Aller au contenu


- - - - -

[Jour 2] Concours Fan Fiction - Terminé!


  • Veuillez vous connecter pour répondre
86 réponses à ce sujet

#26 Rubicante

Rubicante

Posté 22 juin 2011 - 00:39

C'était juste sarcastique de ma part, donc pas besoin de prendre la mouche sur mon message. Cependant, l'objet de mon sarcasme n'était pas la faute d'orthographe, mais plutôt la volonté de "réserver" un sujet particulier et de l'interdire au autre sous prétexte d'excluvisité. Je comprends que tu veuilles gagner et tout et tout, hein. M'enfin bon, là je trouve que tu prends la chose vraiment trop au sérieux, donnant plus l'impression d'un combat à mort entre concurrents que du jeu convivial qu'Elodry veut mettre en place.

Donc oui, je me moque de l'état d'esprit que tu affiches par rapport à tout ça. Rien de personnel et encore désolé si ça t'a blessé. Mais bon, je suis wiwi de bronze du plus méchant ! Face à des poids lourd comme Sentenza et Aubustou, je dois justifier mon titre et travailler dur pour avoir le wiwi d'or l'année prochaine ! :mrgreen:

Et à part ça, bonne chance pour le concours.
Ne cliquez pas ici ou ici ou vous le regretterez !

#27 Not Quite Dead

Not Quite Dead

    Rincevent


Posté 22 juin 2011 - 01:58

Ca m'a pris bien plus de temps à écrire que ce que je pensais.  :orthoseveres:

En espérant que cela vous plaira:

Spoiler

« I was a soldier! I killed people!
- You were a doctor!
- I had bad days! »
John Watson, en train d'étrangler Sherlock Holmes, Sherlock - A Scandal in Belgravia (2012)
---------------
Vous aussi rejoignez les Fervents Partisans de l'Immuabilité Avatarienne!
---------------
VGM impénitent (était-il besoin de le préciser?)
---------------
Paterfamilias niv.IV

#28 Emma Indoril

Emma Indoril

    Bateau ivre


Posté 22 juin 2011 - 09:00

Ça me plait ! C'est une bonne mise en Busch, pardon, en bouche, ça pose plus de question que ça apporte de réponse, et pour tout dire, je suis curieux de voir ou tu va nous emmener...

Par contre une petite interrogation : pourquoi l'Orque parle avec des u accentùés ?
"A girl know how to cook"
Jaqen H'ghar

#29 ELOdry

ELOdry

    Bibliothécaire de Tamriel


Posté 22 juin 2011 - 09:03

J'ai pas encore lu vos textes, je me demande si je vais pas tous les lire en même temps, dimanche ou lundi, après les avoir copier-coller histoire de les anonymiser pour mettre tout le monde sur un pied d'égalité!

#30 Rubicante

Rubicante

Posté 22 juin 2011 - 09:29

Voir le messageNot Quite Dead, le 22 juin 2011 - 01:58, dit :

Ca m'a pris bien plus de temps à écrire que ce que je pensais.  :orthoseveres:

En espérant que cela vous plaira:


http://www.uesp.net/...Existent_People

Brillant d'utiliser ces personnages façon "LOST". :mrgreen:
Ne cliquez pas ici ou ici ou vous le regretterez !

#31 Cogite Stibon

Cogite Stibon

    Théoriquement moddeur


Posté 22 juin 2011 - 12:40

Voir le messageAldiberuin, le 22 juin 2011 - 00:06, dit :

Ah, ce Brasse-Orge, quel grand poète :D
Si l'un de vous arrive à remettre la main sur les paroles de "Gare au Braillard", je suis preneur !
L'encapuchonné pirandellien a commis quelques chansons de Brasse-Orge sur le forum de Morrowind 3e433. Peut-être nous fera-t-il le plaisir de les poster ici.

Tout droit vers le non-linéaire !
It's not the engine, it's the writing.
HERMA MORA ALTADOON AE


#32 Cotin

Cotin

Posté 22 juin 2011 - 13:31

J'peux jouer moi aussi ? :huhu:

Spoiler

Modifié par Cotin, 22 juin 2011 - 13:32.

