussitôt le vampire apparut. Mais sans l'intervention de Maelicia, la obule de feu l'aurait mis en mauvais-état, heureusement son armure avait été réparé précédément et avait bien encaissé l'onde choc. L'impérial claymore en l'air bondit en avant et fondit sur le vampire dans un hurlement de rage, celui-ci évitat le coup sans trop de mal, celà dû à son agilité. Brise perdit quelque peu son équilibre à cause de son coup manquer mais se repris et frappa le Vampire dans les flancs, mais n'arriva pas à le blessé suffisement que pour le mettre en mauvaise posture...

Modifié par wilfd, 06 avril 2007 - 17:36.


#16 Trias

Trias

Posté 04 avril 2007 - 21:40

La froide lame sifflait, déchirant l'air à chaque fois que l'impérial abattait sa terrible claymore, encore et encore sur le vampire. Celui ci esquivait les attaques l'une après l'autre, avec une habitude et une facilité déconcertante.

Il n'en était pas à son premier bain de sang, et il s'était déja joué de guerriers autrement plus dangereux que ce soldat improvisé. Mais la résistance dont il avait fait preuve l'avait surpris, et il en faisait les frais. Il fut atteint au mollet par une décharge électrique, qui le déséquilibra, manquant de le faire toucher au flanc par l'épée de ce fiéffé impérial. Il fut simplement éraflé, mais se tourna avec rage vers la bretonne à l'origine de l'éclair.

Avec une vitesse surhumaine il parcourut les quelques mètres qui le séparaient de la lanceuse de sorts, lui empoignant le bras et la taille, et avant même qu'elle ne comprenne ce qui lui arrivait il tournoya sur lui même, la projettant à six bons mètres en dehors du périmètre de combat. Celle là, il se la gardait pour plus tard.

En attendant il se retrouvait à un contre deux, ce qui était inconfortable. Esquivant une fois de plus une attaque de taille de la part de l'impérial (qui n'allait pas tarder à fatiguer pensait-il), il sauta sur le côté et, au prix d'une importance dépense de magie, projeta un nuage de poison en direction de l'elfe. Les vapeurs toxiques étant une fois de plus éxécutées par des mains expertes, elles avaient le potentiel suffisant pour le tuer.

Modifié par Trias, 05 avril 2007 - 07:12.


#17 Ryukan

Ryukan

Posté 05 avril 2007 - 07:54

Sylph, expert en guérison lançat un sort de guérison du poison sur lui méme et un de dissipation vers le nuage au prix de beaucoup de mana, puis il dégaina son épée et se dirigea vers le vampire, en sortant une fiole rougeâtre et en vidant celle-ci sur la lame de son épée, il fit un bond et tenta d'asséné un coup d'estoc au vampire qui esquiva et lui colla un coup de pied dans le ventre, heureusement que Sylph avait son armure, mais malgré cela, il avait senti la puissance du coup à cause de la force du vampire, mais il se releva et frappa de nouveau en direction du vampire, Sylph et Brise offrait un magnifique spectacle d'épée se déchainant sur un être esquivant la plupart des coup.
Quand soudain Sylph sauta en arriere et commençat a incanter :

"Brise écartez vous !"

Sylph mit ses mains en avant vers le vampire tandis que Brise fit quelques bonds en arrières, puis de la lumière sortit des mains de Sylph, s'intensifiant à chaques secondes, quand tout a coupn une déferlante de lumière divine se precipita vers l'être obscure, un cri horrible retentit, quand la lumière disparut, Sylph constata que le sort n'avait pas sufit a tuer le vampire, mais l'avait bien blesser, Sylph et Brise se ruèrent a nouveau sur le vampire .

Modifié par Ryukan, 05 avril 2007 - 07:55.


