Aller au contenu


[H] La Reddition D'alinor


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Erethor

Erethor

Posté 20 December 2015 - 23:10

LA REDDITION D'ALINOR

Édition et commentaire par Mérandill de Gardeciel, 4E 127.

_______________________________________________________________________________________________

Préface :

Le présent ouvrage est une tentative d'édition d'un poème altmeri d'auteur inconnu, mettant en vers la reddition de l'Archipel de l'Automne face au Numidium contrôlé par Tiber Septim.

Par son simple thème, et malgré son caractère anonyme, il semblerait aisé de fixer 3E 1 comme terminus post quem absolu pour la datation de ce poème. Mais un double problème se pose. Le premier est d'ordre codicologique : malgré une date de rédaction qui ne devrait pas excéder 500 ans, je dois m'étonner avec d'autres philologues du faible nombre de manuscrits conservés. Il m'a été difficile d'en trouver plus de dix au cours de mes voyages d'études à travers Alinor et Auridia. La Crise d'Oblivion n'a certes pas été tendre avec le contenu de nos bibliothèques, et comme tout un chacun je me lamente encore sur la chute de Cristal-qui-fait-Loi.

Mais au-delà de cela, au sein des bibliothèques moins affectées par le fléau daedrique - Lillandril, Prime-Tenure - les manuscrits conservés étaient tous dans un piteux état. Marges rongées, feuillets perdus ou mutilés, encre délavée, pages souillées... Toutes ces détériorations n'ont pas rendu mon travail philologique aisé, et je m'en suis plaint auprès des différents Incunabulistes que je fus amené à rencontrer. Elanindë, de Prime-Tenure, ne put que s'étonner avec moi de la tradition manuscrite de ce texte. Un poème d'inspiration épique, dans la plus pure tradition altmerie, doublé d'un pamphlet anti-impérial, aurait dû faire l'objet d'une transmission et d'une conservation soignée sur seulement quelques générations d'Altmers. Nous serions dès lors tentés de faire remonter la rédaction de ce texte à une époque plus lointaine, qui justifierait l'état désastreux dans lequel le texte se trouve aujourd'hui. Mais je vous imagine aisément rire, cher lecteur, car comment pourrait-on versifier des événements qui ne se sont pas encore produits?

C'est ici qu'il faut aborder le second problème de ce texte, qui a trait à son contenu. Nous l'avons dit, le poème a été conçu comme un brûlot anti-impérial suite aux conséquences directes de l'emploi du Numidium par le premier Septim. Mais certains vers sont problématiques, par leurs allusions ésotériques et leurs curieux éléments chronologiques.. Nul ne l'ignore, le Siège d'Alinor ne dura qu'une heure. Une seule heure d'héroïque résistance (ce qui, soit dit en passant, constituerait un élément pour justifier la faible transmission du texte, le Thalmor ne souhaitant guère voir ressassée cette page funeste de notre histoire), mais l'auteur du poème évoque un combat plus long, beaucoup plus long. Par ailleurs, on doit légitimement s'interroger sur la mention des Maormers de Pyandonnée : s'il n'est pas interpolé, ce passage constitue une sérieuse anomalie, en plus d'un élément historiquement erroné. Ce curieux mélange d'éléments historiques et apparemment fictifs pourrait avoir eu pour but de symboliser, de façon voilée, un combat altmeri contre l'Empire qui n'aurait jamais réellement cessé, malgré les défaites. Je suis personnellement séduit par cette hypothèse, mais elle repousserait la rédaction du poème à une date où l'auteur aurait été témoin des premières tentatives de restauration du Domaine Aldmeri. Et là, je reboucle sur mon problème de datation et de manuscrits délabrés. L'autopsie codicologique les rend trop vieux pour leur thématique, et l'étude littéraire rend la pièce trop récente pour son support d'écriture. Malgré des mois de recherches et d'analyses avec les dernières techniques d'Altération Inversée, l'histoire de cette œuvre échappe à ma logique.

Vraiment, ce texte intrigue grandement par le défi qu'il semble lancer aux lois du Temps. Il n'en demeure pas moins une pièce intéressante et animée d'un réel souffle poétique (pour les passages les moins meurtris en tout cas), qui mériterait de figurer dans nos anthologies littéraires.


***

La Reddition d'Alinor

Il me f]aut lamenter en ces temps de défaite
Les cô]tes meurtries de nos îles parfaites.
À l'in]star de l'Aigle, depuis son trône des cieux,
Nous p]leurons Alinor, trois fois bénie des dieux.

Maudit sois-tu, Bréton, et maudit soit ton nom !

Du Hall du Colosse il envoya son Géant,
Monstre au [nouveau] cœur, dénué de sentiments.
Et Elsweyr la première, jusqu'au bout de s[a queue],
Frémit et se crispe, n'en croyant pas ses yeux.

Maudit sois-tu, Bréton, et maudit soit ton nom !

Anequina tremble, ensuite Corinthe :
Numidium, un airain que rien n'éreinte !
Il n'a pas fait deux pas sous l'étendue du ciel
Que déjà le voilà au bord de Tamriel.

Maudit sois-tu, Bréton, et maudit soit ton nom !

Malheureux Maormer ! Quelle folie [...]
De t'en prendre au [Titan? Géant ?], sur tes nefs légères ?
Il fume, et chauffe, et brûle, et rougit,
Tu luttes, tu luttes, mais au terme il te nie.

Maudit sois-tu, Bréton, et maudit soit ton nom !

Auridia ! Cerisier de nos [...] jeunesses,
Il t'enjambe d'un pas, et d'un bras il te blesse.
Dernier rempart des Mers, quel prix dois-tu verser,
Pour la haine d'un Homme de [foudre ? tempête ?] couronné ?

Maudit sois-tu, Bréton, et maudit soit ton nom !

Et mon cœur saigne à la seule idée d'évoquer
Le funeste destin de ma belle contrée.
Le combat dura peu. Non ! Il dure toujours !
Sans relâche l'Altmer lutte au pied de la Tour !

Maudit sois-tu, Bréton, et maudit soit ton nom !

Contre le Dwemer mille fois nous répliquons.
Numidium, cent mille fois tu nous dis non !
Nos logiciens s'enferment dans leurs chrysalides,
Seuls, à présent, face à [...] [de l'Atmoride].

Maudit sois-tu, Bréton, et maudit soit ton nom !

Son visage impassible davantage se durcit.
Il détruit d'une main nos [Oiseaux ?] qui s'enfuient,
Et d'un pied il réduit les miroirs en cent bris.
Cristal-qui-fait-Loi gît dans le sang altmeri.

Maudit sois-tu, Bréton, et maudit soit ton nom !

Alinor en pleurant courbe l'échine devant toi,
Tiber Septim, [Parleur ? Crieur ?] privé de voix.
De ton rire de muet le souvenir amer,
À maudire les humains poussera chaque Altmer.

Maudit sous-tu, Bréton, et maudit soit ton nom !

Modifié par Erethor, 20 December 2015 - 23:29.

"Écoute et tu verras l'amour dont les bibliothèques ont besoin."




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)