Membre  des Fervents Partisants de l'Immuabilité Avatarienne (et gratuitement)
VGM !

#33 Not Quite Dead

Not Quite Dead

    Rincevent


Posté 22 juin 2011 - 13:59

Exploitée de cette manière et dans ce contexte précis l'insensibilité argonienne au poison, c'est délicieusement pervers, Cotin. :good:  

Voir le messageEmma Indoril, le 22 juin 2011 - 09:00, dit :

Ça me plait ! C'est une bonne mise en Busch, pardon, en bouche, ça pose plus de question que ça apporte de réponse, et pour tout dire, je suis curieux de voir ou tu va nous emmener...
C'est une histoire complète, en fait... et comme le dit Rubicante, on pourrait en effet faire un parallèle avec Lost... même si ma source d'inspiration principale est en fait largement antérieure.

Voir le messageEmma Indoril, le 22 juin 2011 - 09:00, dit :

Par contre une petite interrogation : pourquoi l'Orque parle avec des u accentùés ?
Parce qu'il est une faute de frappe.

Merci à Rubicante et toi pour vos retours et ta question. :D
« I was a soldier! I killed people!
- You were a doctor!
- I had bad days! »
John Watson, en train d'étrangler Sherlock Holmes, Sherlock - A Scandal in Belgravia (2012)
---------------
Vous aussi rejoignez les Fervents Partisans de l'Immuabilité Avatarienne!
---------------
VGM impénitent (était-il besoin de le préciser?)
---------------
Paterfamilias niv.IV

#34 Cogite Stibon

Cogite Stibon

    Théoriquement moddeur


Posté 22 juin 2011 - 17:12

@ Cotin : Plus je lisais "ton" texte, plus j'étais perplexe et je me demandais où tu voulais en venir. Et puis, je suis arrivé à tes quatre dernières lignes géniales qui justifient le tout. Chapeau !

@ NDQ : J'adore ce que tu as fait. Ces 9 personnages chercheront encore longtemps une sortie, mais ils ont trouvé leur auteur. Capuche !

@ tous les autres : Bravo si vous avez déjà participé, et sinon, à vos plumes !

Tout droit vers le non-linéaire !
It's not the engine, it's the writing.
HERMA MORA ALTADOON AE


#35 et oui

et oui

Posté 22 juin 2011 - 18:29

Excusez moi, j'étais "pompete" hier soir vous savez (sisi, pour de vrai en plus :D), en fait , faites comme si je n'ai rien dit, tout le monde fait comme il le veut, il manquerait plus que ça! bonne chance a tous, je ne compte pas gagner car mes CDs de morro sont tous nickels, pas besoin d'un autre, et battlespire ne m'intéresse pas, désolé pour les puristes, je veut juste tenter de participer.

Modifié par et oui, 22 juin 2011 - 18:29.


#36 Ganesh

Ganesh

Posté 23 juin 2011 - 05:54

Salut à tous, et joyeux anniversaire gébété  !
Pour toi, je me lance...

Cligne-des-Yeux l'Argonien

A six heures du matin, Cligne-des-Yeux fut réveillé en sursaut. De violents coups ébranlaient la porte de « sa » maison. Malgré les excès de sucre-de-lune de la veille, il retrouva toute sa lucidité en moins d'une seconde.

« Ouvrez ! Sur ordre de l'empereur Septime  VII ! » Il avait été découvert, ou plus vraisemblablement balancé. Par malheur, il ne voyait pas la moindre volute de cet épais brouillard pourtant si fréquent en cette période de l'année, derrière le verre épais des fenêtres. De plus, les pluies torrentielles de ces derniers jours avaient inondé le tunnel souterrain qui était sensé lui permettre de prendre le large en cas d'urgence. Même pour un voleur de son niveau, il n'y avait pas d'échappatoire… Il se leva dignement, lissa ses écailles, enfila sa plus luxueuse combinaison noire et se dirigea calmement vers la porte du hall.