#18 Trias

Trias

Posté 05 avril 2007 - 12:48

Maelicia resta au sol une dizaine de secondes. Elle avait mal. Ses jambes lui semblaient s'être transformées en deux douleureuses masses et refusaient de lui obéir. Son épaule gauche, ayant heurté une pierre qui avait arrêté sa chute la lancait insupportablement. Et elle sentait encore la pression que l'étreinte du vampire avait causée sur son abdomen. Elle tenta néanmoins de se relever malgré tout, apercevant la danse mortelle que le monstre dansait toujours avec ses compagnons.

Elle fut sidérée de voir que Sylph avait non seulement survécu au poison du vampire, mais avait également lancé un sort de lumière divine. Hélas le vampire s'étant gorgé du sang frais de l'éclaireur, était devenu moins sensible à celle ci, mais paraissait bléssé et fatigué, tant par les attaques incessantes de Brise que par les sorts de sylph. Mais tel était également le cas de ses amis, l'elfe paraissant vidé par ses deux contre-attaques magiques, et l'impérial accusant le coup de l'explosion qu'il avait subie.

Impuissante, elle songeait qu'elle n'avait pas les moyens de vaincre le vampire lorsque la pensée du coffret rougeoyant lui revint à l'esprit.
"Le bâton!" hurla t'elle, "utilisez le bâton!"

Des ses dernières forces elle courut vers le coffret noir. Il n'avait pas de serrure, seul un joyau paraissant en sceller le contenu. Dans un éclair de lucidité elle lança le seul sort d'altération qu'elle connaissait. La boîte s'ouvrit, découvrant un bâton de bois noir surmonté par une très grande obsidienne ovale.

----

Alhamzarus avait vu la magicienne s'emparer du bâton-sceptre, et il commencait à nouveau à manquer de sang sous ses blessures.

Il paniqua et joua le tout pour le tout : il ensorcela l'elfe noir par un terrible sort de terreur vampirique, et asséna un coup terrifiant à brise au moment où il levait son épée, brisant la clavicule droite de celui ci. Il se jeta ensuite de toute sa vitesse sur la bretonne, passa derrière elle, et déchira d'un geste griffu la portion de robe entre la manche et le cou. Contemplant un instant l'épaule ainsi offerte, il la mordit au col, buvant à grands traits le sang le plus pur qu'il aie jamais goûté, refermant déja ses blessures. Maelicia lutta faiblement contre l'extase et la douleur voluptueuse qu'il lui infligeait, mais céda finalement à la puissance du charme qu'exercait sur elle le vampire

Le bâton maudit roula à quelques mètres de là.

Modifié par Trias, 06 avril 2007 - 17:40.


#19 Ryukan

Ryukan

Posté 05 avril 2007 - 17:51

Sylph se vit asséner un sort, puis plus rien, il était maintenant dans un monde pour le moins étrange, très sombre, et lugubre . Il fit un pas en avant, sentit son pied s'enfoncer dans un craquement, puis recouvert d'un liquide chaud, il baissa la tête pour voir la cause de cette sensation, et constata un cadavre sur lequel son pied s'était enfoncé, il compris tout de suite, le vampire avait essayé de le térrorisé, il aurait bien voulut lançait un sort de dissipation divine, mais c'était trop risqué, sa mana était faible, il sortit une potion de regain de mana la vida d'un trait, il incantat un instant, et lançat ses mains au dessus de sa tête, provoquant un halo de lumière le recouvrant, il sortit d'un coup de cet étrange monde.
Il reprit ses esprits un instant puis il remarqua que le vampire était aux prises avec Maelicia qu'il venait de lacher, et pensait que Sylph était coincé dans le monde de la terreur.
Il profita de l'occasion, se jeta sur le baton au sol et le braqua vers le vampire, il restat un instant pendant que le bout du baton orné de l'obsidienne commençat a briller d'une étrange lueur bleuté.
Puis quand celle-ci devint très forte, il visa le vampire et lui lançat :

"Hé l'hémophile ! Par ici !"