« Inspecteur Caïus Cosades, je suis mandaté par la légion impériale pour fouiller cette demeure. Etes vous bien Cligne-des-Yeux  des marais d'Argos ? »

Le voleur tressailli légèrement, il connaissait bien Cosades, mais le regard des légionnaires orques l'inquiétait vaguement. Il avait eu subitement la vision de son corps découpé en morceau, que l'on se partageai en brochettes.

« Alors, voyons » soupira Caius Cosades en pénétrant dans la pièce principale. Il regardait attentivement la grande table du salon, finement ciselée et incrustée de bois rares.

« Flin, Cognac millésimé, vin de Cyrodil…je constate que vos affaires marchent de belle façon… Et quelle splendide bibliothèque ! Je ne vous connaissais pas ces talents d'érudit. Voyez ! Un exemplaire des Chroniques de Nchuleft. J'étais persuadé que le dernier exemplaire connu était conservé précieusement à la Grande Bibliothèque de Vivec. »

« Et ici ! De l'Ebonite ! Et pas un petit morceau. Vous dites ? Un cadeau de votre ami le directeur  de la mine de Caldéra ? Nous parlions justement de vous il y a quelques jours, juste après l'évasion d'une centaine d'esclaves. Vous voyez sans doute de quoi je parle…C'est étrange, il a évoqué votre amitié avec force  jurons et  grossièretés »

« Oh Oh ! Mais que vois-je ? Creuset, Mortier, Cornue et Alambic, des tonneaux de sucre-de-lune… Si je ne vous connaissais pas, je jurerais être en présence d'un laboratoire clandestin de fabrique de Skouma et… ah! Voilà justement une étonnante quantité de flacons de Skouma, astucieusement dissimulés derrière cette fausse cloison. Votre maison - il s'agit bien de votre maison ? – Votre maison est décidément pleine de surprises. J'avoue ma déception de n'avoir jamais été invité à votre table… comme… le compte Delas, dont je vois le crâne sur ce guéridon, ainsi que son heaume enchanté, et son anneau de marche-sur-l'eau. Je croyais pourtant son tombeau scellé consciencieusement. Les Dunmers aime bien conserver leurs morts derrières d'épaisses murailles »

« La pluie fait remonter toutes sortes de choses étranges à la surface ? Vous n'avez pas tort. Mais tout de même, ce bazar… Ecus Daedriques, haches de guerre Dwemer, dagues de Verre, Claymores d'argent, Masses d'arme en Ebonite…Ouch… Et j'en oublie. Belle collection… à 20.000 pièces d'or le Marteau de guerre des chefs de clan Orques, vous êtes plus riche que le duc de Vren. Sans compter cette armure d'Indoril. Je n'ai jamais entendu parler d'un ordonnateur donner ou revendre son armure de son plein gré… Très étrange… »

« Bien, résumons : Recel d'objets volés, Contrebande d'Ebonite, possession, fabrication et vente de produits stupéfiants, Profanation de tombeaux ancestraux et Trafic d'armes. Je crains qu'il ne vous faille attendre un grand nombre d'année avant de revoir les Marais Noirs.

Légionnaires ! Enchaînez cet Argonien et amenez le à la guilde des policiers » A six heures du matin, Cligne-des-yeux se réveilla en sursaut, ce n'était qu'un rêve, ou plutôt un cauchemar. Mais tous les Argoniens connaissent les Mystères derrière les Rêves, aussi il se leva vivement, s'équipa de quelques affaires précieuses et quitta Balmora.

On ne le revit jamais sur Morrowind.

#37 ELOdry

ELOdry

    Bibliothécaire de Tamriel


Posté 23 juin 2011 - 08:41

Darkness-stone m'a fait parvenir son texte, que je partage avec vous :

Citation

L'homme avançait péniblement dans la pénombre de la grotte, sa torche dansant sous des assauts invisibles d'une force maléfique. Aucun vent. Aucun souffle ou murmure d'air.
Cela faisait maintenant plusieurs heures que ses pas résonnaient entre les rochers noirs des lieux.

Il était seul au milieu de nul part, dans un endroit qui semblait hors de la portée de la compréhension de l'esprit humain.

Une salle. Assez vaste pour contenir une dizaine de personnes, et plusieurs petites poches sombres au loin qui laissaient supposer que des annexes à cette pièce existaient. Il s'accorda une courte pose pour observer ce qui l'entourait.
Des vestiges de bancs en bois trônaient au centre de la pièce, tous à la limite de la décomposition finale. Mais il lui semblait que ce fût autre chose que le temps qui était à l'origine de cette dégradation. Une force incroyablement malsaine et puissance empestait la cavité. Il continua à avancer en regardant où il marchait. La lueur de sa torche révéla un escalier taillé à même la pierre, et assez vieux pour avoir été fait en même temps que Nirn. Tant de vieillesse l'entourait qu'il se demandait si son corps où son esprit appartenaient encore au Temps.

Il fit un pas de plus. Un craquement sec et soudain déchira le silence affligeant. Un bruit d'os. Il regarda à ses pieds, un mélange de peur et de surprise se mêlaient alors à ses yeux. Un corps d'homme, aussi décomposer que les sièges en bois, tenant dans sa main un étrange manuscrit. L'aventurier s'accroupit pour le ramasser et approcha sa torche pour tenter de lire, cependant, quelques morceaux de phrases ou de mots avaient été avalé par les époques :
"Cela faisait quelques heures que je marchais dans la grotte quand des chants obscurs vinrent troubler le silence des lieux, m'ap... ....... je vis des hommes, tous debout, fixant un autre qui tendait les bras vers le ciel. Il était le se.... ..... .... ... chantant dans un langage qui m'était inconnu.
Je n'avais pas compris au début ce qu'il faisait, mais après quelques minutes seulement, les hommes debout commencèrent à ... ... ... l'autre restait debout, les mains fermement posées sur un crâne plus vieux que moi. Un lueur verdâtre abominable fissura l'air au moment où ... ... ... Il cria de toutes son être, la vie semblait le quitter, que sa force vitale allait vers se crâne. ... ... sa peau se blanchissait à vue d’oeil, puis elle se crevassa de toute part, et la même lueur verte se rependit hors de ses blessures, mais cette fois-ci accompagnée d’un liquide d’une couleur s’approchant ..... qui n’a pas de nom ......
Ce que je devinais être un ...... se transformait alors devant moi, et j’assistais à une série de mutations tout aussi grotesques qu’impossibles pour le plan ..... je crois qu’il me sera impossible de décr... ... lors de mon retour à la surface...”
Le reste était illisible, l’écriture était devenue incontrôlée, comme si le rédacteur avait été pris d’une soudaine cécité, mais en forçant sur sa vision, l’homme réussi à lire ceci :
“c’est un .... ICH...”

La flamme de sa torche vacilla, beaucoup plus que de coutume. Il se tourna et vit une chose d’un autre âge. Vêtue d’un semblant d’armure antique ravagée par le temps, la peau, ou ce qui semblait l’être, était marron, fissurée et craquelée de partout. Elle était bien plus grande qu’un homme, et l’odeur qu’elle dégageait était comparable à la putréfaction de mille hommes en décomposition.
Avant même qu’il ne put crier, ou réagir, une partie de ses côtes s’enfoncèrent profondément en lui tandis que d’autres déchirèrent sa peau. Ses yeux éclatèrent, laissant s’écouler un sang noir comme la mort.

Sa dernière pensée fut : “une liche.. c’était une liche”.