Ce dernier se retourna et aperçut Sylph avec le baton braqué sur lui tandis que la magie devenait de plus en plus forte autours du baton .

Modifié par Ryukan, 24 avril 2007 - 15:48.


#20 Trias

Trias

Posté 05 avril 2007 - 20:47

La vampire consommait son union prédatrice avec sa victime, communiant mutuellement dans une même transe, lorqu'un cri de provocation lui parvint. Il leva la tête, sa machoire dégoulinante de sang, pour en distinguer la provenance.

"Hé l'hémophile! Par ici" Lui criait ce diable d'elfe. Il lâcha maelicia, qui retomba mollement au sol, s'affaissant sans plus de résistance qu'une poupée de chiffon. Il se sentait fort. Il allait arracher les yeux du dunmer, et les lui ferait avaler avant de lui défourrailler les entrailles. Il avanca lorsqu'il vit la lueur bleutée du bâton, et comprit qu'il était perdu.

----

Sylph sentit soudain ses mains se rapiécer comme sous l'effet d'un vieillissement surnaturel, leur peau devenant parcheminée et ridée, des ongles blafards et griffus venant remplacer les siens tandis qu'il sentait ses bras gagnés par un froid cadavérique. L'obsidienne devint blanche et projeta un champs de brouillard gris mystique qui couvrit le soleil.

Un râle retentit, provenant du fort. Une haute silhouette titubait, bras pendants, en direction du bâton : l'éclaireur, vidé de son sang, les yeux morts, marchait vers son assassin. Non loin de la tente de droite, un corps décapité se redressa, ses membres adressant au vampire en une supplication muette et innommable : il s'agissait du mage qui devait transporter le bâton, mis à mort par les brigands. Un squelette sortit de terre, guerrier oublié depuis des siècles, et marcha sur le vampire. De toute part, hommes et mers, créatures et animaux morts auprès du fort se rassemblaient sous l'appel de l'artefact. Car tel était le pouvoir du sceptre de Sh'eam le maudit.

Le cercle des morts se referma sur Alhamzarus, qui lutta vainement pendant quelques minutes, puis se résigna devant le flot mortifère. Il fut dévoré vif par les zombies, son dernier regard s'adressant à la forme féminine allongée non loin de lui, une émotion indechiffrable habitant ces dernières pensées.

Puis ce fut tout. La brume se dissipa, replacant magiquement chaque mort là d'où il n'aurait jamais dû être délogé. le vampire était mort, et seuls les regards éperdus d'horreur des quatres nordiques témoignaient de l'abomination qu'ils venaient tous de vivre. Sylph regarda ses mains redevenues normales. Trois fines stries blafardes persistaient sur le dos de sa main droite.

Le vampire avait été détruit.

Modifié par Trias, 05 avril 2007 - 20:54.


#21 Darkhammer

Darkhammer

Posté 05 avril 2007 - 21:21

Le calme revint enfin, Brise se dirigea à toute hâte vers Maelicia qui semblait inerte. Se penchant vers elle, il apperçu une morsure au niveau de la gorge. Il sortit une petite fiole aux teintes argentées et, relevant la tête de celle-ci, lui en fit boire le contenu. Casiment instantanément, la morsure disparut. Malgrés sa clavicule brisée, Brise prit dans ses bras la brétonne et l'enmenna jusqu'au cheval, celle-ci commençait à reprendre conscience. Il réussit à lui faire comprendre qu'elle devait s'accrocher à lui et il se mirent en route à petit trot, pour éviter de trop brutalisé Maelicia encore très faible. Sylph suivait ses deux compagnons à pied, transportant le bâton, qu'il avait au préalable remis dans sa boite. La nuit commençait à tombé et ils étaient encore loin de la ville. Ils s'arrêtèrent afin de laisser la magicienne se reposer, une tentative de vampirisation pouvait parfois laisser quelque sequel, même en ayant été soigner rapidement.