#38 Not Quite Dead

Not Quite Dead

    Rincevent


Posté 23 juin 2011 - 13:22

Très sympathiques, ces récits. :D

Voir le messageAldiberuin, le 22 juin 2011 - 00:06, dit :

Si l'un de vous arrive à remettre la main sur les paroles de "Gare au Braillard", je suis preneur !
Ces feuillets traînaient dans un vieux coffret. ;)
« I was a soldier! I killed people!
- You were a doctor!
- I had bad days! »
John Watson, en train d'étrangler Sherlock Holmes, Sherlock - A Scandal in Belgravia (2012)
---------------
Vous aussi rejoignez les Fervents Partisans de l'Immuabilité Avatarienne!
---------------
VGM impénitent (était-il besoin de le préciser?)
---------------
Paterfamilias niv.IV

#39 Dark Concombre

Dark Concombre

Posté 24 juin 2011 - 01:45

Le Nérévarine arriva en Vvardenfell enchaîné, dernier cadeau de la maison Septim à la maison Hlaalu. Pour le bon plaisir de ses maîtres, il lui fallut cueillir des fleurs, livrer des colis et retrouver des nains, et mille autres tâches qui le menèrent en tous coins de sa prison d'orées. L'île était en ce temps-là d'une beauté farouche, toujours voilée sous une chape de brume diaphane. Avec les vents de peste descendaient de la tour rouge les créatures du Sharmat : on les nommait braillards des falaises, car leurs cris aigus refusaient aux dunmers le sommeil, ne les laissant rêver qu'éveillés.

Mais le Nérévarine voulait rêver aussi, plus encore qu'eux. Guidé par ses visions prophétiques, il alla trouver Azura en son sanctuaire, pour lui demander si le peuple velothi vivait une aube ou un crépuscule. Et Azura lui édicta : Vois les étoiles, elles sont mon royaume. Mais ce qui est moins haut obéit aux lois des faux dieux. Nuit et jour, une terre pour deux pieds. Ne la touche jamais d'un seul, ou Almalexia pourrait s'en saisir, Sotha Sil le contre-faire et Vivec échanger le vrai et le faux. Je ne peux t'offrir que mes étoiles, et le pouvoir de t'en rapprocher chaque jour un peu plus.

Et le conseil d'Azura était habile, car le Nérévarine arriva ainsi devant Mehrunes Dagon en sautant à pieds joints, ce qui rappela au daedra des souvenirs plaisants comme douloureux. Le prince des mots vides avait pris la forme d'une tempête du fléau et, ému, il laissa perler des larmes de cendre. Je t'offre mon rasoir, tonna-t-il, qu'on connait sous le nom de Lamentation, car je ne me rase qu'avant chacune de mes incursions à la surface de Nirn. Tu en feras un objet de réjouissance, ce qui est à moi-même impossible.

Le Nérévarine cacha soigneusement la lame à ses maîtres, car il voulait être libre aussi, plus encore qu'eux. Ayant coupé les liens qui le retenaient, il rencontra un orc puissant, qui était en partie Boéthia. Venu avec l'ombre, celui-ci chuchota : Nérévarine ! Tu es appelé à bâtir de grandes choses, mais n'oublie pas que tu devras les défendre de la ruine, car tes ennemis sont plus nombreux que tu crois. Ce que onze mille cent soixante-et-onze pièces achètent, onze mille cent soixante-et-onze coups d'épée doivent le défendre. Aussi, je t'offre Lamedazur. Montre pour cacher, manie-la devant tous, qu'ils ne voient pas ton rasoir. Et, troublé par une certaine lueur dans le regard du Nérévarine, il ajouta : Si tu trouves les ruines belles, l'épée te servira aussi. Mais écoute cette vérité secrète : les tribuns n'ont pas été anticipés, ils SONT des anticipations ! De quoi ? Un grand mystère, un sombre pouvoir, des ruines encore.

Le Nérévarine eut alors soif d'affronter les plus redoutables adversaires qu'il pût trouver entre Balmora et Sadrith Mora. Il voulait vaincre aussi, plus encore qu'eux. Il ne se cacha plus, et sa gloire éclata sur Vvardenfell. Un marchand galopin le toisa alors de bas, ricanant. Il répondit ainsi au courroux du Nérévarine : Comment un galopin peut-il parler ? Mais avec la bouche, oui, la bouche de Shéogorath. Ah ! Fou ! Tu sautes par tout le pays, tuant tes frères et parlant aux crabes des vases ! Veux-tu que le vieil oncle te dise ? Le pouvoir, les secrets, la grandeur ? Mais tout cela mène à la mort ! Tu dois aussi penser à la vie ! Quelles attentions pour les visages des douces demoiselles des environs ? Et à quand remonte le dernier vrai repas que tu t'es offert, je te prie ? Renseigne-toi, il est possible de très bien se nourrir en Vvardenfell !

Et le dieu fou lui offrit une fourchette. Le Nérévarine, qui n'avait jamais mangé qu'avec ses mains, s'éleva ainsi au rang de ses anciens maîtres. Il voulait être influent aussi, plus encore qu'eux. Il visita chaque grande maison, mais on lui dit qu'il n'était pas d'ici. Je connais chaque caillou de cette région ! protesta-t-il. Ce sont vos dieux qui vous trahissent ! Et le Nérévarine se retrouva devant Vivec. Méphala, en réalité, parla par sa bouche, chantant : Voilà enfin Nérévar revenu ! Comète de fierté pour un peuple obscurci ! En souvenir de l'amitié qu'a toujours éprouvée le tribun à ton égard, je t'offre la tête de tous les nobles des grandes maisons qui s'opposent à ton pouvoir. Voici mes mots de morts : Rhae Gei'Aaait Nerevar Foe ! Ecris-les sur un parchemin à la suite d'un nom et ils signeront sa mort. Prononce-les en riant devant le plus doux vieillard et il se jettera de rage sur ton épée. Toi seul peut les ignorer, car ils signifient "toi aussi, tu aurais tué Nérévar".

Seuls vécurent bientôt les amis du Nérévarine, qui fut acclamé Hortator. Il rassembla une puissante armée, et prit d'assaut les forteresses du seigneur Dagoth. Au fond de l'une d'elles, il trouva Molag Bal. Celui-ci, tirant plaisir de ses blessures, susurra : Nérévarine, comme tribut de guerre je t'offre la perfection du corps, la divinité, la vie éternelle, je t'offre la peste. Et le Nérévarine cracha : Un présent bien trivial, quand Boéthia m'a offert la lame qui t'a mis à terre. Et le daedra siffla : Tu me casses les dragons avec ton Boéthia. Ca, une belle arme ? Essaie de briser l'akulakhan avec, et reviens m'en vanter les mérites. Ou prends plutôt ma masse, Broyeur, qui brise les lunes et écrase les nains.

Le Sharmat voulait sauver le monde. Le Nérévarine voulut sauver le monde aussi, plus encore que son rival. Il escalada la montagne écarlate et descendit dans ses rouages mécaniques. Il y trouva en Dagoth Ur le septième daedra, le prince elfe devenu monstre, Malacath. Celui-ci, caché derrière son masque, croassa : Nérévar, mon frère ! Vois comme j'ai défendu le dieu-golem ! Tu veux toi aussi faire l'expérience de la loyauté absolue, aussi je t'offre mon masque de la griffe d'ours, que j'ai arraché à Ysmir par amour pour toi. Il te permettra de t'effacer du monde quand tu auras accompli ce qui doit être accompli.

Et ce qui ne devait pas être ne fut plus. Et le Nérévarine voulut disparaître du monde. Plus encore qu'eux tous.

#40 Roi Nérévar

Roi Nérévar

    Perceval


Posté 24 juin 2011 - 02:34

Je trouve ce texte magnifique. Une sorte d'apologie de l'histoire, cruel amertume que la vie de celui qui est par un autre.

Je posterais hors concours la fin de mon récit, avant Lundi. Coming soon.
"Il n'y a pas d'histoire sans héros".

#41 Ganesh

Ganesh

Posté 24 juin 2011 - 06:17

A Dark Concombre: tu es le fils caché de Kirkbride ?
Superbe...