Ils s'installèrent dans une clairière. Brise installa la magicienne sur un lit improvisé de feuillage et de branche souple puis demanda à Sylph d'aller chercher du bois afin de faire un feu de camp car le froid de la nuit commençait à se faire plus fort. Hôtant sa cape, il couvrat Maelicia en attendant le retour de l'elfe.


#22 Ryukan

Ryukan

Posté 05 avril 2007 - 22:53

Sylph erra quelques instants dans la foret, il était faible, avec son sort de dissipation divine d'auparavant, il n'avait pratiquement plus de mana, laquelle avait fait une chute libre, il titubat et tomba près d'un arbre, mais il se releva un peu plus tard, et pris quelques braches au passage, ainsi que 3 grosses buches pour assurer la préservation des braises.
Quand il revint au campement improvisé, il organisé un feu, avec une des buches au centre et du bois mort autour, il sortit deux silex de son sac et entrprit d'allumer le feu, au bout de quelques essais, ce dernier pris et brilla vivement, rechauffant l'atmosphère alentour et procurant une douce chaleur sur le campement, malgrès sa fatigue, Sylph resta près du feu pendant un moment pour parler avec Brise


#23 Darkhammer

Darkhammer

Posté 05 avril 2007 - 23:22

Brise soutenait de moin en moin la douleur de sa clavicule cassée ainsi que de ses blessures. Mais son endurance et son calme lui permettait de tenir le coup et d'évité de montrer des signes de faiblesses, peut-être par fierté ou par orgueil, mais cela était dans sa nature.
L'impérial se leva pris en main la boite contenant le baton, s'asseillant autour du feu, il le sortit avec grande prudence. De celui-ci émannait une aura noire et malsaine, l'énergie astrale qu'il dégageait était similaire à celui des gemmes spirituelles noires qu'il avait pu voir au cours d'un de ses précédent voyage. Pour sûre, c'était là un objet nécromantique de très haute qualité aux pouvoirs très grands. Un Artéfact... A peine avait-il frolé les symbôle marquer sur celui-ci qu'un frissons glacial vint à heurter Brise et Sylph, l'énergie qu'il contenait était bien plus grande que ce qu'il n'y paraissait. Et a voir son efficacité lors du combat contre le vampire, cette objet n'avait rien à faire entre les mains d'aucun des trois compagnons. S'adressant à Sylph, Brise dit alors d'une voix entre-coupé par la douleur qui commençait à s'intençifier:
"Ce bâton... est une arme bien trop dangereuse... Malgrés que Maelicia à besoin de sa recommandation, je crois que sa place serait entre les mur de l'université des arcanes directement...là-bas il sera hors de porté que quiconque voudrait s'en emparé... Enfin... C'est mon avis..." Brise remis le bâton en place et referma la boite correctement. Puis repris:
"Je crois... Que nous devrions nous reposer... Demain... Nous déciderons de notre destination..."

Modifié par wilfd, 06 avril 2007 - 17:37.


#24 Trias

Trias

Posté 06 avril 2007 - 08:27

Lorsque Brise se réveilla la première chose qu'il vit furent les yeux verts enjoués de Maelicia, ainsi que le sourire éblouissant qu'elle arborait. Il remarqua que ses canines avaient discrètement augmenté en taille, et qu'elle était encore un peu pâle. Mais elle ne paraissait pas accablée par les rides et la fatigue que la porphyrie vampirique créait habituellement sur ses victimes.

« Alors, on se la joue marmotte, mon cher Brise ? Rien de tel qu'un bon p'tit vampire pour s'endormir tranquillement hein! Savez vous qu'il est pratiquement dix heures du matin? Si j'avais su quel effet soporifique le combat pouvait avoir sur vous, j'aurais également acheté quelques oreillers, mais on dirait qu'ils ne vous auraient pas trop manqué vu ce qui vous sert de chemise de nuit ! »

En tout cas sa bonne humeur habituelle semblait revenue à l'identique. Elle aida l'impérial à se redresser, ce qu'il fit avec un gémissement, la douleur de sa clavicule étant tout simplement atroce.