#42 Emma Indoril

Emma Indoril

    Bateau ivre


Posté 24 juin 2011 - 08:05

Superbe texte, Dark Comcombre !!  :wizard:
"A girl know how to cook"
Jaqen H'ghar

#43 Not Quite Dead

Not Quite Dead

    Rincevent


Posté 24 juin 2011 - 09:58

:woot :woot :woot  

Remarquable, en effet. J'aime beaucoup le côté "litanique" du texte. :good:
« I was a soldier! I killed people!
- You were a doctor!
- I had bad days! »
John Watson, en train d'étrangler Sherlock Holmes, Sherlock - A Scandal in Belgravia (2012)
---------------
Vous aussi rejoignez les Fervents Partisans de l'Immuabilité Avatarienne!
---------------
VGM impénitent (était-il besoin de le préciser?)
---------------
Paterfamilias niv.IV

#44 Near

Near

    Jamais très loin


Posté 24 juin 2011 - 12:20

Il y a de très belles choses, bravo à tous !

J'essaie de participer dans mon coin, mais une question (idiote) me taraude : 6000 signes, c'est en comptant les espaces ? :beta:
You come from nothing, you're going back to nothing. What have you lost ? Nothing !

#45 ELOdry

ELOdry

    Bibliothécaire de Tamriel


Posté 24 juin 2011 - 12:28

Oui!

#46 Near

Near

    Jamais très loin


Posté 24 juin 2011 - 13:11

Voilà, je me lance même si seul un pot-de-vin conséquent pourrait me permettre de gagner avec ça ! :mrgreen:



A quoi rêvent les braillards ?


Un, deux, trois … Trois bataillons, peu et beaucoup à la fois. Mener l'attaque. Une responsabilité, un honneur. Une corvée.
"Il" a passé une mauvaise nuit, une mauvaise journée. C'est bon signe. La prochaine nuit sera bonne.

L'assaut est prévu pour ce soir. L'obscurité effraie et affaiblit l'ennemi, à ce qu'on dit. Comme si ce genre de choses avait de l'importance pour lui …
Il donne quelques ordres, réorganise les rangs, grignote, relit mécaniquement les rapports, renvoie vertement son aide de camp … Il passe le temps.
Et ne peut s'empêcher de réfléchir. Une question. Absurde. Ceux d'en face, ces êtres qu'il écrasera bientôt comme des mouches … Ont-ils des sentiments ?



"Le capitaine a l'air inquiet.
- Rassure toi, il sait ce qu'il fait. S'il y a bien une personne qui peut nous faire gagner cette bataille, c'est lui.
- Il fait un peu peur, non ?
- Ah ah !"

Glorwent Drahlam écoute distraitement. Il n'est qu'un novice, il n'a rien à faire là. Et pourtant, ce soir, il sera en première ligne. Un raid préventif ? Quelle folie. Mais il n'est qu'un novice. On ne l'écouterait pas. Les stratèges en ont décidé ainsi. Il en va de l'honneur de la Maison Rédoran.
Il n'a plus beaucoup de temps pour terminer sa lettre. Terminer. S'il l'avait seulement commencée … Son cœur est vide. Son encrier aussi, mais quelle importance ? Qui voudrait se souvenir de lui ?



Une gamine. Misérable, frêle. Perdue. Une mendiante n'a rien à faire sur un champ de bataille. Elle ne le sait pas. Ne peut le savoir. Elora s'est endormie sous un arbre. Sans savoir. Peut-être est-ce mieux ainsi.  

Sa dernière demeure semble paisible ; Masser et Secunda éclairent paresseusement la plaine accidentée.
Le silence. Ultime.



Biuj est un braillard. Libre comme l'air, il plane au dessus des falaises.
Un étrange brouillard. Des bruits de fer, de la peur, un malaise.

Ça braille beaucoup en bas. Mais les affaires des hommes ne le concernent pas.
Avec un peu de chance, il aura bientôt de la viande fraîche.



Elle prie. Les Tribuns, Azura, même les Neufs Divins. N'importe qui. Mais personne n'écoute. Le regard des dieux est tourné vers d'autres. D'autres lieux, d'autres moments. Alda Drahlam ne sera pas entendue. Qui se soucierait d'elle, en un instant aussi crucial ?

Personne n'écoute. Personne ne s'en soucie. Et personne ne veillera sur son fils.