« D'abord les bandages, ensuite le déjeuner » ajouta t'elle, en l'aidant à retirer son plastron métallique. En vraie professionnelle, elle dissimula sa réaction à la vue de son torse nu, grimaçant simplement en constatant l'angulation concave que formait désormais sa clavicule, et du volumineux hématome constitué. Elle saisit deux sortes d'arceaux en tissu, confectionnés à partir des draps des brigands, qu'elle passa autour des épaules de brise, s'apprêtant à les relier dans le dos de celui ci.

« Ca va faire mal, j'le crains »fit elle, attendant que l'impérial soit prêt. Elle tira alors les deux anneaux textiles, tractant les deux épaules vers l'arrière, et arrachant un grognement au guerrier. Puis elles les attacha solidement. Surpris, Brise remarqua que l'attelle de fortune avait immobilisé sa clavicule en place, même si elle n'en était pas réparée pour autant. Elle passa une main éclairée par une douce lueur bleue au dessus de celle ci, initiant la consolidation, et soulageant la douleur. « Il faudra consulter un guérisseur confirmé une fois à Chorrol » lui spécifia t'elle. Elle lui tendit ensuite du pain et un bol de thé chaud.

Elle en donna également à Sylph, qui s'était réveillé à peine plus tôt. Comme il se demandait d'où ceux-ci sortaient, elle pointa du doigt le garde impérial qui veillait non loin de là. Se relevant, elle expliqua :

« Je me suis réveillée tôt ce matin, et j'ai rameuté quelques gardes sur le chemin pour qu'ils récupèrent nos quatre brigands. A l'exception de l'éclaireur ils ont tous fini la nuit sains et saufs dans une geôle de Chorrol. Une récompense nous y attend, ainsi qu'une convocation à la guilde des mages. Le brouillard a apparemment aussi recouvert la ville. J'ai également trouvé beaucoup de choses intéressantes sur les restes de notre ami amateur de bisous dans le cou, que nous partagerons là bas. Je n'ai aucune intention de donner cette abomination à Falcar, qui visite actuellement la cité, mais Teekeus devrait pouvoir la mettre en lieu sûr. »

Ils notèrent que le coffret noir était à nouveau clos. Maelicia les salua, s'éloigna pendant dix minutes, puis revint : elle avait enfilé son change, substituant une autre robe de mage bleue à la première, déchirée à l'épaule et maculée de sang. « J'affectionne pas particulièrement le décolleté victime » expliqua-t'elle. Elle s'aperçut qu'ils avaient fini de déjeuner.

« Ca va mieux ? »  demanda-t'elle.

Modifié par Trias, 16 mai 2009 - 21:25.


#25 Darkhammer

Darkhammer

Posté 06 avril 2007 - 17:34

La douleur da blessure s'était considérablement aténuée mais était encore fort présente, mais Brise dissimula au mieu sa douleur une fois de plus afin le laisser parraître que la magicienne avait fait ce qu'il falait pour un moment. Se levant du tronc d'arbre qui lui servait de siège, il répondit:
"Je vais mieu maintenant, à quand le prochain vampire?"
Brise éclata de rire mais, contractant par la même occasion ses muscles, il sentit un tirement dans son dos augmentant quelque peu la douleur, il arrêta aussitôt de rire d'un un légère toux étouffée puis repris:
"Ne trainons plus en ces lieux trop longtemps..."
L'impérial s'approcha de Maelicia, puis d'une voix de nouveau charmeuse et reconnaissante à la fois, il lui dit alors:
"Merci pour les soins... J'ai eu assez peur pour toi tu sais, mais sans ton intervention, le combat aurait pu tourner au désastre..."
Brise déposa un baisé doux sur la joue de Maelicia, puis se mis en route immédiatement suivit de ses deux compagnons.




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)