"Raté …". La flèche disparaît au loin, n'ayant fait qu'effleurer le volatile qui s'enfuit dans l'obscurité. Décevant. C'est le mot qui convient pour décrire ce massacre. "Il" range son arc et regarde ses soldats fêter la victoire.  

Il a eu la réponse à sa question. Non. Pas de sentiments. Ils supposent l'intelligence, et ces êtres en étaient cruellement dépourvus.  
"A moins que …" Mais il ne peut l'envisager. Il ne doit pas le faire. Ce sont des questions absurdes, pour un Drémora.


Quatre cent trente-troisième année de l'ère troisième, selon les humains. Ald'ruhn est prête à tomber.

______________________________________________________

Finalement, ça fait beaucoup moins que 6000 signes, même si j'aurais pu continuer à tirer sur la corde avec ce concept ...

Modifié par Near, 24 juin 2011 - 13:12.

You come from nothing, you're going back to nothing. What have you lost ? Nothing !

#47 Dark Concombre

Dark Concombre

Posté 24 juin 2011 - 14:17

Merci Not Quite Dead, j'ai failli me laisser intimider par l'élégance de ton texte. Heureusement, je me suis lancé quand même, et c'est vrai que je suis plutôt content du résultat.

Ganesh : c'est clairement un modeste hommage à Kirkbride (ses écrits sont ce que j'aime le plus dans les elder scrolls), avec un style plus édulcoré tout de même.

Nérévar & Indoril : Merci !

J'en profite pour saluer near pour ce nouveau texte bien classe. Bon, je ne crois pas avoir tout compris, mais on se doute que ce n'est pas capital pour un fan de Kirkbride. D'ailleurs je repense à la tête de ma copine, béotienne complète à l'univers des TES, quand elle a corrigé mon texte...

#48 ELOdry

ELOdry

    Bibliothécaire de Tamriel


Posté 24 juin 2011 - 14:23

J'ai pas encore lu vos textes (au risque de me répéter, je préfère tous les lire en même temps, à la fin), mais y'a l'air d'avoir du niveau! C'est super mais du coup ça me fait un peu de peine de n'avoir prévu qu'un seul prix...

#49 Near

Near

    Jamais très loin


Posté 24 juin 2011 - 15:01

Merci Dark Concombre (et je me joins à l'enthousiasme général pour ton récit !).

Je ne suis pas sûr qu'il y ait grand chose à comprendre dans ce que j'ai fait, c'est loin d'être du Kirkbride, pas de quoi se torturer les méninges ! Par contre c'est volontairement évasif donc si des précisions sont nécessaires n"hésite pas ...

Citation

ça me fait un peu de peine de n'avoir prévu qu'un seul prix...     

Priorité à ceux qui n'ont pas Morrowind (si tant est que ça existe ...) ? Moi je veux bien Battlespire tout seul ! :mrgreen:

Modifié par Near, 24 juin 2011 - 15:03.

You come from nothing, you're going back to nothing. What have you lost ? Nothing !

#50 Not Quite Dead

Not Quite Dead

    Rincevent


Posté 24 juin 2011 - 15:39

Voir le messageELOdry, le 24 juin 2011 - 14:23, dit :

C'est super mais du coup ça me fait un peu de peine de n'avoir prévu qu'un seul prix...
Rien ne t'empêche de scinder ton premier prix en deux prix. Par exemple MW pour le 1er et Battlespire pour le second. ;)

Très chouette texte, Near. :good: :good: :good:
Biuj le braillard, hein? :lol:

@ Dark Concombre: heureusement que tu n'as pas gardé cette petite merveille pour toi! :D
« I was a soldier! I killed people!
- You were a doctor!
- I had bad days! »
John Watson, en train d'étrangler Sherlock Holmes, Sherlock - A Scandal in Belgravia (2012)
---------------
Vous aussi rejoignez les Fervents Partisans de l'Immuabilité Avatarienne!
---------------
VGM impénitent (était-il besoin de le préciser?)
---------------
Paterfamilias niv.IV




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)